"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

08 juin 2014

Pentecôte: les 3 prières de l'Office des vêpres de l'agenouillement


Première prière
Seigneur immaculé, sans souillure, sans commencement, invisible, incompréhensible, insondable, immuable, insurpassable, incommensurable, longanime ; Toi qui seul possèdes l’immortalité, qui vis dans la lumière inaccessible, qui fis le ciel et la terre, la mer et tout ce qui y fut créé; qui accordes à tous leurs demandes avant qu’elles ne soient formulées ; nous Te prions et T’implorons, Maître qui aimes les hommes, Père de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus-Christ, qui pour nous hommes et notre salut descendit des cieux et s’ incarna de l’Esprit Saint et de Marie la toujours-vierge et très glorieuse Mère de Dieu ; Lui qui d’abord enseigna par les paroles et qui montra ensuite par les actes, lorsqu’Il souffrit la passion salvatrice, nous accordant à nous Tes serviteurs humbles, pécheurs et indignes, un exemple pour T’offrir des supplications en courbant la nuque et en fléchissant les genoux  pour nos propres péchés et l’ignorance du peuple.
Toi donc, qui es plein de miséricorde et qui aimes les hommes, écoute-nous quel que soit le jour où nous T’invoquons, particulièrement en ce jour de la Pentecôte en lequel, après que notre Seigneur Jésus-Christ fut monté aux cieux et se fut assis à Ta droite, Toi Dieu et Père, faisant descendre sur Ses saints disciples et apôtres le Saint Esprit, qui reposa sur chacun d’entre eux. Ils furent alors remplis de Sa grâce inépuisable, dirent en d’autres langues Tes merveilles et prophétisèrent. Maintenant donc, nous Te prions, écoute-nous et souviens-toi de nous, humbles et condamnés, et fais revenir nos âmes de captivité, Toi dont la propre compassion prie pour nous. Reçois-nous, qui nous prosternons devant Toi et nous écrions : « nous avons péché ». A Toi nous fûmes confiés dès le sein de notre mère, depuis lors Tu es notre Dieu ; mais comme nos jours se sont évanouis dans la vanité, nous avons été dépouillés de Ton aide et privés de toute justification. Toutefois, confiants en Ta miséricorde, nous nous écrions : ne Te souviens pas des péchés de notre jeunesse et de notre ignorance. Purifie-nous de nos péchés cachés, ne nous rejette pas au temps de notre vieillesse, ne nous abandonne pas lorsque nos forces déclineront ; avant notre retour en terre, rends-nous dignes de revenir vers Toi et dirige Ton attention vers nous, par Ta bienveillance et Ta grâce.
Mesure par Ta compassion nos iniquités ; oppose à la multitude de nos péchés l’abîme de Ta miséricorde ; regarde depuis Ta sainte hauteur Ton peuple ici présent, qui attend de Toi abondante miséricorde. Visite-nous dans Ta bonté, délivre-nous de l’oppression du diable, affermis notre vie par Tes lois saintes et sacrées. Confie Ton peuple à un fidèle ange gardien; rassemble-nous tous dans Ton Royaume, accorde le pardon à ceux qui espèrent en Toi ; à eux comme à nous remets les péchés ; purifie-nous par l’action du Saint-Esprit ; détruis les entreprises de l’ennemi contre nous.

On ajoute cette prière :
Tu es béni, Seigneur, Maître tout-puissant, Tu as éclairé le jour par la lumière du soleil et la nuit par les lueurs du feu. Tu nous as donné de traverser la durée du jour et de nous approcher du début de la nuit ; entends notre prière et celle de Ton peuple ; accorde-nous le pardon de nos fautes volontaires et involontaires, reçois nos supplications du soir, et envoie sur Ton héritage Ton immense miséricorde et Ta compassion. Protège-nous par Tes saints anges, donne-nous des armes de justice, entoure-nous de la vérité, garde-nous par Ta  puissance, délivre-nous de toute circonstance adverse et de toute embûche de l’ennemi ; accorde-nous que ce soir et cette nuit qui vient, ainsi que tous les jours de notre vie soient parfaits, saints, paisibles, sans péché, sans scandale, sans imagination malsaine. Par les prières de la Très Sainte Mère de Dieu et de tous les saints qui depuis la création Te furent agréables. Amen.


Deuxième prière
Seigneur Jésus-Christ notre Dieu, qui aux hommes donnas Ta paix, accordant le don du Très-saint Esprit aux fidèles, alors que Tu vivais parmi nous, le laissant tel un héritage qui ne nous sera pas enlevé, faisant descendre en ce jour cette grâce de façon particulièrement manifeste sur Tes  disciples et apôtres, fortifiant leurs lèvres par des langues de feu, par lesquelles nous, tout le genre humain, – chacun dans sa propre langue - avons reçu et entendu la connaissance de Dieu, avons été illuminés par la lumière de l’Esprit, sommes sortis de l’égarement comme des ténèbres et, par le partage et l’action surnaturelle des langues sensibles et de feu, avons appris la foi en Toi et avons été illuminés pour Te confesser Dieu avec le Père et le Saint-Esprit en une seule Divinité, force et puissance. Toi donc, éclat du Père, empreinte immuable et inaltérable de Son essence et de Sa nature, la source du salut et de la grâce, ouvre-moi aussi qui suis pécheur, les lèvres, et apprends-moi comment et pour qui il convient de prier. Tu connais la multitude de mes péchés, mais Ta miséricorde vaincra leur immensité. Et voilà que je me tiens devant Toi avec crainte, déversant le désespoir de mon âme dans l’océan de Ta miséricorde ; dirige ma vie, Toi qui diriges d’une seule parole toute la création par la puissance ineffable de Ta sagesse, Toi le havre paisible de ceux qui sont agités par la tempête, et fais-moi connaître la voie où je cheminerai. Donne l’esprit de sagesse à mes pensées, accordant l’Esprit de raison à mon esprit insensé, couvre mes œuvres de l’Esprit de Ta crainte ; renouvelle en mes entrailles l’esprit de droiture, et affermis par l’Esprit souverain l’instabilité de mes pensées, afin que, conduit par Ton Esprit bon vers ce qui est utile, je sois rendu digne d’accomplir chaque jour Tes commandements et de me rappeler toujours Ta glorieuse parousie, lors de laquelle seront scrutés nos actes. Et ne permets pas que nous soyons tous séduits par les biens corrompus de ce monde, mais renforce-nous dans le désir de recevoir les trésors à venir. Tu as dit, ô Maître : celui qui demandera quoi que ce soit en Ton nom, il le recevra sans faute de la part de Ton Père et Dieu coéternel. Aussi, moi qui suis pécheur, lors de la venue de Ton Saint-Esprit, je supplie Ta bonté : ce que j’ai demandé, accorde-le moi en vue du salut. Oui,
Seigneur, Toi qui accordes largement tout bienfait, car Tu donnes avec surabondance ce que nous demandons, Tu es compatissant et miséricordieux, Toi qui sans péché pris part à notre chair, incline-Toi vers ceux qui fléchissent le genou devant Toi, qui t’es fait propitiation pour nos péchés. Donne, Seigneur, Tes largesses à Ton peuple, écoute-nous depuis ton ciel saint. Sanctifie-nous par la puissance de Ta droite salvatrice, couvre-nous à l’ombre de Ton aile, ne méprise pas l’œuvre de Ta main ; nous péchons contre Toi seul, mais nous ne servons aussi que Toi. Nous ne saurions, ô Maître, nous prosterner devant un dieu étranger, ni étendre nos mains vers un autre dieu. Remets-nous nos fautes et, recevant nos supplications à genoux, tends vers nous une main secourable, accepte la prière de nous tous comme un encens agréable, montant devant Ton royaume surpassant toute bonté.

On ajoute cette prière :
Seigneur, Seigneur, Tu nous as délivrés de toute flèche qui vole le jour ; délivre-nous aussi de tout ce qui chemine dans les ténèbres. Reçois l’élévation de nos mains comme le sacrifice du soir ; rends-nous dignes de passer le temps de la nuit sans reproche, à l’abri de tout mal. Libère-nous des troubles et frayeurs suscités contre nous par le diable. Accorde à nos âmes la componction, à nos pensées, le souvenir de l’épreuve au jour de Ton juste et redoutable jugement. Cloue notre chair par Ta crainte, et mortifie nos membres terrestres ; ainsi, même durant le repos du sommeil, nous serons éclairés par la contemplation de Tes jugements. Détourne de nou toute imagination malsaine, et tout désir nuisible. Fais-nous lever à l’heure de la prière, fortifiés dans la foi, et progressant sur la voie de Tes préceptes.


Troisième prière
Source intarissable, vive et lumineuse, force créatrice coéternelle au Père, qui a magnifiquement accompli toute l’économie du salut des mortels, Christ notre Dieu, ayant brisé les liens indestructibles de la mort et les verrous de l’enfer, terrassé la multitude des esprits mauvais, T’étant offert pour nous en victime sans tache, donnant en sacrifice Ton corps immaculé, non touché ni atteint par aucun péché, et nous accordant par cet acte sacré redoutable et ineffable la vie éternelle ; Toi qui es descendu aux enfers, as brisé les verrous éternels et indiquas le chemin du retour à ceux qui étaient assis dans les ténèbres ; Toi qui as saisi à l’hameçon de la sagesse divine le dragon qui est cause première du mal et qui se trouve dans les profondeurs, qui le lias avec les chaînes des ténèbres dans les abîmes profonds et, par Ta puissance infinie, l’enferma dans le feu inextinguible et les ténèbres extérieures : Sagesse illustre du Père, qui te montras comm l’assistance de ceux qui sont opprimés, illuminant ceux qui étaient assis dans les ténèbres et l’ombre de la mort, Toi, Fils bien-aimé du Père très-haut, Lumière éternelle de la Lumière éternelle, Soleil de justice, écoute-nous qui Te prions, et donne le repos aux âmes de nos pères et frères qui se sont endormis auparavant, à nos autres parents selon la chair et de tous les nôtres selon la foi, dont nous faisons maintenant mémoire, puisque Tu as le pouvoir sur tous, et Tu tiens dans Ta main tous les confins de la terre. Maître Tout-Puissant, Dieu des pères et Seigneur de miséricorde, Créateur de la race des mortels comme de celle des immortels et de toute nature humaine, qui est créée puis se désintègre, (Créateur) de la vie comme du trépas, de notre séjour ici et de notre passage dans l’au-delà, Toi qui mesures les années pour les vivants et fixe le temps de la mort, qui fais descendre aux enfers et qui en fait remonter, qui lie par la maladie et qui rétablis les forces, Toi qui ordonnances les choses présentes avec utilité et dirige les futures pour notre avantage, Toi qui réjouis par l’espoir de la Résurrection ceux qui sont blessés par l’aiguillon de la mort ! Toi-même, Maître de tous, Dieu notre Sauveur, espoir de toutes les extrémités de la terre et de ceux qui se trouvent loin sur mer, Toi qui en ce jour dernier, grand et salvifique de la fête de la Pentecôte, a révélé le mystère de la Trinité, sainte, consubstantielle, coéternelle, indivisible et sans confusion, répandant la venue et la manifestation de Ton saint et vivifiant Esprit sous la forme de langues de feu sur Tes saints apôtres, les instituant annonciateurs de notre pieuse foi, et les faisant confesseurs et prédicateurs de la véritable Théologie. Toi qui en cette fête toute-parfaite et salvatrice as daigné recevoir les supplications dans la prière pour ceux qui sont retenus dans les enfers, nous donnant le grand espoir que leur soient envoyés le soulagement de leurs tourments et la consolation qui viennent de Toi ! Écoute-nous, Tes humbles serviteurs qui Te prient, donne le repos aux âmes de Tes serviteurs défunts, dans le lieu de lumière, dans le lieu verdoyant, dans le lieu de rafraîchissement, d’où se sont éloignée toute souffrance, toute affliction et soupir, place leur esprit dans les demeures des justes et rends-les dignes de la paix et du soulagement, car ce ne sont pas les morts qui Te loueront, Seigneur, ni ceux qui sont en enfer, qui oseront Te confesser, mais ce sont nous les vivants qui Te bénissons et Te supplions et T’offrons les prières et des sacrifices de purification pour leurs âmes. Dieu grand et éternel, saint et ami des hommes, qui nous as jugés dignes de nous tenir en en cette heure devant Ta gloire inaccessible pour chanter et louer Tes merveilles, purifie-nous Tes indignes serviteurs ; accorde-nous la grâce de T’offrir sans élévation, d’un cœur contrit, la doxologie trois fois sainte et l’action de grâces pour Tes immenses dons que Tu fis et que Tu fais toujours pour nous. Souviens-Toi, Seigneur, de notre faiblesse, ne nous fais pas périr avec nos iniquités, mais montre Ta grande miséricorde envers notre misère, afin que, fuyant les ténèbres du péché, nous marchions au plein jour de la justice et que, revêtus des armes de lumière, nous demeurions hors de l’atteinte des embûches du malin et qu’en toutes choses nous Te glorifiions avec confiance, Toi le seul Dieu véritable qui aimes les hommes. Car, Maître et créateur de l’univers, grand est vraiment Ton mystère de la dissolution temporaire de Tes créatures, puis leur reconstitution et leur repos éternel. Pour toutes choses nous Te rendons grâces, pour notre venue en ce monde et pour notre départ qui, en vertu de Ton infaillible promesse, fait naître en nous l’espérance de la résurrection et de la vie incorrompue dont nous jouirons lors de Ta seconde et future parousie. Car Tu es l’initiateur de notre résurrection, le juge intègre et bienveillant de tous ceux qui ont achevé leur vie, le Maître et le Seigneur de la rétribution ; c’est Toi qui as voulu participer intimement, par Ton extrême condescendance, à notre chair et notre sang, et par Ta profonde compassion, Tu as daigné prendre sur Toi nos passions irréprochables en les éprouvant volontairement. Après avoir été Toi-même éprouvé, Tu es devenu volontairement notre aide dans les épreuves et nous as conduits à l’impassibilité qui est Tienne. Aussi, reçois, ô Maître, nos prières et nos supplications, accorde le repos à nos pères et mères, à nos frères et sœurs, nos enfants, nos parents et alliés, et à toutes les âmes décédées avant nous dans l’espérance de la résurrection et de la vie éternelle ; place leurs esprits et leurs noms dans le livre de vie, dans le sein d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, sur la terre des vivants, dans le royaume des cieux, dans le paradis des délices, conduis-les tous dans Tes saintes demeures par le ministère de Tes Anges lumineux, ressuscite aussi nos corps au jour que Tu as fixé selon Tes saintes et infaillibles promesses; car pour Tes serviteurs, Seigneur, il n’y a point
de mort ; lorsque nous nous séparons de notre corps pour Te rejoindre, ô notre Dieu, ce n’est qu’un passage des afflictions à ce qui est le plus utile, à ce qui réjouit le cœur, au repos, à la joie. Mais si nous avons péché en quoi que ce soit contre Toi, sois miséricordieux envers nous comme envers eux, car nul devant Toi n’est exempt de souillure, quand même sa vie ne serait que d’un seul jour, sinon Toi seul qui sur terre es apparu sans péché, Jésus-Christ notre Seigneur par qui nous espérons tous obtenir la miséricorde et la rémission des péchés. C’est pourquoi, Dieu bon qui aimes les hommes, remets, pardonne, efface nos fautes volontaires et involontaires, commises consciemment ou par ignorance, manifestes et cachées, en actes et en pensées, en paroles, et dans toute notre conduite et nos mouvements. Aux défunts accorde la liberté, le repos, et à nous tous ici présents, Ta bénédiction, et accorde à nous-mêmes et à tout Ton peuple, une fin bonne et paisible, ouvre-nous Ton cœur plein d’amour pour les hommes au jour de Ta redoutable et terrifiante venue et rends-nous
dignes de Ton Royaume.


On ajoute cette prière :
Ô Dieu grand et sublime, seul Tu possèdes l’immortalité et Tu habites une lumière inaccessible ; avec sagesse, Tu as formé toute créature, séparant la lumière des ténèbres, plaçant le soleil pour présider au jour, la lune et les étoiles pour présider à la nuit ; Tu nous as jugés dignes, malgré nos péchés, de nous tenir, à cette heure, devant Ta face, pour proclamer Ton nom et T’offrir la louange du soir ; ô Seigneur qui aimes les hommes, dirige Toi-même notre prière comme l’encens devant Toi, et reçois-la comme un parfum d’agréable odeur ; accorde-nous une soirée et une nuit paisibles ; revêts-nous des armes de lumière ; délivre-nous des frayeurs nocturnes et de toute intrigue menée dans les ténèbres ; donne-nous le sommeil que Tu nous as accordé comme repos à notre faiblesse, en chassant loin de lui toute image diabolique ; oui, Maître, dispensateur de tout bien, fais que, durant la nuit, pénétrés de componction sur notre couche, nous nous souvenions de Ton saint nom, et, illuminés par la méditation de Tes commandements, nous nous levions, l’âme emplie d’allégresse, pour glorifier Ta bonté et présenter à Ta compassion nos supplications et nos prières, pour nos propres péchés et pour ceux de tout Ton peuple ; dans Ta miséricorde, protège-le, par les prières de la sainte Mère de Dieu.

Aucun commentaire: