"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

30 avril 2014

Famille et Société dans la crise actuelle - encyclique de l'Église de Grèce (12/2013)

original grec :

http://www.ecclesia.gr/greek/holysynod/egyklioi.asp?id=1734&what_sub=egyklioi

 


==================================

Au Peuple,
« Famille et Société dans la crise actuelle »

Athènes, 12 décembre 2013

Encyclique 2945

Bien-aimés Enfants dans le Seigneur,

Le Saint Synode des hiérarques s'est réuni en octobre dernier, en cette période de divers problèmes sociaux et économiques, à un moment critique de réorganisation. En tant que société, nous avons à surmonter des obstacles complexes et de sérieuses pathologies et distorsions.

En tant qu'Église, nous poursuivons notre lutte commune pour le présent et l'avenir de la société hellénique, et réfléchissons à nos responsabilités et capacités pour accomplir notre mission en une époque de corruption et de trivialisation de la personne humaine, de dévaluation du caractère sacré et de la dignité d'une voie spirituelle essentielle à nos vies communes.

Et alors que notre société est profondément malade, la cellule de base de la famille, lentement mais sûrement, se voit corrompue et dissoute.

Pourtant, nous ne devons pas négliger le fait que l'institution de la famille est en tout temps l'environnement social le plus garanti et sécurisé pour la bonne éducation et pour bien élever les nouveaux membres de notre société.

La famille est le moule où l'âme des enfants se forme "dans l'enseignement et l'admonition du Seigneur", et prépare les membres actifs de la société, des gens de toutes professions, et toutes sortes de dirigeants pour un pays.

C'est un lieu commun de constater que de nos jours l'institution familiale est durement mise à l'épreuve et souffre, quotidiennement et souvent de manière méconnue, de nombreux appauvrissements et distorsions.

Tout éloignement d'un sain état de famille mène à divers autres problèmes. Bien sûr, le risque de réduire la cohabitation familiale à un simple contrat existait déjà en d'autres époques.

Cependant, de nos jours, tous font référence avant tout et surtout à leurs droits individuels, et oublient leurs obligations. L'idée ou le concept de genre est déjà considéré comme altérable et mélangé.

La capacité de discerner la sainteté de l'union des deux sexes semble progressivement perdue dans le monde moderne.

Bien entendu, pour notre Église Orthodoxe, le mariage ne fait pas qu'établir un chemin commun et empirique vers la déification et la transformation du monde de Dieu. Il garantit, par la naissance et l'éducation d'enfants, non seulement l'expansion biologique de l'humanité, mais par dessus tout la perpétuation spirituelle de la personne humaine.

Dès lors, le mariage et la famille, c'est l'homme co-créant avec Dieu, Qui lui a confié la plus grande de toutes les responsabilités, celle envers nos enfants.

Le divin Chrysostome exhortait ses auditeurs par les paroles suivantes : "Faites de votre maison une église, parce que vous êtes responsables du Salut de vos enfants."

Selon les paroles de l'Apôtre Paul (Eph. 5,32), le mystère du mariage est "grand.. il concerne le Christ et l'Église." Chaque famille maintien une valeur sacrée, unique et infinie tant qu'elle est une image du mystère qui prolonge et forme l'Église du Christ.

Mais cela signifie que nul ne pourrait le diminuer ou même le remplacer. Avant les crises modernes et diverses, et l'épreuve vécue par la société grecque, "en ces jours de mal, où l'amour de beaucoup s'est refroidi," la restauration Chrétienne de l'institution de la famille par Dieu peut être le meilleur remède en toute situation critique.

Mais nous devons porter témoignage et raviver la vérité grave mais salutaire, vivificatrice et rédemptrice, qui résulte de toute famille convenablement structurée, de toute église domestique.

Le "détournement de l'institution familiale" ou l'émergence de "formes alternatives de famille" dans la réalité sociale contemporaine constitue un phénomène qui démontre la sécularisation et la déchristianisation des sociétés occidentales modernes – sociétés et peuples cependant avec un riche passé Chrétien.

Ceci concerne aussi largement la société grecque. Dès lors, une étude et réflexion sérieuses sont requises pour la préservation et la prospérité de cette sainte institution, qui est appelée fort à propos "petite église."

A côté de cela, ce qui est considéré comme une "crise" pourrait finalement, si nous le voulons, devenir une opportunité pour une restauration. Cela pourrait signifier l'effondrement et la disparition d'une ancienne manière de vivre, et le début d'une nouvelle création en Christ, un remodellage du monde déchu.

Le style de vie matérialiste et nihiliste, l'éclipse de l'éthique ecclésiastique et du véritable amour, les nouvelles données de travail et économiques, le changement dans les rôles et d'autres facteurs potentiels, ont altéré et diminué la famille.

Son caractère sacramentel, sa référence transcendante "concernant le Christ et l'Église," semblent être affadies voire même ne plus exister pour nombre de ceux qui nous entourent.

Toutes ces raisons, et peut-être encore d'autres, ont contribué à l'émergence de formes de mariage et d'organisation de la vie de famille qui, à la lumière de l'enseignement Chrétien, sont considérées comme des dévoiements de la famille et, selon la conception sécularisée moderne, ses formes alternatives.

C'est ce qui concerne les mariages politiques, les familles mono-parentales, la cohabitation libre, et les soi-disants mariages homosexuels.

Lors de la récente adoption du soi-disant Accord de Cohabitation, on a vu que cela constitue des arrangements autres qu'un mariage : c'est une forme alternative de cohabitation permanente plutôt qu'une forme de mariage "allégé."

Dans son approche légale, cela tente de réguler un réel phénomène social, à savoir la naissance d'enfants en dehors des liens du mariage, les familles mono-parentales, qui sont en croissance continue, et des femmes sans protection souvent après de nombreuses années de libre cohabitation.

Sans aucun doute, dans cette catégorie, on trouvera même des citoyens qui ont été baptisés Chrétiens Orthodoxes, mais qui soit l'ignorent, soit sont guidés par des idées et des concepts étrangers et contraires à l'enseignement, la tradition et l'éthique de l'Église.

Cependant, le schéma précis de cohabitation, qui est à présent légalement décrété, peut affecter de manière adverse le concept Chrétien du mariage et de la famille dans la société contemporaine grecque.

Certains membres de l'Église, ceux qui pour diverses raisons, par esprit de légèreté, choisiront pour un temps durant ou de manière permanente un mode particulier de libre cohabitation, vont refuser la cérémonie religieuse de leur mariage.

L'Église étudie ces phénomènes en profondeur et avec ses responsables qui y contribuent, clergé et laïcs, ayant une formation de spécialiste et théologique, rend son témoignage ecclésiastique, et aborde pastoralement toutes ces nouvelles formes alternatives aux formes conventionnelles d'organisation de la famille dans la vie privée de notre temps.

En cas de libre cohabitation, nous ressentons au plus profondément l'altération théologique et sociale de l'institution familiale. La famille n'est plus considérée comme une "petite église", mais simplement la symbiose entre deux êtres.

La cérémonie de mariage rend manifeste un très sérieux engagement et semble être un événement anachronique, un acte insignifiant, si cela s'achève comme si ce n'était qu'une cérémonie folklorique.

Cela n'exprime rien d'existentiel, ni ne pose d'attentes eschatologiques ou métaphysiques.

L'augmentation des divorces, dont il faut cependant tenir compte, révèle la superficialité des gens d'aujourd'hui, et la vacuité de sentiments par rapport aux générations plus anciennes, qui n'étaient sûrement pas parfaites, mais les mariages duraient pour la vie.

On voit aussi à notre époque le phénomène de gens qui se décident difficilement pour le mariage, et dès lors à former des familles, non seulement à cause de problèmes objectifs, la crise économique, le chômage et les difficultés à s'insérer sur le marché du travail, mais aussi pour des motifs secondaires.

Malgré la crise des formes modernes de vie sociale, les gens vont toujours attendre que sorte de la famille des personnes agréables et cultivées qui apporteront une altérité bonne et créative.

Dans cette angoissante attente des temps, notre sainte Église expose publiquement son témoignage théologique et en même temps, son ministère pastoral et son service, souvent ignorés et silencieux.

Dans ce contexte, la reconsidération de la famille, qui est absolument nécessaire pour être le ferment de la société en Christ, et pour un meilleur changement, ne signifie rien d'autre que son retour à l'Église, s'attacher à nouveau à l'expérience eucharistique de l'Église locale.

La "petite église", comme le divin Chrysostome appelle la famille, est invitée à élargir les dimensions expérimentale et existentielle de la grande Église.

Ce qui est aussi nécessaire, c'est à la fois la préparation spirituelle du nouveau couple dans son cheminement vers le mariage, de même que leur constant soutien pour construire leur "petite église," de sorte qu'ils ne se sentent pas abandonnés et livrés à leurs propres forces.

La mission et le service de notre Église à cet égard est d'exposer courageusement son témoignage, dans toutes les directions, pour le monde entier, sans discrimination de sexe, d'âge, de statut social, d'ethnicité ou de foi, à propos de la signification de la vie en Christ, de la corruption débordante et la mort; à propos de la puissance de la Foi en Dieu; à propos de la famille comme forme bénie de personnes ayant une vie sociale et non pas comme une union d'individus étant leur propre référence; et d'être l'instrument de toutes sortes de supports et défenses.

Chaque famille est véritablement une "petite église," et dès lors, constitue un avant-goût du chemin vers le mystère du Royaume de Dieu. Le Christ est l'Époux de l'Église (Mt. 9,15-25; Mc. 2,19-20; Lc. 5,34-35; Jn. 3,29) et Il le mentionne Lui-même dans Sa parabole de la fête nuptiale : "Il en va du Royaume des Cieux comme d’un roi qui fit un festin de noces pour son fils" (Mt. 22,2).

L'Apôtre Paul recommande aux hommes d'aimer leur épouse "comme le Christ a aimé l’Église: Il S’est livré pour elle, afin de la sanctifier en la purifiant par le bain d’eau qu’une parole accompagne; car Il voulait Se la présenter à Lui-même toute resplendissante, sans tache ni ride ni rien de tel, mais sainte et immaculée." (Eph. 5,25-27 ).

Cette petite église domestique existe en sa plénitude et authenticité comme partie organique de l'Église locale, elle n'en n'est pas indépendante.

D'un point de vue christologique et ecclésiastique, la famille est une véritable valeur, elle est le berceau pour l'accomplissement et le perfectionnement de ses membres.

Si elle se trouve à l'extérieur, elle est en danger d'être altérée de lésions développées par l'égoïsme de groupe et l'égocentrisme. Dans la même perspective, l'unité de la famille Chrétienne est active en même temps que la hiérarchie de ses membres.

La parole du Christ "quiconque veut être le premier devra se faire le dernier et le serviteur de tous" (Mc. 9,35) ne s'applique pas seulement pour l'Église, mais aussi pour la famille.

De nos jours, le problème du mariage n'est pas tant dans la rupture des relations, les désagréments ou la méchanceté d'un des conjoints envers l'autre, mais que la famille devient une idole et un but en soi, ainsi que le manque de progrès, de témoignage, et d'orientation du mariage vers le Royaume de Dieu.

Dans pareil cas, la famille a cessé d'exister pour la gloire de Dieu, et d'être l'entrée sacramentelle en Sa présence.

Ce qui brise les familles contemporaines si facilement et fait du divorce sa corolaire naturelle, ce n'est pas tant un manque de respect pour l'institution familiale que l'idole qu'on en a fait, et le refus d'accepter la Croix avec le mariage.

Cependant, au cours des récentes années, l'Église a déployé une attention particulière pour la situation et le soutien de nos familles.

Au niveau synodal, a été fondé en 1999 dans notre pays le Comité Spécial pour le Mariage, la Famille, la Protection de l'Enfant et le Problème Démographique. Par le travail conséquent et résolu de ses membres, il propose un programme adéquat, organisant des conférences nationales, initiant des programmes pastoraux, des formations et autres activités.

En même temps et oeuvrant dans la même direction, il y a le travail spécifique de la Commission Synodale Spéciale pour les questions féminines. Entre autres et d'importance égale, il y a le programme pilote du Saint Synode pour le soutien financier aux familles d'au moins 3 enfants en Thrace, qui s'est développé sans problème depuis 14 ans dans toutes les saintes métropoles.

Nombre de ces programmes, avec l'aide volontaire et appréciable du clergé et des laïcs, ont créé de nouvelles structures pour la formation des parents et leur fournir des conseils pour élever des enfants.

Avec des formations pour préparer les candidats au mariage, des Écoles de Parents, des centres de conseil pour soutenir la famille (Κ.Ε.Σ.Ο.), Groupes de Vie, conférences, exposés, émissions radio- et télédiffusées, des livres, des camps et rassemblements de jeunesse, des rencontres catéchétiques, le conseil personnel et individuel dans le Mystère de la Confession, le soutien au familles nombreuses, aux mères célibataires, la fourniture d'assistance matérielle là où elle est nécessaire, avec de l'argent, de la nourriture, des vêtements et médicaments.

Informer les jeunes gens et les couples plus âgés, et le dialogue entre eux, sont considérés comme étant des initiatives pastorales nécessaires, comme des directives pour "perfectionner l'amour" et prévenir relations illégitimes, divorces et avortements parmi ceux qui, affirmant être croyants et préférer le sacrement ecclésiastique, vivent cependant tout cela superficiellement, comme un élément culturel.

Néanmoins, la revendication de droits par des groupes particulièrement vulnérables ne doit pas demeurer hors de l'affectueuse sollicitude des Pasteurs.

En tout cas, l'Église étudie de nouvelles formes d'action pastorale afin de s'adresser tant à ceux qui sont proches qu'aux éloignés, et de ne laisser passer aucune opportunité de communiquer avec leurs familles, mais d'être une présence pleine de sens et constructive au coeur de toute joie ou affliction de ses enfants.

Sans négliger la rareté des cas, ils préparent pastoralement à aborder la relation matrimoniale et personnelle qui se développe entre des Chrétiens et les adeptes d'autres religions dans le cadre de ce qu'on nous présente comme le multiculturalisme et ce projet aliénant de pluralisme.

Dans les actuelles conditions de sécularisation rapide, l'Église continuera à catéchiser les fidèles, de même que ceux qui veulent vivre hors de sa sollicitude, pour une compréhension plus profonde de la signification des familles Chrétiennes, et cela dans un effort d'évangélisation de ceux qui vivent en cette ère de nihilisme rampant et d'abaissement général de tout ce qui a de la signification.

C'est dans la restauration et la redécouverte de la conscience Chrétienne de la signification de la foi personnelle et des relations humaines interpersonnelles qu'est trouvée la signification de la famille aujourd'hui.

Avec d'infinies prières dans le Seigneur,

Le Saint Synode des hiérarques de l'Église de Grèce

† Ieronymos d'Athènes, Président

Le secrétaire principal

† Gabriel de Diayleia


======================================



Peu avant la publication de cette importante lettre encyclique, 2 métropolites s'étaient courageusement élevés publiquement contre les intentions politiques anti-chrétiennes, poussées et inspirées bien entendu par le Parlement Européen..

Le métropolite Seraphim a même carrément annoncé l'excommunication de tous les parlementaires Grecs vivant dans sa juridiction qui oseraient voter les lois scandaleuses! Bravo! Un exemple fort, à suivre chez nous aussi!

Le métropolite Seraphim de Pireaus, via un communiqué publié le site internet officiel de la métropole, appelle toute l'Église à refuser et résister contre les diktats de la Communauté Européenne

métropolite Seraphim de Pireaus : AXIOS!


http://greece.greekreporter.com/2013/11/27/bishop-seraphim-against-homosexual-cohabitation-agreement/




Métropolite Nicolas de Fthiotida : AXIOS!

Law being prepared in Greece declaring offensive certain "expressions" from the Gospel
http://www.pravoslavie.ru/english/66398.htm

 

 

Aucun commentaire: