"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

24 janvier 2014

Hétérodoxes: comment se comporter avec eux (p. Seraphim Rose, saint Silouane)

http://orthodoxinfo.com/inquirers/howtotreattheheterodox.aspx

Le bienheureux père Seraphim (Rose) de Platina

Quelques années avant de mourir, p. Seraphim reçu une lettre d'une Afro-américfaine qui, étant catéchumène apprenant l'Orthodoxie, était en lutte face à l'attitude peu charitable dont faisaient preuve certains Chrétiens Orthodoxes vis à vis de ceux qui sont hors de l'Église, une attitude qui lui rappelait comment son propre peuple avait été traité. "Je suis très troublée", disait-elle, "de voir comment ces Orthodoxes regardent ce que le monde appelerait les Chrétiens Occidentaux, c-à-d les Protestants et les Catholiques-Romains. J'ai lu nombre d'articles par nombre d'auteurs Orthodoxes, et quelques uns utilisent des termes tels que 'papistes', etc, ce que je trouve très troublant et offensant. Je les trouve offensants car étant d'une race qui a été victime de nombre de sobriquets peu amènes, je ne voudrais pas moi-même utiliser ces méthodes. Même 'hérétique' me perturbe.
Que dois-je faire de mes amis et de mes proches? Ils ne connaissent rien à propos de l'Orthodoxie ou ne la comprennent pas. Cependant, ils croient et célèbrent le Christ... Dois-je traiter mes amis et mes proches comme s'ils étaient des sans Dieu, ou sans Christ?.. Ou puis-je les appeler Chrétiens, mais qui simplement ne connaîtraient pas la véritable Église?
En vous posant cette question, je ne peux que penser à saint Innocent d'Alaska visitant les monastères franciscains en Californie. Il restait profondément Orthodoxe, et cependant il traitait les prêtres qu'il y rencontrait avec douceur et charité et sans leur coller un sobriquet. J'espère que c'est bien ça que l'Orthodoxie dit de faire pour traiter les autres Chrétiens.

La question épineuse de cette femme était en faite très habituelle parmi les gens se joignant à la Foi Orthodoxe. Approchant du terme de sa courte vie et ayant tiré un trait sur l'amertume de sa jeunesse, p. Seraphim répondit ceci:

"J'ai eu beaucoup de joie à lire votre lettre - de la joie non pas parce que vous êtes dans la confusion avec cette question qui vous perturbe, mais parce que votre attitude révèle que dans la vérité de l'Orthodoxie vers laquelle vous êtes attirée, vous aimeriez aussi trouver place pour une attitude pleine d'amour et de compassion pour ceux qui sont hors de la Foi Orthodoxe.

Je crois en effet fermement que c'est ce que l'Orthodoxie enseigne...

Je vais brièvement vous exposer ce que je crois être l'attitude Orthodoxe envers les Chrétiens hétérodoxes.

1. L'Orthodoxie est l'Église fondée par le Christ pour le Salut de l'humanité, et dès lors nous devrions protéger de notre vie la pureté de son enseignement et notre propre fidélité à ce dernier. Il n'y a que dans l'Églie Orthodoxe que la grâce est donnée par les Sacrements (la plupart des autres églises ne considèrent même pas avoir des sacrements dans un sens réel du terme). Seule l'Église Orthodoxe est le Corps du Christ, et si le Salut est déjà si difficile au sein de l'Église Orthodoxe, combien plus l'est-il assurément en dehors de l'Église!

2. Cependant, ce n'est pas à nous de définir l'état de ceux qui sont hors de l'Église Orthodoxe. Si Dieu souhaite accorder le Salut à certains qui sont Chrétiens de la meilleure manière qu'ils peuvent, mais même sans connaître l'Église Orthodoxe - c'est Lui qui le décide, ce n'est pas notre affaire. Mais lorsque Dieu agit de la sorte, c'est en dehors de la voie normale qu'Il a établie pour le Salut - qui est dans l'Église, en tant que membre du Corps du Christ. Je peux accepter quant à moi l'expérience de Protestants "nés de nouveau" en Christ; j'ai rencontré des gens qui ont entièrement changé de vie suite à leur rencontre avec le Christ, et je ne peux pas nier leur expérience rien que parce qu'ils ne sont pas Orthodoxes. J'appelle ces gens des Chrétiens "subjectifs" ou "débutants." Mais jusqu'à ce qu'ils soient unis à l'Église Orthodoxe, ils ne sauraient avoir la plénitude du Christianisme, ils ne savent pas être objectivement Chrétiens comme appartenant au Corps du Christ et recevant la grâce des Sacrements. Je pense que c'est aussi pour cette raison qu'il existe nombre de sectes parmi eux - ils commencent la vie Chrétienne par une authentique conversion au Christ, mais ils ne savent pas continuer la vie Chrétienne de manière convenable tant qu'ils ne sont pas unis à l'Église Orthodoxe, et dès lors ont substitué leur propres opinions et expériences subjectives pour les enseignements et sacrements de l'Église.

Dès lors, concernant ces Chrétiens qui sont hors de l'Église Orthodoxe, je dirais ceci : ils n'ont pas encore la plénitude de la vérité - peut-être qu'elle ne leur a pas encore été révélée, ou peut-être est-ce de notre faute parce que nous ne vivons pas ni n'enseignons la Foi Orthodoxe d'une manière qu'ils peuvent comprendre. Nous ne saurions être uns de Foi avec eux, mais il n'y a pas de raison pour que nous les considérions comme totalement étrangers ou égaux aux païens (quoique nous ne devrions pas non plus être hostiles envers les païens - eux non plus n'ont pas encore rencontré la vérité!). Il est vrai que nombre d'hymnes non-Orthodoxes contiennent des enseignements ou au moins une orientation vers ce qui est faux - en particulier l'idée que lorsque quelqu'un est "sauvé", il n'a plus rien besoin d'autre puisque le Christ aurait tout accompli. Cette idée empêche les gens de voir la vérité de l'Orthodoxie, qui met l'accent sur l'idée de lutte pour le Salut même après que le Christ nous l'ai donné, comme le dit saint Paul " travaillez avec crainte et tremblement à accomplir votre Salut" (Phil 2,12). Mais presque tous les chants de Noël sont corrects, et sont repris par les Chrétiens Orthodoxes en Occident (certains sont même chantés dans les monsatères les plus stricts!).

Le terme "hérétique" (comme nous l'exposons dans notre article sur le p. Dimitri Doudko) est en effet utilisé à tort et à travers de nos jours. Il avait une signification précise et une fonction, pour distinguer les nouveaux enseignements par rapport à l'enseignement Orthodoxe. Mais très peu des actuels Chrétiens hétérodoxes sont de vrais "hérétiques", et ce n'est vraiment pas correct de les appeler ainsi.

Pour finir, je pense que l'attitude du p. Dimitri Doudko est la bonne : nous devrions voir les hétérodoxes comme des gens à qui l'Orthodoxie n'a pas encore été révélée, des gens qui sont potentiellement Orthodoxes (si seulement nous-mêmes étions capables de leur donner un meilleur exemple!). Il n'y a pas de raison pour laquelle nous ne pourrions pas les appeler Chrétiens, et être en bons termes avec eux, reconnaissant que nous avons au moins notre foi en Christ en commun, et vivre en paix en particulier avec nos propres familles. L'attitude de saint Innocent vis à vis des catholiques-romains en Californie est un bon exemple pour nous. Une attitude dure et polémique ne devrait être adoptée que lorsque les hétérodoxes essaient de détourner nos fidèles ou changer nos enseignements..

Quant aux préjugés - ils appartiennent au monde, pas à l'Église. L'Orthodoxie ne vous demande pas d'accepter le moindre préjugé ou opinion à propos d'autres races, nations, etc."

De "Pastoral Guidance", Chapitre 84 du livre "Father Seraphim Rose: His Life and Works."
+ + +


Saint Silouane l'Athonite

(Archimandrite Sophrony) : Nous avons eu connaissance d'une conversation entre le Starets et un archimandrite qui exerçait une activité missionnaire parmi les non-Orthodoxes. Cet archimandrite estimait beaucoup le Starets et vint à diverses reprises s'entretenir avec lui lors de ses séjours à la Sainte Montagne. Le Starets lui demanda comment il prêchait. L'archimandrite, qui était encore jeune et inexpérimenté, s'écria en gesticulant et en secouant tout son corps :
Je leur dis : « Votre foi, c’est de la fornication. Chez vous, tout est déformé, tout est faux, et vous ne serez pas sauvés si vous ne vous repentez pas ».
Le Starets l’écouta, puis lui demanda : - Et dites-moi, Père archimandrite, croient-ils en Jésus Christ, croient-ils qu’il est le vrai Dieu
- Oui, cela, ils le croient.
- Et vénèrent-ils la Mère de Dieu ?
- Oui, ils la vénèrent; mais leur doctrine à son sujet est fausse.
– Vénèrent-ils les saints ?
- Oui, ils les vénèrent, mais quels saints peut-il donc y avoir chez eux depuis qu’ils se sont séparés de l’Eglise ?
- Ont-ils des offices dans leurs églises, lisent-ils la Parole divine ?
- Oui, ils ont des offices et des églises, mais si vous pouviez voir ce que sont ces offices en comparaison des nôtres, quel froid, quelle absence de vie !
- Eh bien ! Père archimandrite, leur âme sait qu’ils font bien de croire en Jésus Christ, de vénérer la Mère de Dieu et les saints, de les invoquer dans leurs prières; et si vous leur dites que leur foi c’est de la fornication, ils ne vous écouteront pas … Mais dites aux gens qu’ils font bien de croire en Dieu; qu’ils font bien de vénérer la Mère de Dieu et les saints; qu’ils font bien d’aller à l’église pour les offices, de prier à la maison, de lire la Parole divine, et le reste; mais que, sur tel ou tel point, ils sont dans l’erreur, qu’il faut corriger cette erreur et qu’alors tout sera bien. Le Seigneur se réjouira en eux, et ainsi nous serons tous sauvés par la miséricorde de Dieu. Dieu est Amour; c’est pourquoi toute prédication doit, elle aussi, procéder de l’amour, et alors elle sera salutaire et pour celui qui prêche, et pour celui qui l’écoute. Mais si vous condamnez, l’âme du peuple ne vous écoutera pas, et il n’en résultera aucun bien.

Archimandrite Sophrony, "Le starets Silouane" P. 62-63 Ed. Présence Paris. 1996

Aucun commentaire: