"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

29 juin 2013

L'Église est bâtie sur la confession de foi de saint Pierre, pas sur sa personne (saint Augustin d'Hippone)



Aujourd'hui, la Sainte Eglise se remémore pieusement les souffrances des Saints Glorieux et hautement loués Apôtres Pierre et Paul.

Saint Pierre, le fervent disciple de Jésus-Christ, par sa profonde confession de Sa Divinité : "Tu es le Christ, le Fils du Dieu Vivant", fut trouvé digne par le Sauveur d'entendre en réponse : "Tu es bienheureux, Simon.. Je te le dis, tu es Pierre (Petrus), et sur cette pierre (Petra) Je bâtirai Mon Eglise" (Mt 16,16-18). Sur "cette pierre" (petra), c'est celle sur laquelle tu as dit: "Tu es le Christ, le Fils du Dieu Vivant", c'est sur ceci ta confession Je bâtirai mon Eglise. Dès lors "tu es Pierre" : c'est de la "pierre" (petra) que Pierre (Petrus) est, et non de Pierre (Petrus) que la "pierre" (petra) est, de même que le Chrétien vient du Christ, et non pas le Christ du Chrétien. Veux-tu savoir de quel sorte de "rocher" (petra) l'Apôtre Pierre fut appelé? Ecoute l'Apôtre Paul : "Frères, je ne veux pas que vous soyez ignorants", dit l'Apôtre du Christ, "nos pères ont tous été sous la nuée, tous ont passé à travers la mer, tous ont été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer, tous ont mangé le même aliment spirituel et tous ont bu le même breuvage spirituel-ils buvaient en effet à un rocher spirituel qui les accompagnait, et ce rocher c'était le Christ." (1 Cor 10, 1-4). Voici là d'où le "rocher" est Pierre.

Notre Seigneur Jésus-Christ, dans les derniers jours de Sa vie terrestre, durant les jours de Sa mission auprès de la race humaine, choisit parmi Ses disciples Ses 12 Apôtres pour prêcher la Parole de Dieu. Parmi eux, l'Apôtre Pierre par son caractère enflammé fut gratifié d'occuper la première place (Mt 10,2) et pour devenir comme la personne représentante pour toute l'Eglise. Dès lors il lui est dit, préférentiellement, après la confession : "Je te donnerai les clés du Royaume des Cieux : et tout ce que tu auras lié sur terre, il sera lié aux Cieux; et tout ce que tu auras délié sur terre, il sera délié aux Cieux" (Mt 16,19). Dès lors ce n'était pas à l'homme seul, mais plutôt l'Eglise Une et Universelle, qui reçut ces clés et le droit pour "lier et délier". C'est en fait l'Eglise qui a reçut ce droit, et non pas exclusivement une seule personne, que cela tourne votre attention vers un autre endroit des Ecritures, quand notre même Seigneur dit à tous Ses Apôtres, "Recevez l'Esprit-Saint", et ensuite après cela, "Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis, et ceux à qui vous les retiendrez, ils seront retenus" (Jean 20,22-23); ou : "tout ce que vous lierez sur terre, sera lié dans les Cieux, et tout ce que vous délierez sur terre, sera délié dans les Cieux" (Mt 18,18)
Donc, c'est l'Eglise qui lie, l'Eglise qui délie; l'Eglise, fondée sur la pierre de fondation, Jésus-Christ Lui-même (Ephésiens 2,20), lie et délie. Redoutons dès lors tant le "lier" que le "délier" : le déliement, afin de ne pas retomber à nouveau sous cela; le "lier", afin de ne pas demeurer pour toujours dans cette condition. Dès lors, "Le méchant est pris à ses propres méfaits, dans les liens de son péché il est capturé", dit la Sagesse (Proverbes 5,22); et excepté pour la Sainte Eglise, il n'est nulle part possible d'en être délié.

Après Sa Résurrection, le Seigneur confia à l'Apôtre Pierre de guider Son troupeau spirituel non parce que, parmi les disciples seul Pierre aurait pré-mérité de guider le troupeau du Christ, mais le Christ s'adresse Lui-même surtout à Pierre parce que, ce Pierre était le premier parmi les Apôtres et à ce titre le représentant de l'Eglise; à côté de cela, s'étant tourné dans le cas présent vers Pierre seul, comme prince des Apôtres, par cela le Christ confirme l'unité de l'Eglise. "Simon fils de Jean" -- dit le Seigneur à Pierre -- "M'aimes-tu?" -- et l'Apôtre de répondre : "Oui, Seigneur, Tu sais bien que je T'aime"; et une seconde fois que cela lui fut demandé, et une seconde fois il répondit ainsi; étant questionné pour la troisième fois, voyant qu'il n'était pas crû, il fut attristé. Mais comment lui serait-il possible de ne pas croire Celui-là, Qui connaît son coeur? Dès lors Pierre répondit : "Seigneur, Tu sais tout; Tu sais que je T'aime". Et Jésus lui dit les trois fois "pais Mes brebis" (Jn 20,15-27).

A côté de cela, le triple appel du Sauveur à Pierre et la triple confession de Pierre devant le Seigneur eut un but bénéfique particulier pour l'Apôtre. Celui-là, à qui furent données "les clés du royaume" et le droit "de lier et de délier", triplement lié de lui-même par sa peur et sa lâcheté (Mt 26:69-75), et le Seigneur le libèra triplement par Sa demande et en réponse à sa confession d'un profond amour. Et pour guider, littéralement, le troupeau du Christ, cela fut acquis par tous les Apôtres et leurs successeurs. Dès lors l'Apôtre Paul recommande vivement aux presbytres d'église : Soyez attentifs à vous-mêmes, et à tout le troupeau dont l'Esprit Saint vous a établis gardiens pour paître l'Église de Dieu, qu'Il s'est acquise par le sang de son propre fils" (Actes 20,28); et l'Apôtre Pierre aux anciens : "Paissez le troupeau de Dieu qui vous est confié, veillant sur lui, non par contrainte, mais de bon gré, selon Dieu; non pour un gain sordide, mais avec l'élan du coeur; non pas en faisant les seigneurs à l'égard de ceux qui vous sont échus en partage, mais en devenant les modèles du troupeau. Et quand paraîtra le Chef des pasteurs, vous recevrez la couronne de gloire qui ne se flétrit pas." (1 Pierre 5,2-4).

Il est à remarquer que le Christ, ayant dit à Pierre : "Pais Mes brebis", n'a pas dit "Pais tes brebis", mais plutôt nourris, bon serviteur, les brebis du Seigneur. "Est-ce que le Christ est divisé? Est-ce Paul qui fut crucifié pour vous? Ou avez-vous été baptisés dans le nom de Paul?" (1 Co 1,13). "Pais Mes brebis". Donc "des voleurs voraces, des oppresseurs féroces, des enseignants mensongers et mercenaires, non-concernés par le troupeau" (Mt 7,15; Actes 20,29; 2 Pi 2,1; Jn 10,12), ayant pillé un troupeau étranger et gaspillant comme si c'était leur propre gain, ils pensent qu'ils font paître leur troupeau. Ceux-là ne sont pas des bons pasteurs, comme le sont les pasteurs du Seigneur. "Le bon berger donne sa vie pour son troupeau" (Jn 10,11), à lui confié par le chef Berger Lui-même (1 P 5,4). Et l'Apôtre Pierre, répondant à son appel, donna son âme pour le vrai troupeau du Christ, ayant scellé son apostolat par la mort en martyr, est à présent glorifié à travers le monde entier.

L'Apôtre Paul, auparavant Saül, fut transformé, d'un loup vorace en doux agneau. Au départ ennemi de l'Eglise, il se manifesta ensuite en Apôtre. Au départ la pourchassant, puis il La prêcha. Ayant reçu des hauts prêtres l'autorité pour faire partout mettre aux fers les Chrétiens pour les exécuter, il était déjà en chemin, il respirait "menaces et massacres contre les disciples du Seigneur" (Actes 9,1), assoiffé de sang, mais "Celui qui demeure dans les Cieux rira de lui avec dédain" (Ps 2,4). Quand lui, "ayant persécuté et harassé" à ce point "l'Eglise de Dieu" (1 Co 15,9; Actes 8,5), il vint près de Damas, et le Seigneur des Cieux l'appela : "Saul, Saul, pourquoi Me persécutes-tu?" et Je suis là, et Je suis là, Je suis partout : voici Ma tête; voici Mon corps. Il n'y a rien de surprenant en cela; nous-mêmes sont membres du Corps du Christ. "Saul, Saul, pourquoi Me persécutes-tu; c'est dur pour toi de lutter contre l'aiguillon (Actes 9,4-5). Saul, cependant, "tremblant et effrayé", cria "Qui es-Tu, Seigneur"?
Le Seigneur lui répondit, "Je suis Jésus Que tu persécutes".

Et soudainement en Paul se produit un changement : "Que veux-Tu que je fasse" - cria-t-il. Et soudainement, pour lui, il y eut la Voix : Lève toi et va à la ville, et là il te sera enseigné ce que tu dois faire" (Actes 9,6). Là le Seigneur envoie Ananie: "Lève toi et va dans la rue" vers un homme, "du nom de Saul", et baptise le, "car celui-là M'est un instrument de prédilection, pour porter Mon Nom aux Païens, aux rois, et aux enfants d'Israël" (Actes 9,11.15.18). Cet instrument doit être rempli de Ma Grâce. "Ananie, cependant, répondit "Seigneur, j'en ai entendu beaucoup parler de cet homme, combien il a fait de tort à Tes saints à Jérusalem : et là il reçut l'autorité des chefs des prêtres pour enchaîner tous ceux qui invoquent Ton Nom" (Actes 9,13-14). Mais le Seigneur enjoint avec empressement à Ananie : "Recherche le et rapporte le, car il est un instrument de prédilection pour Moi : car Je vais lui montrer pour quelles grandes choses il doit souffrir pour l'amour de Mon Nom" (Actes 9,11. 15-16).

Et en effet le Seigneur montra à l'Apôtre Paul les sortes de souffrances qu'il aurait à endurer pour Son Nom. Il l'enseigna sur les actions; Il ne s'arrêta pas aux chaînes, aux fers, aux prisons et aux naufrages; Il endura Lui-même pour ses souffrances, Il le guida Lui-même vers ce jour. En ce même jour, on célèbre les souffrances de ces 2 Apôtres ensemble, bien qu'ils aient souffert en des jours séparés, mais par l'esprit et la proximité de leurs souffrances, ils ne font qu'un. Pierre partit le premier, et Paul le suivit peu après. Auparavant appelé Saul, et puis Paul, ayant transformé sa fierté en humilité. Son vrai nom (Paulus), signifiant "petit, peu, moins", le démontrant. Qu'est l'Apôtre Paul après cela? Demandez-le lui, et il vous répondra lui-même ceci : "Je suis", dit-il, "le moindre des Apôtres.. mais j'ai travaillé plus que tous : cependant non pas moi, mais la grâce de Dieu, qui était avec moi" (1 Cor 15,9-10).

Et ainsi, frères, en célébrant à présent la mémoire des saints Apôtres Pierre et Paul, nous rappelant leurs vénérables souffrances, nous admirons leur vraie Foi et leur sainte vie, nous avons de la considération pour l'innocence de leurs souffrances et leur pure confession. Aimant en eux la sublime qualité, et les imitant par de grands exploits, "par lesquels nous pourrons leur ressembler" (2 Thess 3: 5-9), et nous atteindrons cette béatitude éternelle qui est préparée pour tous les saints. Le chemin de notre vie d'avant fut plus mauvais, plus épineux, plus dur, mais "nous sommes nous aussi entourés d'une telle nuée de témoins" (Héb 12,1), l'ayant accompli avant nous, et le rendant pour nous plus facile, et plus léger, et plus facilement franchissable. Tout d'abord, ce chemin fut emprunté par "l'auteur et l'accomplissement de notre Foi", notre Seigneur Jésus-Christ Lui-même (Héb 12,2); Ses audacieux Apôtres suivirent après Lui; puis les martyrs, enfants, femmes, vierges, et une grande multitude de témoins. Qui a agi en eux et les a aidés sur ce chemin? Celui Qui dit Sans Moi, vous ne pouvez rien" (Jean 15,5)

+ Augustin, évêque d'Hippone




Saints Pierre et Paul, fresques retrouvées sous une couche de calcaire dans la catacombe de sainte Thecla, à Rome, datée de la fin du 4ème siècle.
source info:
http://www.johnsanidopoulos.com/2010/06/4th-century-icons-of-apostles-peter-and.html 

L'ontologie de la papauté catholique-romaine (métropolite Hierotheos Vlachos)

Traduit pour et publié en la fête des saints Apôtres Pierre et Paul, colonnes de l'Église du Christ. L'auteur ci-dessous ne sera sûrement jamais invité pour être encensé lors de la célèbre "semaine de prière" qui a lieu chaque année en janvier, mais il rappelle des faits théologiques et historiques, avec ses conclusions propres, que chacun partagera ou pas, mais que personne ne devrait ignorer, me semble-t'il.


Métropolite Hierotheos de Nafpaktos et Agiou Vlasiou
http://www.johnsanidopoulos.com/2013/04/the-ontology-of-papacy.html

On connaît la décision du Saint Synode à propos d'une visite du pape en Grèce. Il recevra le pape comme un dirigeant séculier, comme le chef de l'État du Vatican, qui a accepté une invitation du chef de l'État grec et qui est en visite en Grèce. C'est dans ce cadre que l'Église de Grèce va définir sa position.

J'aimerais cependant exprimer quelques réflexions à propos de l'existence même de cette papauté.

1. Église et papauté.

Certains parlent erronément d'Église Catholique, mais puisque le terme Catholique coïncide avec Orthodoxe, il appartient à l'Église Orthodoxe, de même que le terme Église qui n'est pas approprié pour le Vatican.

La papauté est hors de l'Église, et cela est démontré par 2 Synodes, qui sont considérés comme Oecuméniques par les Orthodoxes, et qui ont été réunis à cause du Filioque et des énergies incréées de Dieu.

Au 8ème Concile Oecuménique avec saint Photios le Grand, auquel ont participé les représentants de celui qui était alors le pape Orthodoxe de Rome, les évêques Francs furent condamnés, qui avaient ajouté le Filioque au Credo, parce qu'un tel ajout "introduit volontairement quelque chose d'inconnu et est une attaque inexcusable contre les Pères", et c'est pourquoi ils furent "soumis à la défrocation complète s'il s'agit d'un membre du clergé, ou renvoyé avec un anathème s'il s'agit de laïcs" (Horos du 8ème Concile Oecuménique)/ Bien entendu, cette même condamnation s'applique au pape de Rome, depuis que le premier pape franc (Serge IV) a occupé le trône de Rome et introduit le Filioque dans sa lettre d'intronisation en 1009, et Benoît VII l'introduisit officiellement en 1014 dans le Credo qui était lu à la Liturgie. Il est à remarquer que le Synodikon de l'Orthodoxie dit que ceux qui aliènent "Dieu le Verbe et consubstantiel, et le co-glorifié Esprit Paraclet de Dieu égal en honneur et adoration, sont anathèmes."

Le Synode de 1341 avec saint Grégoire Palamas dit dans son Tomos synodal que ceux qui acceptent les énergies de Dieu comme créées, et en particulier ceux qui acceptent que la Lumière de la divinité est créée, comme l'enseignait l'uniate scolastique Barlaam de Calabre, et, bien sûr, c'est un élément clé de la papauté comme on le lit dans les oeuvres de Thomas d'Aquin, ceux-là sont considérés comme hors de l'Église. Il est écrit que ceux qui maintiennent de telles opinions et ne s'en repentent pas "doivent être retirés et rejetés de la sainte Église catholique et apostolique du Christ, et de son établissement Chrétien Orthodoxe."

Le Synodikon de l'Orthodoxie lance l'anathème sur quiconque accepte les idées de Platon, à savoir les conceptions métaphysique et ontologique d'Analogia Entis, qu'il y aurait une analogie entre Dieu et le monde, et Analogia Fidei, qu'il y aurait une similarité entre Dieu et la Sainte Écriture. L'anathème est aussi lancé sur ceux qui n'acceptent pas les dogmes avec une foi pure et simple, et de tout leur coeur, "mais attendent des preuves et des explications logiques," c'est à dire ceux qui introduisent la méthode scolastique de connaissance de Dieu.

En analysant plus avant tout cela, nous pouvons mentionner les grands pères et théologiens de la papauté, Anselme de Canterbury et Thomas d'Aquin, dont les enseignements sont acceptés dans la théologie papale.

Anselme de Canterbury a élaboré et introduit la doctrine de la satisfaction de la justice divine, que le péché d'Adam aurait changé la justice de Dieu, et le sacrifice du Christ sur la Croix apaisé la divine justice et restauré l'ordre dans la Création. Cette distorsion de la vérité à propos de Dieu, qui montre que Dieu aurait les qualités d'un homme livré aux passions, qui est offensé et affecté, est aussi une distorsion du mystère de la divine Incarnation du Christ et de Son sacrifice sur la Croix. Bien entendu, la théologie de la divine justice et de la satisfaction adoptèrent le système féodal avec toutes ses conséquences théologique et sociale.

Thomas d'Aquin est le représentant le plus caractéristique de la scolastique, qui tenta de combiner les théories d'Aristote et Augustin. Entre autre choses, il identifia les énergies incréées de Dieu avec l'essence incréée, après avoir parlé à propos des soi-disant "actus purus", et il introduit la vue erronée des énergies de Dieu comme créées, présentant donc un Dieu eudémoniste qui est en fait inaccessible, inconnaissable, impersonnel, et bien entendu, enseigne que l'homme est en communion avec les énergies créées de Dieu. C'est donc que l'amour, la grâce divine et la paix de Dieu seraient des énergies créées de Dieu. De cette perspective bien l'enseignement que le Saint Esprit procède à la fois du Père et du Fils (Filioque), le feu du purgatoire, l'infaillibilité, etc. Ces théories furent condamnées par le 7ème Concile Oecuménique et par les Conciles Palamites que l'on considère comme 9ème concile Ocuménique, comme mentionné dans le Synodikon de l'Orthodoxie. On y a anathémisé tous ceux qui ne confessent pas qu'il y a "à la fois essence et essentielle, énergie naturelle."

Pour toutes ces raisons, saint Grégoire Palamas dit "Ceux qui sont de l'Église du Christ, sont aussi de la vérité ; et ceux qui ne sont pas de la vérité, ceux-là ne sont aussi pas de l'Église du Christ." Saint Irénée, évêque de Lyon, disait la même chose : ceux qui sont "hors de l'Église" sont automatiquement "hors de l'Église" car ils n'acceptent pas les traditions des Apôtres et la Foi de l'Église. Suivant saint Irénée, nous les considérons "comme hérétiques et cacodoxes, ceux qui se sont arrachés d'eux-mêmes (de l'Église) par orgueil et insolence."

2. Succession apostolique et papauté.

Puisqu'ils sont hors de l'Église, ils n'ont pas les Mystères (Sacrements), c'est pourquoi le clergé de la papauté et le pape lui-même, pour nous Orthodoxes, n'ont pas la prêtrise, et ont été retranchés de la succession apostolique.

Bien entendu, tout ceci peut paraître un peu étrange, mais c'est la réalité qui découle de la théologie Orthodoxe.

La succession apostolique n'est pas simplement une série d'ordination, mais en même temps elle se situe dans le partage de la vérité révélée. Lorsqu'une église se coupe d'elle-même du troc de l'Église Orthodoxe à cause de différences doctrinales, cela signifie qu'elle n'a plus le mystère de la prêtrise. C'est à dire que lorsque la vérité révélée est perdue et que des opinions hérétiques sont adoptées, cela a des implications sur la succession apostolique. Les Apôtres ont transmis le don de la prêtrise, mais en même temps ils ont donné, par la régénération, l'entière tradition de révélation.

A ce point, il est bon de rappeler l'enseignement de saint Irénée, évêque de Lyon, dans lequel il montre clairement que l'Église est très intimement liée à l'Orthodoxie et l'Eucharistie, ce qui signifie que lorsque la foi Orthodoxe est perdue, il n'y a plus ni Église ni Divine Eucharistie. Dès lors, le clerc qui perd sa Foi Orthodoxe est retranché de l'Église, et bien entendu, pour lui la tradition et la succession apostoliques sont perdues. Que saint Irénée lie la succession apostolique non seulement à la prêtrise, mais à la préservation de la vraie Foi, cela se voit dans ce passage "c'est pourquoi il faut écouter les presbytres qui sont dans l'Église, ils sont les successeurs des apôtres, ainsi que nous l'avons montré, et avec la succession dans l'épiscopat, ils ont reçu le charisme assuré de la vérité selon la volonté du Père." (Adv. Haer. IV,26,2)

Puisque dès lors, il n'y a plus de prêtrise pour ceux qui sont sous la papauté, pour cette même raison il n'y a plus de mystères, et ce qu'ils accomplissent ne sont pas des mystères sanctifiants. Mais si, comme certains le prétendent, le pape a la prêtrise, alors leur Eucharistie est valie et le pain présent sur leur autel est le Christ. Mais ceux-là tombent dans 2 erreurs : ils violent nombre de canons sacrés et se détournent ainsi du Christ Lui-même.

En général, nous devons dire que le Vatican n'est pas une Église, mais un système politico-économique, situé hors de l'Église, et le pape ensemble avec tout le "clergé" du Vatican ne sont pas des successeurs des Apôtres, et n'ont ni la tradition ni la succession apostolique.

Dès lors, il faut insister que c'est nous les Chrétiens Orthodoxes qui sont les Romanoi – les Romains, c'est à dire les descendants de l'empire romain ; et les Catholiques, c'est à dire Orthodoxes puisque ce terme de Catholique se réfère à tous les Orthodoxes. Les papistes sont les franco-latins, depuis que les Francs se sont emparés du trône de Rome, et sont des hérétiques.

En ces temps de confusion, comme notre époque l'est, nous devons être des confesseurs de la Foi, des martyrs pour la vérité, et des pasteurs qui veillent sur le peuple de Dieu selon des critères et conditions qui sont ecclésiologiques, qui mènent au Salut.

Source: Paremvasis, Mars 2001


================================================================


A (re)lire :
Grippe & Sainte Communion (encyclique du métropolite Nicolas de Mesogaia et Lavreotiki, 08/2009)
http://stmaterne.blogspot.be/2010/02/grippe-sainte-communion-encyclique-du.html

Commentaire perso : handle with care :-)
carpe diem!

28 juin 2013

réputation du blog Saint Materne

100% positif!


On veut vous humilier? Proposez d'en faire encore plus, ça désarme! (Mt 5,41 / P. John)

Gloire à Jésus-Christ!

Lectures du jour : Rm 2,14-29 & Mt 5,33-41

Bien longtemps avant Gandhi, Jésus-Christ avait lancé la méthode de la "résistance passive." Aux jours de l'occupation romaine, les soldats avaient le droit de forcer un passant à porter leur lourde armure et leur paquettage sur une distance d'un mile. Cette soumission au simple soldat ne servait qu'à démoraliser les Juifs. Dès lors, pour désamorcer cette humiliation, notre Seigneur offre une solution très simple pour vaincre la puissance de l'humiliation romaine et restaurer la fierté juive par le biais d'un moyen pacifique : "si quelqu'un vous force à faire un mile, parcourez donc deux mile avec lui." (Mt 5,41)

P. John


Glory to Jesus Christ!

Today's Scripture Readings:
Romans 2:14-29 & St. Matthew 5:33-41

Long before Gandhi, Jesus Christ instituted the method of "passive resistance." During the days of Roman occupation, soldiers could force any passersby to carry their heavy armor and belongings for up to one mile. However, this perk to the common soldier only served to demoralize the Jews. Therefore, to offset this degradation, our Lord offers a simple solution to trump Rome's power and restore Jewish pride through peaceful means: "if anyone forces you to go one mile, go with him two miles" (Matt. 5:41).

Fr. John
Archangel Michael Orthodox Church

L'icône de la Theotokos "aux 3 mains" ("Troeruchitsa")

Commémorée le 28 juin / 12 juillet

L'icône de la Mère de Dieu appelé" "au trois mains"
("Troeruchitsa"): Au 9ème siècle, à l'époque des iconoclastes, le moine saint Jean Damascène (mort vers 780, commémoré le 4 décembre) était zèlé dans sa vénération des saintes icônes. A cause de cela, il fut calomnié par l'empereur iconoclaste Léon III l'Isaurien (717-740) qui informa le caliphe de Damas que le moine Jean commettait des actes de trahison contre lui. Le caliphe ordonna de trancher la main du moine et le traîna sur la place publique. Vers le soir, saint Jean, ayant demandé au caliphe à récupérer sa main tranchée, la remis en place à son bras, et se jeta au sol devant l'icône de la Mère de Dieu. Le moine supplia Notre Dame de guérir sa main, avec laquelle il avait rédigé la défense de l'Orthodoxie. Après une longue prière, il s'endormit, et vit en songe que la Toute Pure Mère de Dieu venait le visiter, lui promettant rapide guérison. Avant cela, la Mère de Dieu lui annonça que sa main oeuvrerait sans faillir. S'étant réveillé, le moine Jean retrouva sa main intacte. Dans sa gratitude pour cette guérison, le moine Jean plaça sur l'icône une main en argent, d'où l'icône reçut ce titre de "aux trois mains." Selon la tradition, le moine Jean composa une hymne de reconnaissance à la Mère de Dieu - "Toute la Création se réjouit en toi, Ô pleine de grâce", que l'on trouve à la place du "il est digne en vérité" dans la Liturgie de saint Basile le Grand.

Saint Jean Damascène fit profession monastique au monastère de la Laure du moine Sava le Sanctifié et y offrit son icône miraculeuse. La Laure offrit comme bénédiction cette icône "aux trois mains" à saint Sava, archevêque de Serbie (+ 1237, commémoré le 12 janvier). A l'époque de l'invasion de la Serbie par les Turcs, les Chrétiens voulant protéger l'icône la confièrent à la Mère de Dieu elle-même. Ils placèrent l'icône sur un âne, qui sans conducteur l'amena au Mont Athos et s'arrêta devant le monastère d'Hilandar. Les moines portèrent l'icone à l'église cathédrale. Lors d'une période de désacord sur le choix de l'higoumène, la Mère de Dieu daigna elle-même accepter la direction du monastère, et depuis cette époque sa sainte icône occupe la place de l'higoumène dans l'église. Et depuis cette époque, au monastère d'Hilandar, on n'élit plus qu'un vicaire, et suivant l'usage monastique, les moines vont chercher bénédiction pour chaque oeuvre d'obéissance, mais ils le font à la sainte icône.


27 juin 2013

Pointez vos propres défauts, pas ceux des autres (Rom. 2,1 / P. John)

Gloire à Jésus-Christ!

Lectures du jour : Rm 1,28-2,9 & Mt 5,27-32

"Aussi es-tu sans excuse, qui que tu sois, toi qui juges. Car en jugeant autrui, tu juges contre toi- même: puisque tu agis de même, toi qui juges" (Rm 2,1)

En d'autres termes, faites attention à qui vous pointez du doigt, car en agissant de la sorte, vous avez 3 de vos propres doigts qui pointent vers vous-même!

P. John



Archangel Michael Orthodox Church
Glory to Jesus Christ!

Today's Scripture Readings:
Romans 1:28-2:9 & St. Matthew 5:27-32

"Therefore you have no excuse when you judge another; for in passing judgment upon him you condemn yourself." (Romans 2:1)

In other words, be careful who you point your finger at because when you do, you have three fingers pointing back at yourself!

Fr. John
Archangel Michael Orthodox Church

le manteau de la miséricorde (saint Isaac le Syrien)

Etendez votre manteau sur ceux qui ont sombré dans le péché, sur tous, et protégez-les tous.
Saint Isaac le Syrien.





Spread your cloak over those who fall into sin, each and every one, and shield them.

St. Isaac the Syrian

26 juin 2013

"Et si tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi..." (Mt 5,23 / P. John)

Gloire à Jésus-Christ!

Lectures du jour : Ro 1,18-27 & Mt 5,20-26

"Quand donc tu présentes ton offrande à l’autel, si là tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,  laisse là ton offrande, devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis reviens, et alors présente ton offrande." (Mt. 5,23-24)

La prière, le jeûne, le service et le culte doivent être offerts dans une grande pureté de coeur. Et si nous essayons de pratiquer l'une de ces choses tout en ayant encore un grief contre quelqu'un, selon les mots de saint Isaac le Syrien, ça reviendrait à "semer des graines sur un rocher"

P. John


Glory to Jesus Christ!

Today's Scripture Readings:
Romans 1:18-27 & St. Matthew 5:20-26

"So if you are offering your gift at the altar, and there remember that your brother has something against you, leave your gift there before the altar and go; first be reconciled to your brother, and then come and make your gift." (Matt. 5:23-24)

Prayer, fasting, stewardship, and worship must be offered with purity of heart; and if we attempt any of these while holding a grudge against someone, this would be akin to, in the words of St. Isaac the Syrian, "trying to grow a seed upon a stone."

Fr. John
Archangel Michael Orthodox Church

Merci!


Ce blog et le site sous-jacent sont gérés depuis un ordinateur qui a déjà 12 ans d'âge, avec un écran griffé, une imprimante ip4000 Canon fichue depuis un an. Et je n'ai pas de quoi payer le remplacement de cet ordinateur, et il tombe de plus en plus régulièrement en panne. Votre don "paypal", aussi modeste soit-il, m'aidera à constituer une réserve pour acheter du neuf.


Alors merci pour votre don matériel.. et merci d'aussi prier pour ma famille & moi.

Écologie et christianisme orthodoxe vont de pair (hiéromoine Joshua, EORHF)


"Au fur et à mesure que vous développez votre conscience de la nature, vous commencez à voir comment nous influençons toute vie, et comment toute vie nous influence. Une caractéristique-clé et capitale que nous devons connaître."
Tony Dix-Doigts / Wanbli Nata'u, Oglala Lakora

Tout à fait exact. La simplicité de coeur est la clé. Alors éteignez tous ces gadgets et machins et bidules qui freinent votre participation à la réalité de la nature et de l'amour.. et écoutez le vent qui souffle près de vos oreilles. Doux. Apaisant. Relaxant. Écoutez le chant des oiseaux. Béni. Serein. Laissez le soleil réchauffer et doucement bronzer votre visage. Buver un verre d'eau avec gratitude. Précieuse. Dieu vous a placé en un lieu pour un temps donné et une bonne raison. Saisissez la bonne nature de la réalité et rejetez l'illusion du péché. Repentez-vous et aspirez après les Cieux dès l'instant présent, tout en remarquant cette minuscule fleur rouge qui traverse le sol et marchez en l'évitant intentionnellement. Libérez quelqu'un qui meurt de faim, et soutenez à la fois l'écologie humaine et environementale sans sentimentalisme. Soutenez et actualisez l'amour et la miséricorde. Soyez Chrétien Orthodoxe dans les faits, et sauvez le monde.
Hiéromoine Joshua, EORHF


Absolutely true. Simplicity of heart is key. So turnoff those gadgets and contraptions and devices that obstruct your participation in the reality of nature and love . . . and listen to the wind blow past your ears. Gentle. Calming. Sweetness. Hear the song birds. Blessed. Serene. Let the sun warm and slightly tan your face. Drink a glass of water with thankfulness. Precious. God put you in place and time for a reason. Grasp the good nature of reality and reject the delusion of sin. Repent and long for heaven in the here and now but still see that very little tiny purple flower hugging the ground and intentionally step around it. Feed someone who is actually hungry and support both human and environmental ecology without sentimentality. Support and actualize love and mercy. Be Orthodox Christian in fact and save the world.
Hieromonk Joshua

25 juin 2013

Le Carême des saints Apôtres / Pierre et Paul (p. Tryphon, EORHF)

Certes, les paroisses suivant le Nouveau Calendrier n'auront pas de Carême des Apôtres cette année, vu la date tardive de la Pentecôte et la semaine qui la suit est "sans jeûne". Seuls les Chrétiens Orthodoxes en Ancien Calendrier auront donc l'occasion de pratiquer ce Carême-là. Voici une méditation du p. Tryphon à ce sujet, elle date de 2011 d'où les références chronologiques différentes. NDT



Aujourd'hui commence le Carême des Apôtres. Cette période de 22 jours d'abstinence nous prépare pour la Fête des saints Apôtres Pierre et Paul qui sera célébrée le 12 juillet (29 juin dans le Nouveau Calendrier). Comme pour toutes les autres périodes majeures de jeûne dans l'Église Orthodoxe - Grand Carême, Carême de la Nativité, Carême de la Dormition - cette période de jeûne nous offre l'occasion de nous vider de nous-mêmes pour y laisser la place au Seigneur.

Jeûner a toujours été un important élément dans la vie des Chrétiens. Le Seigneur Lui-même a jeûné au désert 40 jours durant, avant d'entamer Son ministère, et les Églises de l'Ancien et du Nouveau Testament considèrent le jeûne comme un élément essentiel de la vie spirituelle.

Dans notre société moderne, nous entendons souvent que jeûner, c'est afin de perdre du poids, l'aspect spirituel n'entre pas en ligne de compte. Cependant, même si jeûner peut être efficace pour perdre du poids, le but essentiel du jeûne est de se préparer pour une croissance spirituelle. En nous privant de la consommation de produits laitiers, oeufs, viande et même dessert, c'est une manière de nous amener à l'éveil spirituel qui ne serait autrement pas possible.

Ces périodes de jeûne sont aussi un appel pour un accroissement de l'effort dans notre vie de prière, et de lecture spirituelle. Et en plus, saint Basile le Grand en disait "le vrai jeûne, c'est rejeter le mal, mettre une garde à sa bouche, cesser de haïr autrui, et banir l'envie, les mauvaises paroles, le mensonge et la trahison de la parole donnée."


Dans l'amour du Christ,
Hiéromoine Tryphon

http://morningoffering.blogspot.be/2011/06/monday-june-20-2011-june-7-2011-2-nd.html

 

Le bon enseignant (saint Ignace le Théophore)



Il est bon d'enseigner, à condition que celui qui enseigne donne aussi le bon exemple par ses actions.
Saint Ignace d'Antioche

24 juin 2013

Nativité de saint Jean le Baptiste (P. John)


Lectures du jour:
Éph. 5,9-19
Mt 18,10-20

Lectures de la fête:
Rom. 13,11-14,4
Lc 1,1-25, 57-68, 76, 80

Jésus a proclamé que Jean le Baptiste était "le plus grand parmi ceux nés d'une femme" (Mt 11,11), et tout au long de notre année liturgique, l'Église commémore sa conception, nativité et martyre - de même que la découverte de ses reliques. Il n'y a pas d'autre saint qui reçoive une telle attention, peut-être du fait du rôle de Jean comme "Précurseur", qui a une telle signification. Il est le Dernier Prophète, qui nous appelle à la repentance, et il est la "voix qui crie dans le désert", nous préparant pour le retour du Messie.

O glorieux prophète, précurseur et Baptiste Jean, prie Dieu pour nous!

P. John
Archangel Michael Orthodox Church



Today's Scripture Readings:
Ephesians 5:9-19 (daily)
Romans 13:11-14:4 (Feast)
St. Matthew 18:10-20 (daily)
St. Luke 1:1-25,57-68,76,80 (Feast)

Jesus proclaimed that John the Baptist was the "greatest among those born of women" (St. Matthew 11:11) and throughout the course of our liturgical year the Church commemorates his conception, birth, and beheading - as well as the finding of his relics. There is no other Saint who receives such attention, perhaps because John's role as the "Forerunner" is so significant. He is the Last Prophet calling us to repentance and a "voice crying in the wilderness" preparing us for the arrival of the Messiah.

O Glorious Prophet, Forerunner, and Baptist John, pray unto God for us!

Fr. John
Archangel Michael Orthodox Church




Le 24 juin est aussi la fête du Québec - bonne fête à nos amis lecteurs québecois et à leurs compatriotes de la "Belle Province"!

l'intention et l'action (saint Grégoire le Grand)


Si l'intention est impure, l'action qui s'ensuivra sera aussi mauvaise, quand bien même elle pourrait sembler bonne.
Saint Grégoire le Grand

23 juin 2013

prière de Pentecôte


Depuis l'Ascension, nous étions dans l'attente. A présent nous pouvons recommencer cette prière quotidienne:

Roi Céleste, Consolateur, Esprit de vérité,
Toi Qui es partout présent, et remplit tout
Trésor de biens et donateur de Vie,
Viens et demeure en nous.
Purifie-nous de toute souillure,
Et sauve nos âmes, Toi Qui est bonté.

Pentecôte : Synaxaire (Nicéphore Calixte Xanthopoulos)



Ce huitième dimanche de Pâques,

nous fêtons la Sainte Pentecôte.

verset
Par un vent violent, aux Apôtres le Christ
sous les langues de feu donne le Saint Esprit.


Cette fête aussi, nous l'avons héritée des Hébreux et de leurs livres. De même qu'ils célèbrent leur Pentecôte pour honorer le chiffre sept et parce que cinquante jours après la Pâque ils ont reçu la Loi, de même nous aussi, en fêtant les cinquante jours après la Pâque, nous recevons le très Saint Esprit, qui donne la Loi nouvelle, mène à l'entière vérité et accomplit la volonté de Dieu.

Il faut savoir que les anciens Hébreux avaient trois fêtes: la Pâque, la Pentecôte et la Scénopégie (fête des tabernacles). La Pâque, ils la faisaient en souvenir de la traversée de la mer Rouge. La Pâque signifie Passage. Une telle fête préfigurait la nôtre: le passage, la montée du ténébreux péché au Paradis.

La Pentecôte, ils la célébraient en souvenir de ce qu'ils avaient souffert dans le désert, se rappelant comment ils avaient été conduits, par de multiples épreuves, à la terre de la promesse, car c'est alors qu'ils avaient goûté les fruits, le froment et le vin. Elle montrait déjà le malheur de notre incrédulité et notre entrée dans l'Église: c'est alors que nous aussi, nous avons communié au Corps et au Sang du Maître. Les uns disent que pour cette raison la Pentecôte fut célébrée chez les Hébreux. Les autres disent que c'est en l'honneur des cinquante jours où Moïse a jeûné avant de recevoir la Loi écrite par Dieu. En ce cas, on fait aussi mémoire du sacrifice offert au veau d'or et des autres actions accomplies par Moïse lorsqu'il monta sur la montagne et qu'il en descendit. D'autres sont d'avis que la Pentecôte a été imaginée par les Hébreux en l'honneur du chiffre sept, comme il a été dit: car, multiplié par sept, il donne cinquante moins un. Cette cinquantaine ne se respecte pas seulement par rapport aux jours, mais encore aux années: de là est né chez eux le Jubilé, qui a lieu après sept fois sept ans. Alors, ils laissent la terre sans semences, ils accordent du repos aux animaux et ils obligent les acheteurs à libérer leurs esclaves.

La troisième fête, c'est la Scénopégie, fêtée après la récolte des fruits, c'est-à-dire cinq mois après la fête de Pâques. On la célèbre en souvenir du jour où Moïse planta pour la première fois la Tente qu'il avait contemplée dans la nuée sur le mont Sinaï et qui avait été fabriquée par l'architecte Béséléel. Eux aussi, ils font des tentes, des tabernacles, ils vivent dans les champs et, rendant grâces à Dieu, ils récoltent les fruits de leurs peines. C'est là également que David semble avoir écrit ses psaumes (8, 80, 83) sur "Les pressoirs" (la gitthienne).

Ce tabernacle est l'image de notre résurrection des morts, lorsqu'ayant détruit notre demeure corporelle et planté une habitation nouvelle, nous jouirons des fruits de nos peines, jubilant dans les demeures éternelles.

Il faut savoir que ce même jour, alors qu'on célébrait la Pentecôte, l'Esprit Saint descendit sur les Disciples. Puis il a semblé bon aux Saints Pères de diviser en deux cette fête, vu la grandeur de l'Esprit très Saint et vivifiant, l'un de la sainte Trinité, principe de vie. Voici pourquoi nous aussi, nous parlerons demain de la descente de l'Esprit Saint.

Par les intercessions de Tes saints Apôtres, Ô Christ notre Dieu, aie pitié de nous. Amen


en anglais :
http://www.johnsanidopoulos.com/2011/06/synaxarion-for-sunday-of-pentecost.html