"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

11 avril 2014

C'est la guerre, armez vos enfants! (p. Tryphon, EORHF)



De tout mon coeur, je crois que c'est un appel de Dieu qui m'a amené à étendre mon pastorat aux campus des collèges et universités, et à écrire un "blog" alimenté au quotidien, à enregistrer du lundi au vendredi des émissions diffusées hors ligne ("podcast") sur Ancien Faith Radio, et à poster mes articles de blogs sur 2 pages Facebook.

Tout cela pour essayer d'exposer à notre jeunesse les enseignements de l'Église, et leur offrir des faits établis à propos du Christianisme traditionnel, leur permettant de voir que la Foi n'est pas simplement l'expression d'un héritage ethnique de leurs parents, ou la préservation d'une tradition familiale pluri-générationnelle. Si notre jeunesse ne connaît rien de la foi, et n'est pas aidée à faire sienne cette foi, à l'internaliser dans son coeur, comment pourrions-nous espérer briser le cycle de départ de l'Église qui est en cours dans tout le pays? Si nous insistons pour rester distants par notre attitude d eprêtre, comment les jeunes se sentiront-ils libres de venir à nous avec leurs doutes, et comment renverserons-nous la courbe de l'exode massif des jeunes loin des églises?

Comment ces merveilleux jeunes gens pourront affronter le sécularisme, l'humanisme et l'athéisme qui sont déversés dans leurs jeunes esprits, si nous ne les armons pas avec une foi qui sait tenir tête aux défis que les professeurs et des condiscipes lancent pour détruire "les croyances provinciales et ethniques enseignées par des parents arrièrés, des grands-parents analphabètes, et un clergé qui ne s'intéresse qu'à lui-même?"

Nous sommes en guerre! Si nous n'armons pas nos enfants avec des armes spirituelles, ils seront gagnés par l'ennemi, et nous n'aurons qu'à nous en prendre à nous-mêmes. Si toute notre foi n'est pour eux qu'une religion arriérée qu'ils ne comprennent pas, et si ils ne ressentent pas l'amour du Christ dans le coeur de leurs parents, prêtres et évêques, alors ils partiront vers les pâturages plus verdoyants d'une société qui ne veut plus de religion pompeuse, d'hypocrisie et de scandale. Si les jeunes ne se sentent pas aimés et respectés par leurs évêques et leurs prêtres, ils se tourneront contre tout ce pour quoi nous sommes, et nous ne les verrons qu'à nos fêtes d'églises ethniques, et occasionnellement aux funérailles.

Si ces jeunes ne sont pas éduqués dans la vraie foi du Christ, et aidés à la faire leur par notre exemple de sainteté de vie, et par notre amour envers eux, ils n'auront pas reçu l'armure et les munitions pour tenir bon face à l'athéisme de notre époque, et ils seront perdus.

Dans l'amour du Christ,
higoumène Tryphon




Nombre de réfugiés Syriens ont des sentiments mitigés en célébrant Noël alors que la guerre fait encore rage dans leur pays d'origine. Ci-dessus, des enfants Syriens de la ville de Maaloula participent à la Liturgie dans une église à Damas. [Louai Beshara/AFP]
src

Aucun commentaire: