"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

06 mars 2014

Saint Chrodegang de Liège & Metz (712-766), père du chant messin, appelé par la suite chant grégorien.

 
plaque d'ivoire d'un évangéliaire messin, représentant saint Chrodegang



Tropaire de saint Chrodegang, ton 6
Né dans l'ardente cité liégeoise et formé à son école de chant,
tu entras comme moine à l'abbaye de Sint Truiden,
puis de Charles Martel tu devins le chancelier.
Appelé à être le pasteur de l'Église de Metz,
tu y devins aussi le père de cette divine cantilène,
qui de chant messin finit par s'appeler chant grégorien,
et s'éleva dans toutes les églises et cathédrales,
en cette sublime louange qui convient à la sainte Trinité.
Que Dieu nous sauve par tes saintes prières, Chrodegang notre père.




Un magifique ensemble médiéval travaille sur ce chant messin. J'en ai le premier album, les interprétations sont splendides.
http://www.scolametensis.com

J'ai aussi quelques copies de partitions "à neumes" datant donc d'avant l'An Mil - puisque la notation "carrée" lorraine est apparue au 11ème siècle. Au demeurant, en fouillant page par page les manuscrits mis en ligne par l'ancienne abbaye de Sankt Gallen (CH), on peut retrouver ainsi d'autres chants d'Église qui datent de cette période où tout n'avait pas encore basculé.
http://www.e-codices.unifr.ch/fr/list/csg/Shelfmark/20/0
http://www.e-codices.unifr.ch/fr/list/ssg/Shelfmark/20/0

Le plain-chant occidental messin et la 1ère période où il s'est appelé grégorien, est musicalement objectivement plus riche que ce qui est apparu par la suite avec la réforme cistercienne à Clairvaux, où une simplification assez radicale a été apportée à l'ensemble. On se souviendra que l'écolâtre de Charlemagne, Alcuin, avait rédigé un traité sur la formation des chantres et qu'à l'époque il considérait qu'il fallait au moins cinq ans pour obtenir un bon chantre.. avec des formations à plein temps 7j/7, ça situe la richesse et la complexité du vieux plain-chant occidental. On trouvera beaucoup de rapprochements - compréhensibles quand on connaît les influences "hors mythes et légendes des synaxaires et traités d'histoire religieuse" - avec les meilleures interprétations des anciens chants "zhnamenyie" russes.


Sur cette enluminure de la Messe de saint Paul, dans le manuscrit de Drogon de Metz, 9ème siècle,, il est intéressant de voir sa position, celle de l'assemblée des fidèles, et celle du Calice, puisque l'évêque est occupé à célébrer l'Eucharistie.


COLLECTE
SEIGNEUR, sauveur et protecteur de ceux qui Te craignent, écarte de Ton Église, par l'intercession du bienheureux Chrodegang, Ton évêque et confesseur, les attraits fallacieux de la sagesse du monde, pour que ses vains mensonges ne séduisent pas ceux qu'éclaire et qu'instruit la vérité même, Jésus-Christ Ton Fils, Qui, étant Dieu, vit et règne avec Toi.
TIMENTIUM te, Domine, salvator et custos, averte, quaesumus, ab Ecclesia tua, intercedente beato Chrodegango Confessore tuo atque Pontifice, mundanae sapientiae delectamenta fallacia : ne vanitas mendaciorum decipiat, quos ipsa Veritas illuminat et erudit, Jesus Christus Filius tuus : Qui tecum vivit et regnat.

à (re)lire : Chronologie sommaire illustrée du plain-chant occidental jusqu'à l'An Mil
http://stmaterne.blogspot.be/2006/12/chronologie-sommaire-illustre-du.html

Aucun commentaire: