"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

30 juin 2014

Sainte Adèle d'Orp-le-Grand

Née en 640, son père était un notable mérovingien. Elle prit le voile au monastère de Nivelles, dont elle connut les premiers développements. C'est vers 640 qu'elle fonde le couvent d'Orp-le-grand, mais d'autres sources affirment que le monastère a été fondé par son père. Sous le règne de Childéric, elle reçoit des moniales de plus en plus nombreuses qu'elle dirige avec sagesse. Elle pratique avec ses religieuses les devoirs de l'hospitalité. A cause de la difficulté d'accès, Adèle fait construire dans la vallée un oratoire dédié à saint Martin, puis après quelque temps y transporte carrément son couvent, où elle reçoit des moines Irlandais. Elle recevra également dans son monastères des moniales venues de Nivelles.
On raconte qu'elle aurait perdu la vue, mais quelle l'aurait retrouvée miraculeusement. Un autre miracle aurait eu lieu lors de son décès, survenu en 700 : décédée pendant que ses soeurs chantaient l'office, elle serait revenue à la vie à la prière de celles-ci, pour communier avant de rendre définitivement son âme à Dieu. Elle est enterrée dans la crypte de l'église saint-Martin. Ses reliques furent placées dans une châsse toujours conservée à Orp-le-Grand et une procession annuelle est organisée en son honneur le premier dimanche d'octobre. Une autre procession en son honneur se déroule à Warnant le premier dimanche de juillet. Elle est fêtée le 30 juin. Des lieux de culte lui sont dédiés à Saint-Géry, Fromiée, Brye et Hemptinne. Elle est invoquée pour la guérison des affections de la vue.

Tropaire de sainte Adèle d'Orp-le-Grand, ton 4
O notre mère Adèle, humble moniale d'Orp-le-grand,
Suivant l'exemple de sainte Gertrude tu te consacra au Christ notre Sauveur,
Répandant le suave parfum de l'Évangile en Brabant
afin d'y ouvrir les coeurs aux beautés célestes.
Tes yeux terrestres se refermèrent par la maladie,
mais la prière te rendit la vue et depuis ta naissance au Ciel,
tu intercèdes pour que les yeux de nos âmes s'ouvrent à Dieu.

Aucun commentaire: