"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

18 janvier 2014

Le Schisme "oriental" vu par un cardinal catholique-romain

"La grande coupure se situe à la charnière du 11ème et du 12ème siècle. Mais la coupure n'intervient qu'en Occident, où, entre la fin du 11ème et celle du 12ème, tout se transforme. Elle n'intervient pas en Orient où, à tant d'égards, les choses chrétiennes sont encore aujourd'hui ce qu'elles y étaient chez nous avant la fin du 11ème siècle. Constatation qui s'impose à mesure que l'on connaît mieux les choses, mais qui est extrêmement grave, car elle nous reporte précisément au moment où le schisme s'affirme d'une façon qui a été jusqu'ici sans vrai remède."
Cardinal Yves CONGAR, "Notes sur le schisme oriental", Chevetogne, 1954, p.53

Cit. in : "la presqu'île interdite" p. 51 (édition de poche)


Aucun commentaire: