"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

09 septembre 2014

Le voyage, métaphore de la vie (Mc 4 / P. John)

Lectures du jour : 2 Co 12,20-13,2 & Mc 4,24-34

"Le premier pas pour aller quelque part, vous le posez lorsque vous décidez que vous ne resterez pas là où vous êtes." - John P. Morgan

Un voyage, c'est souvent ce qu'on utilise comme métaphore de la vie. Et l'image d'un marcheur, seul et allant de l'avant, et traçant sa route plutôt que de s'installer dans le monde, est une puissante vision de ce que cela signifie être Chrétien. Les voyages sont aussi vus comme une quête vers la prière, la croissance spirituelle, et l'union à Dieu. En combinant ces 2 tableaux, il n'y a probablement pas de plus de plus grande image symbolique que celle de ce pèlerin Russe qui allait de monastère en monastère, comme on y en trouvait tant avant la révolution bolchévique. Lorsque j'étais jeune - et même encore de nos jours - bien souvent je rêvais d'entreprendre tel voyage comme celui décrit dans le grand classique spirituel "Le voyage du pèlerin russe". Et pourtant mon désir sera mieux décrit par l'aspiration de la princesse Marie Bolkonskaïa dans le roman de Tolstoï "Guerre et paix," alors qu'elle nourrissait la myriade de pèlerins passant devant sa maison : "Bien souvent, elle écoutait les récits des pèlerins, et enflammée par leur language si simple qui leur était naturel mais si profond de sens pour elle, bien des fois elle fut sur le point de tout abandonner et de s'enfuir de chez elle. En imagination, elle se voyait déjà habillée de loques, avec une besace et un baton, marchant au long des routes poussiéreuses."

P. John








Today's Scripture Readings:
2nd Corinthians 12:20-13:2 & St. Mark 4:24-34

"The first step towards getting somewhere is to decide that you are not going to stay where you are." - John P. Morgan

A journey is often used as a metaphor of life; and the image of a
walker, alone and active and passing through rather than settled in the world, is a powerful vision of what it means to be a Christian. Journeys are also viewed as a quest for prayer, spiritual growth, and union with God. In combining these two depictions, there is perhaps no greater symbolic image than the Russian pilgrims who traveled from monastery to monastery that were so prevalent prior to the Bolshevik Revolution. As a youth (and admittedly even to this day) I would often dream of undertaking just such a journey as described in the Russian spiritual classic, "The Way of a Pilgrim." Yet my desire is perhaps best captured in the longing of Princess Marya from Tolstoy's novel "War and Peace" as she feeds the myriad of pilgrims that pass by her home: "Often as she listened to the pilgrims' tales she was so fired by their simple speech, natural to them but to her full of deep meaning, that several times she was on the point of abandoning everything and running away from home. In imagination she already pictured herself dressed in course rags and with her wallet and staff, waling along a dusty road."

Fr. John

Aucun commentaire: