"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

12 juin 2014

L'Autel dans le Rite Orthodoxe Occidental (hiéromoine Michael)

Saint Bede le Vénérable nous rapporte que saint Benoît Biscop, abbé de Wearmouth, "apporta avec lui des images de saintes représentations, afin d'orner l'église de Saint Pierre qu'il avait construite; à savoir une représentation de la Vierge Marie et des 12 Apôtres, dont il comptait orner la nef centrale, sur des panneaux placés d'un mur à l'autre; et aussi des personnages de l'histoire ecclésiastique sur le mur sud, et d'autres représentant l'Apocalypse de saint Jean sur le mur nord. De sorte que quiconque entrant dans l'église, même sans savoir lire, où qu'il porte son regard, verrait la belle apparence du Christ et de Ses saints, comme si ils étaient là mais en image, et que les esprits alertes puissent méditer sur les bénéfices de l'Incarnation de notre Seigneur, et ayant devant leurs yeux les périls du Jugement Dernier, puissent examiner leurs coeurs d'une manière plus stricte à cet égard."
Ce récit parle donc des icônes et du jubé en Angleterre vers 620. Nous savons cependant que l'Église Celtique avait de l'iconographie depuis plus tôt que cela.
Bien sûr, il ne reste presque plus rien de cette époque à l'heure actuelle - soit qu'on a construit par dessus, soit qu'on a réutilisé pour construire du neuf à bien des reprises depuis 1400 ans. Cependant, il subsiste quelques exemples dans l'architecture.
Nous savons par exemple que les Autels étaient entièrement dépourvus d'ornements. Il n'y avait rien d'autre que le Calice, la Patène et le Livre d'Autel qui étaient permis sur l'Autel. Les cierges se trouvaient à côté, par terre - ou fixés à des proches murs. Une croix pouvait se trouver au dessus sur le mur ou un rebord. Les exemples plus tardifs ci-dessous n'ont bien sûr plus les icônes ni le jubé décrits ci-avant par saint Bede - mais au moins nous avons une idée valable de l'environnement pour la Liturgie de Saint Jean le Théologien (ndt : liturgie gallicane / celtique / Stowe Missal).
Nous avons notre héritage - notre héritage Orthodoxe gravé dans la pierre et marqué dans les livres, prêt pour notre utilisation.
Hiéromoine Michael (Wood)






Benedict Biscop, Abbot of Wearmouth according to Saint Bede "brought with him pictures of sacred representations, to adorn the church of St. Peter, which he had built; namely, a likeness of the Virgin Mary and of the twelve Apostles, with which he intended to adorn the central nave, on boarding placed from one wall to the other; also some figures from ecclesiastical history for the south wall, and others from the Revelation of St. John for the north wall; so that every one who entered the church, even if they could not read, wherever they turned their eyes, might have before them the amiable countenance of Christ and his saints, though it were but in a picture, and with watchful minds might revolve on the benefits of our Lord's incarnation, and having before their eyes the perils of the last judgement, might examine their hearts the more strictly on that account."
That account is of icons and Rood Beam in England around AD620. We know however that the Celtic Church had iconography much earlier.
Of course, little or nothing of that age is left today - mostly having been built over or re-built many times in the intervening 1,400 years. Nevertheless, there are some examples today of the architecture.
We know for instance that the Altars were entirely without ornaments. Nothing other than the Chalice, Paten, Book were permitted on the Altar. Candles stood beside it on the floor - or were fixed to the walls nearby. A cross could be above on the wall or ledge. The (later) examples below of course lack the icons and Rood described above by Saint Bede - but at least we have a fair idea of the setting of the Liturgy of Saint John the Divine referred to in the post below.

We have our heritage - our Orthodox heritage in stone and book ready for our use.
P. Michael

Aucun commentaire: