"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

25 juillet 2014

La religiosité, problème dans l'Orthodoxie (p. Makarios de Marouda, Athos)

Nous parlons tous de manière théorique à propos du salut de notre âme, du paradis. Au cours des récentes années, lorsque des textes patristiques ont commencé à être plus abordables quant à ceux qui parlent de purification, de déification, etc, nous avons parlé de manière théorique sans détacher nos coeurs des choses de cette terre, de ce monde. Et en disant de ce monde, je ne parle pas nécessairement à propos de passer du bon temps et s'amuser, mais que notre séjour en ce monde est temporaire, et que nous ne nous soucions pas à propos de l'éternité. Nous pouvons certes adopter un comportement externe favorable, nous pouvons accomplir nous devoirs religieux du mieux que nous pouvons, mais quel est le résultat? Ni la paix intérieure, ni la joie promise par le Christ lorsque nous suivons Son chemin. Au contraire, nous nous sentons comme stressés, mélancoliques, et déprimé, et de telles choses ne sont assurément pas des fuits du Saint Esprit.
Hiéromoine Makarios, extrait de l'homélie du 30 mars 2014, 4ème Dimanche du Grand Carême

Aucun commentaire: