"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

11 février 2014

L'obéissance décroche la Lune (Moïse le Lybien)

Moïse le Lybien était un homme d'une excessive gentillesse, qui se vit gratifier du don de guérisons.
Il me dit : "Lorsque j'étais encore un jeune au monastère, nous avions dû creuser une profonde citerne, au moins 30 pieds de large. 18 d'entre nous avaient creusé 3 jours durant, et nous étions arrivés un mètre plus profond que d'habitude. Nous nous attendions à ce que l'eau jaillisse mais rien ne survint. Très déçus, nous pensions abandonner. Le père Pior survint alors du fond du désert à la sixième heure (sixte), dans la chaleur du jour, et le vieil homme était vêtu d'un manteau. Il nous salua et dit "pourquoi êtes-vous devenus faibles de coeur, ô gens de peu de foi? Car déjà depuis hier je vous vois abandonner."
Et il descendit dans la citerne sur une échelle, et il pria en chemin. Il prit la pioche, et alors qu'il frappait pour la 3ème fois, il dit "Ô Dieu des saints patriarches, ne réduit pas à néant le labeur de Tes serviteurs, mais envoie-leur l'eau dont ils ont besoin." Et d'un coup, l'eau jaillit comme pour les tremper. Ensuite, il dit une autre prière et il partit. Ils voulurent le faire manger, mais il ne voulut pas agréer leur demande, et dit au contraire "Voici ce pourquoi j'ai été envoyé. Je n'ai pas été envoyé pour ceci..."



Moses, the Libyan, was a very gentle and exceedingly lovable man who was accounted worthy of the gift of healing. He told me: When I was a youth in the monastery, we dug a large cistern twenty feet across. Eighty of us had been digging away there for three days and we had gone about a cubit farther than usual. We had expected to find a spring but had not found water. Deeply disappointed, we were considering giving up the task. Abba Pior happened along then from the Great Desert at the sixth hour, in the heat of the day,  and the old man was wearing a cloak. He greeted us and then said, "Why have you become faint of heart, O ye of little faith? For since yesterday I have seen you losing heart." And he went down into the pit of the cistern on a ladder and prayed along with them. He took up the pickaxe and said while striking the third blow, "O God of the holy Patriarchs, do not bring to naught the labor of your servants, but send them the water they need." And at once water spouted forth so as to sprinkle them. Then he said another prayer and left. They tried to get him to eat, but he did not accede to their wishes, however, but said, "That for which I was sent is accomplished. I was not sent for this."

Aucun commentaire: