"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

16 mai 2014

L'abeille ou la mouche? Ne voir que le bien chez autrui (p. Tryphon, eorhf)

L'ancien Païssios de la sainte Montagne dit qu'il y a deux sortes de gens. Il y a ceux du genre abeilles et ceux du genre mouches. Les abeilles sont attirées par les fleurs et les doux parfums, alors que les mouches ne sont attirées que par la saleté et la puanteur. Demandez à une abeille où se trouve un dépotoir, elle demandera "qu'est-ce que c'est, un dépotoir." Demandez à une mouche où trouver un bon parfum, et elle demandera "c'est quoi, un bon parfum?" L'abeille ne connaît que le doux et le bon, alors que la mouche ne connaît que le sale et le malodorant.

En examinant notre vie, nous devons nous décider quant à savoir si nous serons une abeille ou une mouche. Si nous jugeons les autres, et ne regardons que le sale et le puant, ou si nous ne voulons que voir le bien dans les autres, et ne voir la saleté qu'en nous-mêmes.

Dans l'amour du Christ,
higoumène Tryphon

Aucun commentaire: