"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

17 mai 2014

Politique, élections, mariage, législation, et vie chrétienne (C.S. Lewis & Gustave Thibon)

A (re) lire sur le sujet : Père Païssios "élections & religion, comment faire l'unique bon choix"
http://stmaterne.blogspot.be/2007/04/lections-religion-comment-faire-lunique.html


[Nous les chrétiens] "nous ne sommes ni de droite, ni de gauche, nous ne sommes même pas d’en haut, nous sommes de partout. Nous sommes las de mutiler l’homme ; que ce soit pour l’accabler comme à droite ou pour l’adorer comme à gauche, nous sommes las de le séparer de Dieu. Nous n’abandonnerons pas un atome de la vérité totale qui est la nôtre. Au nom de quoi nous attaque-t-on ? Nos adversaires sont-ils pour le peuple ? Nous le sommes. Pour la liberté ? Nous le sommes. Pour la race, pour l’Etat, pour la justice ? Nous sommes pour tout cela, mais pour chaque chose à sa place. On ne peut nous frapper qu’en nous arrachant nos propres membres. Nous sommes pour chaque partie, étant pour le tout. Nous ne voulons rien diviniser de la réalité humaine et sociale parce que nous avons déjà un Dieu ; nous ne voulons rien repousser non plus parce que tout est sorti de ce Dieu. Nous ne sommes contre rien. Ou plutôt, car le néant est agissant aujourd’hui, nous sommes contre le rien. Devant chaque idole, nous défendons la réalité que l’idole écrase. Sous quelque fard qu’ils se présentent, nous disons non à tous les visages de la mort."
Gustave Thibon, philosophe, "Retour au réel", éditions Génon, Paris, 1942



"Je voudrais distinguer 2 choses qui sont bien souvent confondues. La conception chrétienne du mariage est une première chose, et l'autre est cette question relativement différente - jusqu'à quel point des Chrétiens, s'ils sont électeurs ou membres du Parlement, devraient tenter d'imposer leur point de vue sur le mariage au restant de la communauté en les incorporant dans les lois sur le divorce. Un grand nombre de gens semblent penser que si vous êtes Chrétiens, vous devriez vous efforcer de rendre le divorce difficile pour tous. Je ne le pense pas. Car je crois que je serais très fâché si les musulmans tentaient de nous tous nous empêcher de boire du vin. Mon point de vue, c'est que les Églises devraient franchement reconnaître que la majorité des gens d'ici ne sont pas Chrétiens, et dès lors, il ne faut pas s'attendre à ce qu'ils mènent une vie chrétienne. Il devrait y avoir deux sortes de mariage bien distinctes : une qui est ordonnancée par l'État avec des règles pour tous les citoyens, et une qui est ordonnancée par l'Église et pour ses propres membres. La distinction devrait être très claire, de sorte que n'importe qui puisse se rendre compte quels couples sont mariés au sens Chrétiens et lesquels ne le sont pas."
C.S. Lewis (2009-05-28). Mere Christianity (p. 112). Harper Collins, Inc.. Kindle Edition.


"I should like to distinguish two things which are very often confused. The Christian conception of marriage is one: the other is the quite different question - how far Christians, if they are voters or Members of Parliament, ought to try to force their views of marriage on the rest of the community by embodying them in the divorce laws. A great many people seem to think that if you are a Christian yourself you should try to make divorce difficult for every one. I do not think that. At least I know I should be very angry if the Mohammedans tried to prevent the rest of us from drinking wine. My own view is that the Churches should frankly recognise that the majority of the British people are not Christians and, therefore, cannot be expected to live Christian lives. There ought to be two distinct kinds of marriage: one governed by the State with rules enforced on all citizens, the other governed by the Church with rules enforced by her on her own members. The distinction ought to be quite sharp, so that a man knows which couples are married in a Christian sense and which are not."
Lewis, C. S. (2009-05-28). Mere Christianity (p. 112). Harper Collins, Inc.. Kindle Edition.

Aucun commentaire: