"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

21 juin 2014

L'idée même de bien, beau et vrai présuppose nécessairement un Bien, Beau, Vrai absolu (recension livre)

Intéressant bouquin, David Bentley Hart, The Experience of God: Being, Consciousness, Bliss

D'après les traditions métaphysiques classique tant d'Orient que d'Occident, Dieu est la cause incréée de la réalité – ou d'absolument tout ce qui est – depuis le début des temps. Compris de la sorte, on ne peut même pas dire que Dieu "existe" comme je pourrais le dire de ma voiture ou du Mont Everest ou des électrons. Dieu est ce qui fonde l'existence de toute chose contingente, la rendant possible, la soutenant à travers le temps, l'unifiant, lui donnant son actualité. Dieu est la condition de la possibilité que quoi que ce soit puisse exister.

Cela peut être un concept difficile à saisir, mais David B. Hart l'explique brillament. Comme lorsqu'il expose que cette idée classique de Dieu donne du sens à l'expérience et l'unité de la conscience, de même qu'à l'aspiration presque extatique après le bien et le beau qui se trouve au coeur de l'expérience morale.

La raison profonde pour laquelle le déisme ne saurait être rejeté, selon Hart, c'est que chaque recherche de vérité, chaque tentative d'être bon, chaque quête de la beauté, présuppose l'existence d'une idée de la vérité, de la bonté et de la beauté, dont ces notions-là dérivent. Et ces idées transcendantes s'unissent dans le concept classique de Dieu, qui est simplement vérité, bonté et beauté. C'est pourquoi, bien qu'il ne soit pas nécessaire de croire en Dieu d'une manière explicite afin d'être bon, pourtant, selon les mots de Hart, "rechercher le bien, c'est déjà quelque part croire en Dieu, qu'on le veuille ou non."



Aucun commentaire: