"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

04 avril 2014

Abraham, ou l'obéissance jusqu'au sacrifice total (Gen 22 / P. John

Lectures du jour : Gen 22,1-18 & Prov 17,17-18,5

"Derrière chaque croyance, il y a quelque chose de terrible et dur, pour laquelle le fidèle pourrait un jour être amené à souffrir."  E.M. Forster

Jusqu'où seriez-vous prêt d'aller afin de prouver votre foi en Dieu? La lecture de la Genèse de ce jour nous apporte ce qui pourrait bien être l'ultime exemple d'une foi qui a été "éprouvée", de même que ce qui est potentiellement le moment-pivot de la vie d'Abraham. Et vu l'importance particulière de ce récit au sein du Judaïsme, il a reçu son propre nom : Akedah. En hébreux, akedah signifie "lier" ou "la ligature," et bien entendu cela fait référence à Isaac qui avait été lié et placé sur un autel pour être offert en offrande brûlante par son père. Et pour les Chrétiens cet événement est aussi important car il est un archétype, une préfiguration de la volonté de Dieu de sacrifier Son propre Fils, Jésus-Christ, sur la Croix.

Au fil du déploiement du récit, Dieu appelle Abraham et lui demande de sacrifier son fils Isaac, disant "Prends ton fils unique, Isaac, que tu aimes, et va dans la région de Moriah. Sacrifie-le là comme offrande brûlante sur une des montagnes" (Gen 22,2). Il n'est pas difficile de s'imaginer l'agonie qu'Abraham a dû ressentir, et le tremplement intense d'Abraham emmenant Issac et l'embarquant pour ce voyage terrifiant. Malgré son grand amour pour son fils, Abraham est obéissant à Dieu. Abraham part vers l'endroit qui lui est indiqué, prépare un autel pour le sacrifice, allume un feu, et lie son fils pour cette ultime épreuve de confiance.

Cependant, alors qu'Abraham allait offrir le sacrifice suprême, un Ange du Seigneur intervient. Abraham avait été agréable à Dieu par sa volonté d'aller jusqu'au sacrifice de son fils, et avait ainsi passé l'épreuve de la foi! Il s'était démontré obéissant et sans hésitation dans son engagement et sa loyauté à Dieu, le rendent ainsi vraiment digne d'être le "père d'une multitude de nations."

Après avoir lu ce récit, nous devons nous demander à nous-mêmes : serions-nous capables de réussir une telle terrifiante mise à l'épreuve de notre foi? Est-ce que notre amour de Dieu est capable d'égaler l'épreuve qu'Abraham a reçue? Parce qu'aimer Dieu ça n'implique pas seulement Lui accorder notre confiance, mais être prêt à faire tout ce que Dieu nous demandera. Peu importe le prix, peu importe les conséquences. Ceci est en réalité la véritable définition de la "foi".

P. John







Today's Scripture Readings:
Genesis 22:1-18 & Proverbs 17:17-18:5

"There lies at the back of every creed something terrible and hard for which the worshiper may one day be required to suffer."- E.M. Forster

How far would you be willing to go in order to prove your faith in God? Today's reading from Genesis provides us with might possibly be the ultimate example of a faith that was "tested," as well as what is likely the most pivotal moment of Abraham's life. And because this particular story's importance within Judaism, it has been given its own title: "The Akedah." In Hebrew, akedah means "to bind" or "the binding," and of course refers to Isaac who was bound and placed on the altar of burnt offering by his father. Yet to Christians, this event is also important because it is an archetype, which prefigures and foreshadows God's willingness to sacrifice His Own Son, Jesus Christ, upon the Cross.

As the story unfolds, God calls to Abraham and asks him to sacrifice his son Isaac, saying, "Take your only son Isaac whom you love, and go to the region of Moriah. Sacrifice him there as a burnt offering on one of the mountains" (Gen. 22:2). One can only imagine the agony Abraham must have felt at hearing these words, especially since he and Sarah were barren for so long. Therefore it was with a heavy heart and great trepidation that Abraham takes up Isaac and embarks upon this dreaded journey. In spite of the great love for his son, Abraham is obedient to God. Abraham goes to the place he is directed, prepares an altar of sacrifice, kindles a fire, and binds his son for this ultimate test of trust.

However, just as Abraham was about to make the supreme sacrifice, an angel of the Lord intervened. Abraham had pleased God by his willingness to sacrifice his son and had passed this test of faith! He proved himself obedient and unwavering in his commitment and loyalty to God, thus making him truly worthy of being the "father of many nations."

After reading this account, we must ask ourselves, could we pass such an awesome test of faith? Is our love for God capable of matching the test Abraham was given? Because loving God not only entails putting our trust in Him, but being ready to do whatever God requires us to do; no matter the cost, no matter the consequences. This, then, is what the definition of "faith" really is.

Fr. John




Aucun commentaire: