"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

22 juin 2014

Vérité absolue en Dieu, et vérité dans la Bible (T. Stylianopoulos)

La théologie Orthodoxe a établi une disctinction claire entre la Vérité qui est l'essence de Dieu - Dieu est Vérité, comme révélé par le Christ (Jn 1,14). Et d'autre par, l'exposition de la vérité que nous voyons dans les saintes Écritures. Cette distinction entre ce que rapporte la Bible et la Vérité qui est Dieu Lui-même est bien expliquée par le p. Τ. Stylianopoulos :

"Tout d'abord, cela préserve le mystère de Dieu d'être identifié avec la lettre de l'Écriture. Ensuite, cela laisse la liberté de voir dans la Bible l'expérience de nombreuses personnes dans leur relation avec Dieu, écrite selon leur propre langage, leur propre époque et circonstances, leurs propres symboles et images, et leurs propres conceptions du monde. En d'autres termes, cela permet une relation dynamique entre le Verbe de Dieu contenu dans l'Écriture qui consiste en la vérité de la Bible, et les paroles des hommes, les formes humaines par lesquelles le Verbe de Dieu est communiqué. Troisièmement, cela présuppose que l'Église Orthodoxe tient aussi en haute estime d'autres récits de l'expérience de Dieu, tels les écrits des Pères de l'Église, les formulations et textes liturgiques, et les décisions des Conciles Oecuméniques. Cela préserve l'Église d'un centrage exclusif sur la Bible. Et enfin, la reconnaissance d'une relation dynamique entre la lettre et l'esprit détruit le fondamentalisme doctrinal biblique comme attitude théologique (c'est-à-dire l'idée que Dieu aurait dicté des propositions qui auraient été écrites mot à mot par les auteurs sacrés), et dès lors préserve la vie Chrétienne Orthodoxe de l'erreur d'une vénération idolâtre du texte de l'Écriture (biblolatrie). Cependant, ce que la distinction entre ce qui est écrit et la vérité ne veut pas, c'est de minimiser l'importance de la Bible. Si l'Église Orthodoxe estime aussi les autres récits de l'expérience de Dieu, la Bible reste cependant le premier récit dans la tradition théologique et le culte de l'Église."

Τheodore G. Stylianopoulos, Bread for life. Reading the Bible, 1980, 13f





"First, it safeguards the mystery of God from being identified with the letter of Scripture. Secondly, it permits the freedom to see in the Bible the experiences of many persons in their relationship with God written in their own language, their own time and circumstances, their own symbols and images, and their own ideas about the world. It permits, in other words, a dynamic relationship between the Word of God contained in Scripture which consists of the truth of the Bible, and the words of men, the human forms in which God's Word is communicated. Thirdly, it presupposes that the Orthodox Church highly esteems also other records of the experience of God, such as the writings of the Church Fathers, the liturgical forms and texts, and the decisions of the Ecumenical Councils. It rescues the Church from an exclusive focus on the Bible. Finally, the acknowledgment of a dynamic relationship between letter and spirit destroys doctrinaire biblical fundamentalism as a theological posture (that is to say the idea that God dictated propositions which were then written down word for word by the sacred authors) and thus guards Orthodox Christian life from the error of idololatrous veneration of the text of Scripture (bibliolatry). What the distinction between record and truth does not intend, however, is to minimize the importance of the Bible. If the Orthodox Church also esteems other records of the experience of God, the Bible still remains the primary record in the theological tradition and the worship of the Church"

Τheodore G. Stylianopoulos, Bread for life. Reading the Bible, 1980, 13f

Aucun commentaire: