"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

21 décembre 2014

Se connaître soi-même, un besoin philosophique et théologique (saint Nectaire d'Égine)

Le besoin de se connaître soi-même a été enseigné à la fois par la religion et la philosophie. Thalès de Milésie exposait que le commencement de toutes les vertus, c'était la connaissance de soi. L'Oracle de Delphes appelait cette connaissance "la principale et la meilleure partie de la véritable connaissance." Dès lors, il est clair que la connaissance de soi est le début de toute vertu et toute sagesse. Maintenant si ce précepte du "connais toi toi-même" nous est imposé par notre puissance de réflexion comme une loi divine écrite en notre esprit, nous devons, en tant qu'êtres libres et moraux, la respecter et l'observer.
Saint Nectaire d'Égine, "La connaissance de soi"





The need of knowing ourselves has been taught by both religion and philosophy. Thales the Milesian held that the beginning of all the virtues is self-knowledge. The Oracle at Delphi called self knowledge "the foremost and best part of true knowledge." Clearly, then, self-knowledge is the beginning of all virtue and wisdom. Now if the precept "know thyself" is imposed upon us by our cognitive power as a Divine law written in our mind, we ought, as rational and morally free beings, to respect it and observe it.
St. Nektarios of Aegina, Self-Knowledge

Aucun commentaire: