"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

18 octobre 2014

Saint Monon, martyr dans les Ardennes belges, protecteur des fermes (+ 635)

SAINT MONON
Cet ami que saint Jean l'Agneau avait rencontré sur les routes des Gaules était, nous l'avons dit, originaire d'Ecosse. Il était né vers 600 et avait été quelque temps ermite en Ecosse.
Quand il était encore dans son pays, il arriva qu'ayant passé une nuit en prières, il s'endormit et eut un songe mystérieux. Un Ange lui apparut et lui ordonna, de la part de Dieu, de passer en Gaule et d'aller s'établir dans les Ardennes, en un lieu appelé "Niedier", arrosé d'un petit ruisseau. Monon, étonné de ce procédé, pria le Seigneur de lui répéter plusieurs fois cet avertissement si telle était Sa volonté. Le même rêve revint à 3 reprises, et Monon, ne doutant dès lors plus de la volonté divine, se mit en route. Nous avons dit comment, ayant traversé la mer, il rencontra Saint Jean l'Agneau qui revenait de Rome. Jean connaissait l'emplacement du lieu que Dieu lui avait révélé, ce lieu qui devait devenir la ville de Nassogne, et il y conduisit son compagnon. Arrivé à l'endroit voulu, il vit un sanglier qui déterrait une petite clochette de fer, et décida de construire à cet endroit son oratoire. Monon défricha à la sueur de son front cette terre ingrate et sauvage, et jeta les fondements d'une petite église que le zèle des habtants acheva. Monon menait une vie de pénitence, en ermite au milieu de la forêt, dans une cellule qu'il avait bâtie de ses mains. Lorsqu'il sortait de sa solitude, il prêchait la vraie Foi dans les villages des environs et se dévouait au service du prochain.

Sa sainteté fut bientôt connue dans les environs, et on venait de loin pour s'entretenir avec l'homme de Dieu, écouter ses enseignements, et souvent, recevoir de Dieu la guérison de maux physiques et moraux par l'intercession et la prière du Saint
homme. Monon profitait de l'influence qu'il avait acquise sur la population du lieu pour fustiger les vices, blâmer les conduites malhonnêtes, exhorter à la vertu et à la pratique de la sainte Foi.

Mais ce zèle lui attira la hargne de quelques bûcherons du pays: furieux d'entendre blâmer leurs vices et de voir certains de leurs complices convertis par Monon, ils se précipitèrent sur lui et le massacrèrent dans son ermitage à coups de silex le 18 octobre 635. Une grande désolation s'empara à cette nouvelle de cette partie de l'Ardenne. Très vite, des miracles eurent lieu sur son tombeau, et Jean l'Agneau, son ex-compagnon de route, fit construire sur sa tombe une égulise qui sera plus tard enrichie par la munificence de Pépin le Bref.

Sa fête se célèbre le 18 octobre. Il est honoré dans le diocèse de Namur. Monon est considéré comme le protecteur des fermiers, des animaux de la ferme et des récoltes. La collégliale de Nassogne lui est dédliée, ainsi que le chapelle élevée sur les lieux de son martyre. Ses reliques se trouvent dans une châsse conservée à la collégiale de Nassogne.
Un pélerinage a lieu une fois par an, le dimanche après l'Ascension. Il rassemble surtout des fermiers. Après la Liturgie, la châsse est transportée en procession de la collégiale à la chapelle Saint Monon.

texte : Saints et Saintes de Belgique au premier millénaire, 1ère édition, par le sous-diacre Jean Hamblenne (ouvrage épuisé, en cours de réédition)

On apprend de plus dans la Vie de saint Hubert que ce dernier, durant le temps où il vécut en ermite près du monastère d'Andage fondé et dirigé par saint Bérégise, il se rendait à la Liturgie dans une chapelle dédiée à saint Monon (après 688)

Tropaire de saint Monon ton 4
Tu nous as révèlé les trésors de la vie de solitaire, O père Monon,
Et ne redoutant rien, tu reprochas aux sans-lois leur vie sans Dieu.
C'est pouquoi, prie Dieu pour nous
Afin que nous ayons le courage d'affronter le mal,
Même si comme toi
Nous devions dès lors en recevoir la couronne du martyre,
Afin que nous puissions être trouvés dignes du Salut éternel.

La statue (hétérodoxe) de saint Monon ci-dessus se trouve dans la chapelle Notre-Dame de Walcourt, de 1750, à Lesse, en descendant de Redu (Libin)

 

Aucun commentaire: