"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

20 janvier 2014

Saint Pierre le percepteur d'impôts

http://stpaulbrisbane.org/SaintOfTheDay20January.htm



Saint Pierre, de rang patricien, fut nommé par l'empereur Justinien (527-65) pour administrer la province romaine d'Afrique. Dur et sans la moindre ombre de compassion, il fut vite universellement surnommé "l'avare."

Un jour, un mendait l'importunait avec insistance pour recevoir l'aumône, il prit un pain chaud que son serviteur venait de lui apporter et le jeta telle une pierre à la tête du mendiant. Ce dernier le prit avec joie et partit. Deux jours plus tard, Pierre tomba soudainement fortement malade, et dans sa fièvre, il se vit paraissant au Jugement Dernier pour y rendre compte de tous ses actes.

Une balance se tenait devant lui, et d'affreuses créatures déposaient toutes ses mauvaises actions dans le plateau de gauche, pendant que de radieux Anges se tenaient à droite, dépités de n'avoir aucune bonne action à placer dans le plateau de droite, si ce n'est ce pain qu'il avait jeté en colère au mendiant. Pierre se réveilla soudain, et oubliant sa maladie, s'empressa de donner tous ses biens aux pauvres, même ses vêtements.

Après cela, en rêve, il vit le Christ portant les vêtements qu'il avait donnés, alors il décida de ne pas s'en tenir là, et il se vendit lui-même comme esclave à un orfèvre, afin de donner en aumône l'argent de sa vente. Quelque temps après, craignant d'être découvert, il s'enfuit pour Jérusalem, et de là pour Constantinople, où il rendit son âme en paix à Dieu dans sa vieille maison.

Aucun commentaire: