"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

06 avril 2014

Une prière avant la Communion, par saint Jean Damascène

Je me tiens devant les portes de Ton Temple et les pensées mauvaises ne me quittent pas. Mais Toi, Christ notre Dieu, qui as justifié le publicain, qui as eu pitié de la Cananéenne et qui as ouvert au larron les portes du Paradis, ouvre-moi les entrailles de Ton amour pour les hommes et accueille-moi, moi qui m’approche de Toi et qui Te touche, comme Tu l’as fait pour la courtisane et pour l’hémorroïsse; celle-ci, en effet, reçut aisément la guérison en touchant la frange de Ton manteau; celle-là, ayant embrassé Tes pieds immaculés, obtint la rémission de ses péchés. Et moi, pitoyable, qui ose recevoir Ton Corps tout entier, puissé-je ne pas être consumé! Comme elles, reçois-moi, illumine les facultés de mon âme et consume l’acte d’accusation de mes péchés, par les prières de celle qui sans semence T’a mis au monde et de toutes les puissances célestes. Car Tu es béni dans les siècles des siècles. Amen.
(9ème prière avant la Communion)



I stand before the gates of thy Temple, and yet I refrain not from my evil thoughts. But do thou, O Christ my God, who didst justify the publican, and hadst mercy on the Canaanite woman, and opened the gates of Paradise to the thief; open unto me the compassion of thy love toward mankind, and receive me as I approach and touch thee, like the sinful woman and the woman with the issue of blood; for the one, by embracing thy feet received the forgiveness of her sins, and the other by but touching the hem of thy garment was healed. And I, most sinful, dare to partake of thy whole Body. Let me not be consumed but receive me as thou didst receive them, and enlighten the perceptions of my soul, consuming the accusations of my sins; through the intercessions of Her that without stain gave Thee birth, and of the heavenly Powers; for thou art blessed unto ages of ages. Amen.
in : "Little Red Prayerbook", "Another Prayer of St. John of Damascus"

Aucun commentaire: