"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

15 septembre 2014

Le Christ récompense aussi ceux qui osent malgré une foi hésitante (Mc 5 / p. John)

Lectures du jour : Gal 2,11-16 & Mc 5,24-34

"Si je pouvais ne fut-ce que toucher la frange de Son vêtement, je serais guérie" (Mc 5,28)

Au milieu du récit de la fille de Jaïre ressuscitée d'entre les morts, on trouve la guérison d'une femme qui souffrait d'un incessant flux de sang. Ce miracle est rapporté par les 3 évangiles synoptiques, mais pas par saint Jean, et il dépeint quelqu'un qui vient en dernier ressort vers le Christ pour obtenir guérison.

Selon la Loi de l'Ancien Testament (Lévitique 15,25-27), l'affliction dont souffrait cette femme voulait qu'elle soit gardée en quarantaine, car son flux de sang incessant la rendait "impure", signifiant que nul ne pouvait la toucher voire même simplement être associé à elle. Dès lors, l'épreuve qui frappait cette pauvre femme lui prenait la tête tant physiquement qu'émotionnellement. De plus, elle avait apparemment dépensé bien du temps, de l'énergie et de l'argent pour tenter de trouver guérison auprès des médecins, et cependant aucun n'avait su l'aider. En fait, l'Ecriture dit que son état s'était même plutôt aggravé!

A bout après tout ce qu'elle avait dû traverser, lorsqu'elle entendit que le Christ passait par là, cette femme poussée par l'énergie du désespoir, dépassant les conséquences potentielles du risque qu'elle prenait, traversa la foule dans l'espoir d'au moins toucher la frange de la tunique du Christ. D'un côté, cela montre une considérable force de foi, mais c'est encore une foi imparfaite, car elle semble ne voir en Christ (et par extension dans Son vêtement) qu'une sorte d'intervenant magique. Et pourtant lorsqu'elle parvient à toucher la tunique de notre Seigneur, elle reçoit guérison, et aussitôt Jésus loue ses efforts et l'aide à parfaire sa foi.

Ce récit beau et touchant (sans mauvais jeu de mot) est très encourageant, car il montre non seulement la miséricordieuse compassion du Christ envers ceux qui osent L'approcher, mais aussi qu'Il récompense même ceux qui se tournent vers Lui en dernier ressort.

P. John





Today's Scripture Readings:
Galatians 2:11-16 & St. Mark 5:24-34

"If only I may touch His clothes, I shall be made well." (Mark 5:28)

Couched within the storyline of Jairus' daughter being raised from the
dead is the healing of the woman who suffered from a continuous flow of blood. This miracle appears in the three synoptic gospels, but not in John's, and depicts someone who comes to Christ for healing as a last resort.

According to Old Testament Law (Leviticus 15:25-27) this woman's ailment should have kept her quarantined because her constant blood loss rendered her "unclean," meaning that no one was allowed to touch her or even associate with her. Therefore this poor woman's ordeal drained her spirits both physically and emotionally. In addition, she apparently spent much time, energy, and money in finding a cure from physicians, yet none were able to help; in fact, the scripture relates that her condition actually worsened!

Exasperated by all she has gone through, when she hears that Christ is passing by, this determined woman's desperation causes her to risk the consequences and push her way through the crowd in hope of touching even the hem of Christ's robe. On the one hand this shows considerable strength of faith, but it is still an imperfect faith, for she seems to think that Christ (and by extension His clothing) is some type of magical conduit. Yet when she does manage to touch our Lord's robe, she receives healing and Jesus immediately praises her efforts and helps to perfect her faith.

This beautiful touching account (no pun intended), is very encouraging because it not only shows Christ's merciful compassion towards those who dare to approach Him, but that He even rewards those who turn to Him as a last resort.

Fr. John

Aucun commentaire: