"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

08 mai 2014

Dictature : nous n'avons pas assez aimé la liberté pour nous battre pour elle (Soljenitsine)

Ceux qui ignorent les leçons de l'Histoire sont condamnés à la revivre.

Et voyez comment nous avons ensuite brûlé dans les camps, pensant : comment les choses se seraient-elles passées si chaque agent de sécurité, lorsqu'il sortait la nuit pour effectuer une arrestation, avait été incertain quant à savoir s'il rentrerait vivant et s'il n'avait pas plutôt à faire ses adieux à sa famille? Ou si, pendant les périodes de vagues d'arrestations massives, comme par exemple à Leningrad, lorsqu'ils ont arrêté un quartier entier de la ville, le peuple n'était pas simplement resté assis dans ses souliers, blanc de terreur au moindre claquement de porte de palier et au moindre pas dans les escaliers, mais avait compris qu'ils n'avaient plus rien à perdre, et avaient courageusement barricadé les escaliers et les corridors avec en embuscade une douzaine d'hommes armés de haches, de marteaux, de pieux ou de tout ce qui leur tombait sous la main?
Les Autorités auraient très vite souffert d'un gros manque de personnel et de moyens de transport, et malgré la soif (de sang) de Staline, la maudite machine aurait été arrêtée! Si.. si seulement.. Nous n'avons pas assez aimé la liberté. Et plus encore - nous n'étions même pas conscients de la réalité de la situation.. Nous avons purement et simplement mérité tout ce qui nous est arrivé ensuite.
Alexandre Soljenitsine, "L'archipel du Goulag"

 



Those ignorant of history are doomed to repeat it.

    “And how we burned in the camps later, thinking: What would things have been like if every Security operative, when he went out at night to make an arrest, had been uncertain whether he would return alive and had to say good-bye to his family? Or if, during periods of mass arrests, as for example in Leningrad, when they arrested a quarter of the entire city, people had not simply sat there in their lairs, paling with terror at every bang of the downstairs door and at every step on the staircase, but had understood they had nothing left to lose and had boldly set up in the downstairs hall an ambush of half a dozen people with axes, hammers, pokers, or whatever else was at hand?… The Organs would very quickly have suffered a shortage of officers and transport and, notwithstanding all of Stalin’s thirst, the cursed machine would have ground to a halt! If…if…We didn’t love freedom enough. And even more – we had no awareness of the real situation…. We purely and simply deserved everything that happened afterward.”
Aleksandr I. Solzhenitsyn
The Gulag Archipelago

Aucun commentaire: