"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

09 novembre 2014

Prêtre et motard - prêtre à moto : père Marc (Irkutsk)


Il y a 4 ans, à Irkutsk (Sibérie, ndt) a eu lieu la première procession de motos. Elle fut initiée par père Marc, recteur de l'église Saint Alexandre Nevsky.

A l'époque, père Marc n'osait pas se tenir en soutane au guidon d'un "cheval d'acier" et préférait être passager. Mais par la suite, il a acheté une moto et est devenu membre à part entière des motards d'Irkutsk.


Le prêtre "de l'intérieur."

Celui qui regarde souvent en passant devant l'église saint Alexandre Nevski sera surpris d'y voir des motos rangées près de l'entrée. Sous une plaque "à la mémoire des défunts motards", des femmes discutent de leurs problèmes quotidiens, ne prêtant pas attention à ces hommes qui passent en tenue de cuir et bandana. Père Marc explique que les amoureux de la moto viennent souvent ici. Parfois pour un conseil, parfois pour se marier ou faire baptiser un enfant.


Il y a quelques années, un paroissien - architecte de glace à la cathédrale de l'Epiphanie en ville, et l'acteur Vadim Semenov se sont achetés une moto. Alors le prêtre Marc compris que rouler dans le vent, c'était pour des gens matures, accomplis. Après tout, c'est un moyen de transport qui n'est pas si bon marché, et plus difficile à mettre en oeuvre qu'une voiture. Il proposa à Semenov de réfléchir à organiser à Irkutsk une procession de motos. Quelques jours plus tard, les présidents des 2 clubs de motards de la ville vinrent à l'église pour proposer leur aide pour cet événement inhabituel.

   "Mgr Vadim, évêque d'Irkutsk et Angarsk, examina la proposition, puis il me questionna un peu. J'ai répondu que ces gens étaient depuis toujours à moto, et il nous a bénis. Les 2 premières années de la procession religieuse, il est même venu en personne bénir et servir l'office", dit p. Marc.

Le début en 2009 fut un succès avec une centaine de motards roulant à travers les rues de la ville sous les bannières de l'église. Depuis lors, il n'y a plus d'ouverture de la saison motocycliste sans la bénédiction du prêtre de l'église saint Alexandre Nevski. Et le Jour du Souvenir des motards en octobre, il y a un Office spécial à l'église.




Malgré le fait que les gens sont habitués à voir les prêtres aider les malades et les pauvres, père Marc ne voit rien d'exceptionnel à sa mission.

"Il y en a qui s'occupent de drogués, d'autres d'orphelins. Il y a tant de domaines à couvrir. Dans toutes les occasions de la vie, il devrait y avoir un prêtre dédié", explique notre motard en soutane.

Et à propos de la mauvaise réputation des motards, le prêtre répond simplement
"Pour l'Église, il y a dans tout ça beaucoup de mythes et racontards"



L'oeuvre de Dieu.

Au cours de sa vie, père Marc aura donc eu 2 motos - une "Minsk" dans sa jeunesse, et une Kawasaki à présent.

"Ma moto est de type 'chopper'. Elle est belle et conçue pour rouler tranquilement, dignement. Elle convient très bien en soutane. En général, la plupart des autres ne conviennent pas pour une utilisation comme prêtre."

Il regrette un peu de ne jamais avoir le temps de rouler en ville sans but précis. L'oeuvre du prêtre, c'est comme pour le voyage en bus : il y a toujours nécessité de transporter quelque chose ou quelqu'un.

Père Marc ne se tracasse pas du fait que certains de ses confrères aient une opinion négative envers les motos.

"Oui, certains ont pour opinion que ça ne plairait pas à Dieu. Alors je leur suggère de se justifier en quoi ils pourraient faire décider à Dieu qui serait sauvé et qui ne le serait pas, et en quoi les motards seraient moins bien qu'eux. Dans ce genre de débat, on n'arrive jamais à la fin. En plus, le fait que toutes les catégories de gens viennent ainsi à l'église montre qu'elle est devenue une partie normale de la vie", ajoute le prêtre.


Source : Journey to Orthodoxy
http://journeytoorthodoxy.com/2013/09/26/orthodox-priest-starts-bikers-procession-in-irkutsk/



===================================


p. John & Matushka Lea :





NDT : Sans ma moto, vu sa consommation moindre que la voiture, vu son assurance "ancêtre" à tarif minuscule, vu la distance entre mon domicile et ma paroisse, comme Lecteur, jamais je ne saurais participer et chanter à tous les Offices de la Semaine Sainte, par exemple. Et je me souviens de la joie de notre vieil ami le p. Nikolaos (Agia Barbara, Chatelineau), lorsque je l'avais trimbalé sur ma vieille moto qu'il venait de bénir - ça lui rappelait son enfance en Grèce, où par manque de finances certains prêtres allaient (et vont..) en effet vers les villages perdus sur une petite moto. Ou, comme il aimait à le rappeler, l'ancien métropolite de Belgique mgr Panteleimon, quand il était prêtre, allait vers les ouvriers Grecs de Mons-Borinage-Charleroi sur une petite moto, trimbalant une bassine pour les baptêmes d'enfants.. Si ça sert aussi pour la gloire de Dieu, qui pourrait rouscailler? Parce qu'on porte un cuir? Et alors, ceux qui sont en costard dans une limousine mais s'habillent l'âme du crime d'affamer un pays, c'est mieux?
Live to ride - ride to live! 


 P. Georgi Lapshin, paroisse Saint Jacques, Yarsolavl :


1 commentaire:

Antoine a dit…

Vous souvenez-vous de votre ancien article ?
http://stmaterne.blogspot.ch/search/label/b%C3%A9n%C3%A9diction%20des%20v%C3%A9hicules