"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

13 décembre 2014

Saint Josse (Judoc), le roi qui se fit moine (13/12)

icône monastère de Pervijze http://www.orthodox.be

Saint Josse, le frère de saint Winoc, était plus âgé que Winoc, et lui aussi fut un serviteur exceptionnel de Dieu. Il descendait de la famille royale de Bretagne. Il avait encore un frère plus âgé, Rodichaël. Ces deux frères furent des perles célestes ; ils vécurent au temps de Dagobert, le roi des Francs, qui avait une grande inimitié envers eux, mais ils furent réconciliés par les saints Eloi et Ouen, de  sorte que Dagobert honora Rodichaël par des présents précieux. Le roi Dagobert l'invita aussi pour un grand festin, mais il ne désira pas y aller, puisqu'il ne cherchait pas le raffinement des mets. Au contraire, il alla manger chez saint Ouen, sachant qu'à cette table il pourrait écouter des bonnes choses, par lesquelles il serait édifié.

Après le retour du roi Rodichaël à son palais, il voulut abandonner la royauté pour se faire moine. Pour cela, il avertit son frère Josse qu'il voulait lui céder le règne pour que lui-même puisse s'acquitter de son dessein. Josse, qui avait le même désir, lui demanda huit jours de délibération. Jour et nuit il se soucia de savoir comment il pourrait s'échapper de sa patrie et de la royauté et comment il pourrait le faire sans s'opposer à son frère.

A cet instant, il se trouvait dans le monastère de Lammailmon où il était en train de faire ses études. Il pria pour avoir de l'aide dans cette situation épineuse. Pendant qu'il priait, passèrent auprès du monastère onze pèlerins qui s'acheminaient vers Rome. Le saint se joignit à eux et ensemble ils arrivèrent à Paris. Là, le saint doutait et se demandait s'il allait continuer avec eux, mais le Saint Esprit, qui gouvernait tous ses chemins, lui inspira de se retirer de la grande route et du monde. Il quitta la compagnie avec laquelle il avait quitté sa patrie, et se dirigea vers Pontigny, qui en ce temps était un lieu sauvage, boisé et inhabité.

Il se réjouit de la solitude du lieu et il s'installa auprès de la rivière Altiam. Haimo, le duc de ce lieu, alla à sa rencontre par un ordre de Dieu, et pendant sept ans il empêcha Josse de se retirer dans la solitude. Pendant ces longues années, Josse étudia la Sainte Ecriture et fut ordonné prêtre. Quand il fut prêtre, il baptisa le fils du duc et lui donna le nom d'Ursin, d'après le premier évêque de Bourges, un homme de grande sainteté pour lequel il avait une grande vénération.

Après sept ans, comme convenu avec le duc, il se retira dans la solitude à Brahic, un lieu entouré d'eau. Là, il construisit avec ses propres mains une église et une cabane pour se mettre à l'abri.

Entre toutes les grandes ouvres que dieu manifesta par lui, les oiseaux et les poissons venaient auprès de lui et mangeaient dans ses mains. Ils étaient comme apprivoisés par lui. Un moment donné, il n'avait qu'un peu de pain comme subsistance. A cet instant, notre Seigneur Jésus Christ est venu auprès de lui comme un pauvre qui le suppliait d'une aumône. Saint Josse partagea le pain en quatre et donna une part au pauvre. Peu de temps après le pauvre revint, et Josse lui donna la deuxième part. Presque immédiatement le pauvre revint pour la troisième fois et il reçut la troisième part. Pour la quatrième fois le Seigneur vint sous la forme d'un autre pauvre qui désirait une aumône. Le saint donna la quatrième et dernière part du pain. Son serviteur Ulmar dit : « Mais, mon père, est-ce que tu ne garderas donc rien pour nous ? ». « Je veux » - répondit saint Josse - « qu'on donne à ceux qui ont faim, parce que le Seigneur est assez puissant pour pourvoir à nos besoins. » A peine le Seigneur les eut laissés et pendant que Josse consolait son disciple par la distribution du pain, on vit par la fenêtre quatre barques, sans capitaines ou timoniers, arrivant à l'embouchure et chargées d'aliments de toute sorte. Jamais on a su comment ces barques arrivèrent là ni comment elles partirent.

Ce miracle et beaucoup d'autres que Dieu faisait par lui, furent la cause que le peuple commença à le visiter pour que, par ses prières, ils reçussent l'aide de Dieu. Quand il ne put supporter ce va et vient, il se retira, sous l'inspiration de Dieu, dans les profondeurs de la forêt où il demeura huit ans pour être libéré de l'affluence du peuple. Ici il construisit un oratoire en l'honneur de saint Martin. Il dut souffrir beaucoup par l'ennemi méchant qui enviait ses progrès. Il éleva quelques poules qui lui fournissaient des oufs, mais un aigle les vola une par une. Mais au moment de dérober aussi le coq, qui réveillait le saint au temps de la prière, et pendant que le rapace volait déjà dans l'air avec le coq, le saint fit retourner par le signe de la croix son coq sans que le coq souffre du dégât par sa chute.

Presque immédiatement, le diable lui apparut sous la forme d'un serpent qui le mordit au talon. Le Saint Esprit l'exhorta à partir de ce lieu. En compagnie du duc Haimo il parcourut la contrée pour trouver un lieu approprié. Pendant leur recherche, le duc captura un ours sauvage ; très fatigué et assoiffé, il s'endormit. Pendant que le duc faisait son petit somme, l'ami de Dieu, Josse, priait et se levant de sa prière, il enfonça son bâton dans la terre, et comme un nouveau Moïse il fit jaillir une fontaine limpide. Le duc et ses compagnons étanchèrent leur soif de cette eau miraculeuse. Jusqu'à nos jours, cette eau sert à tous ceux qui sont de passage et ils se désaltèrent de cette eau.

Partant de ce lieu, il se dirigea vers la mer où il trouva une petite vallée ombrageuse auprès d'un ruisseau. Ce lieu l'attira et il dit : « Ici se trouve ma chaise, ici je trouve mon repos. » Après le départ du duc, le saint construisit là deux oratoires : un en l'honneur de saint Pierre et l'autre en l'honneur de saint Paul.

Invité par le pape Martin, il voyagea jusqu'à Rome, puisque l'évêque de Rome voulut lui parler. Arrivant à Rome il fut reçu par le pape avec beaucoup d'honneur et de dignité. Mais le Saint Esprit, qui était le guide et le protecteur de Josse, l'exhorta de retourner dans son désert, puisqu'il devait mourir là-bas pour être reçu dans la compagnie des anges.

Après ses entretiens sur les choses célestes avec Martin, il retourna dans son désert avec beaucoup de reliques que le pape lui avait données. Plein de joie il arriva à Pontigny. Quand il alla vers sa demeure, il rencontra une jeune fille emmenée par ses parents. Elle était non seulement aveugle, mais dans son visage
on ne trouvait même pas les cavités de l'oil. La jeune fille prit l'eau avec laquelle le saint avait lavé ses mains selon l'ordre de la révélation qu'elle avait eue pendant la nuit. Elle se lava avec cette eau sainte les fosses orbitaires et son visage. Ainsi elle reçut la vue à l'émerveillement de tous ceux qui avaient vu ce miracle et qui rendaient grâce à Dieu.

Judoc, en présence du duc Haimo et d'une grande foule, montra dans l'église de saint Martin, que le duc avait fait reconstruire, les reliques qu'il avait apportées de Rome et les installa solennellement dans l'église. Après cela il se prépara intensément pour célébrer la divine liturgie. Quand il fut devant l'autel, vêtu d'une étole blanche et d'une chasuble blanche, et pendant qu'il consacrait le précieux corps et le saint sang de notre Seigneur, apparut la main de Dieu, qui bénissait son prêtre avec une bénédiction éternelle. Et on entendit une voix céleste, qui ratifiait ce geste divin : « Comme tu as méprisé les richesses du monde et tu as abandonné la couronne royale de ton père, et puisque sur cette terre tu es devenu pauvre à cause de Moi, vivant dans le désert comme un réprouvé, J'ai préparé ta couronne au milieu des anges. Et ce lieu où tu mourras, Je le garderai et le protégerai pour toujours. »

Le temps qui lui restait dans ce monde, le saint le passa vivant comme un ange dans la chair. Puisqu'il désirait ardemment être délié des liens de cette terre, il mourut six mois après cette révélation et les anges le transportèrent dans la joie et la gloire. Son corps fut enterré avec beaucoup de respect dans l'église.

Il brilla par beaucoup de miracles aussi bien durant sa vie qu'après sa mort. Par cela, nous voyons que saint Josse est placé très haut dans la joie et la gloire par Dieu le Tout-Puissant à Qui convient le pouvoir et l'adoration dans les siècles des siècles. Amen.

Traduction de la Vita Judocus


Tropaire de saint Josse ton 8
En toi, vénérable père, la divine image se reflète exactement; * afin de Lui ressembler, tu as pris ta croix et tu as suivi le Christ, * et par ta vie tu nous apprends à mépriser la chair, qui passe et disparaît, * pour s'occuper plutôt de l'âme, qui vit jusqu'en la mort et par-delà, * c'est ainsi que ton esprit se réjouit, ** saint Josse, avec les Anges dans le Ciel.

Kondakion de saint Josse ton 2
Armé divinement de spirituelle pureté * et tenant en main fortement * comme lance l'incessante oraison, * tu as transpercé les diaboliques escadrons; * vénérable Josse, père saint, ** prie sans cesse le Christ en faveur de nous tous.

Les autres grands saints de chez nous fêtés ce jour: Lucie (Syracuse), Odile (Alsace) et Aubert (Flandres "cht'i")
http://stmaterne.blogspot.com/2011/12/sainte-odile-sainte-lucie-saint-aubert.html

12 décembre 2014

Le Mont des Oliviers dans la vie de Jésus-Christ (Lc 21 / P. John)

Lectures du jour : 2Tim 1,1-2, 8-18 & Lc 21,37-22,8

"Pendant le jour, Il était dans le Temple à enseigner; mais la nuit, Il S’en allait la passer en plein air sur le mont dit des Oliviers." (Lc 21,37)

Le Mont des Oliviers est une grande élévation rocheuse à l'Est et adjacente à la Vieille Ville de Jérusalem, appelé ainsi pour les nombreux oliviers qui autrefois couvraient ses pentes. La partie sud du Mont était la nécropole (cimetière) de l'ancien royaume de Judée, et avait été utilisé pour les funérailles juives pendant près de 3.000 ans. Plusieurs éléments capitaux de la vie de Jésus rapportés par les Évangiles ont eu lieu sur le Mont des Oliviers (comme Son Ascension aux Ciel), et il semble que c'était un endroit apprécié de Jésus pour faire retraite et aller prier. De par son association avec Jésus et Marie, le Mont a été un lieu de culte Chrétien depuis les temps antiques, et continue d'êtr eun lieu de pélerinage Chrétien. L'église orthodoxe russe de sainte Marie Madeleine se trouve sur ce mont, tout près du Jardin de Getsemani.
P. John






Today's Scripture Readings:
2nd Timothy 1:1-2, 8-18 & St. Luke 21:37-22:8

"And in the daytime He was teaching in the temple, but at night He went out and stayed on the mountain called Olivet." (Luke 21:37)

Mount Olivet or "Mount of Olives" is a high ridge east of and adjacent
to Jerusalem's Old City and named for the olive groves that once covered its slopes. The southern part of the Mount was the necropolis (cemetery) of the ancient Judean kingdom and has been used for Jewish burials for over 3,000 years. Several key events in the life of Jesus as related in the Gospels took place on the Mount of Olives (such as His Ascension into Heaven) and it seems to have been a favorite place of Jesus for retreat and prayer. Because of its association with both Jesus and Mary, the Mount has been a site of Christian worship since ancient times and continues to be a place of Christian pilgrimage. The Russian Orthodox Church of St. Mary Magdalene resides on this Mount, very near the Garden of Gethsemane.

Fr. John

S'habiller en présence de son ange gardien (Platon de Kostroma)

Lorsque vous vous habillez, faites mémoire de la présence du Seigneur et de votre Ange gardien. Demandez au Seigneur Jésus-Christ de vous revêtir de la tunique du Salut.
Platon, Archevêque de Kostroma





As you dress, recollect the presence of the Lord and of your Guardian Angel. Ask the Lord Jesus Christ to put on you the robe of salvation.
Platon, Archbishop of Kostroma

11 décembre 2014

Importance de la prière à l'église (saint Barsanuphe d'Optina)

"La prière à l'église est importante. Les meilleurs sentiments et pensées viennent lorsqu'on est à l'église, oui, et l'ennemi attaque plus fortement à l'église. Mais avec le Signe de Croix et la Prière de Jésus, vous le chassez. Il est bon de se tenir dans quelque coin sombre de l'église et de prier Dieu. "Élevons nos coeurs!" s'exclame le prêtre, mais souvent notre esprit reste comme collé au sol, pensant à d'indécentes choses. Combattez cela."
Saint Barsanuphe d'Optina






Prayer in church is important. The best thoughts and feelings come in church, yes, and the enemy attacks more violently in church, but with the sign of the Cross and the Jesus Prayer, you drive him away. It is good to stand in some dark corner in church and to pray to God. “Let us lift up our hearts!” the priest exclaims, but our mind often creeps along the ground, thinking about indecent things. Fight against this.”
St. Barsanuphius of Optina

10 décembre 2014

Se protéger de l'assaut des démons (saint Nil Sorsky)


Apprennez par coeur quelque passage des saintes Écritures, et gardez votre esprit concentré sur ce passage. Cela empêche les démons de lancer un assaut contre nous.
saint Nil de la Sora

09 décembre 2014

Qui est vraiment au Christ, veut briller comme le Christ (saint Clément d'Alexandrie)

Celui qui connaît Dieu est ardent pour rendre grâce, du fait qu'il a bonne conscience. Une fois qu'il est avec le Christ, il montre que par sa pureté, il est digne de recevoir la puissance de Dieu qui est administrée à travers le Christ. Il reçoit cette puissance par un processus d'incorporation au Christ. Il ne souhaite pas être chaud comme en recevant simplement de la chaleur. Ni ne souhaite briller en reflétant simplement la lumière de la flamme. Non, il veut être lumière lui-même.
Saint Clément d'Alexandrie, Pensées








He (the one who knows God) is eager to give thanks because of his good conscience. Once he is with Christ, he shows that he is worthy, through his purity, to receive the power of God that is administered through Christ. He receives this power through a process of blending into Christ. He does not wish to be warm by merely receiving heat. Neither does he wish to glow by merely reflecting the light of the flame. No, he wants to be light himself.
Saint Clement of Alexandria, Miscellanies

08 décembre 2014

Dieu nous éprouve pour que nous démontrions notre foi, pas pour nous connaître (saint Marc l'Ascète)

Dieu "éprouva Abraham" (cf. Gen. 22,1-14), c'est-à-dire, Dieu l'affligea pour son propre bénéfice, non pas afin de connaître quel sorte d'homme Abraham était - car Il le connaissait parfaitement, puisqu'Il connaît toutes choses avant qu'elles ne viennent à l'existence - mais afin de lui offrir des opportunités pour montrer une foi parfaite.
Saint Marc l'Ascète

Icône peinte par le diacre Matthew Garrett






'God "tested Abraham" (cf. Gen. 22:1-14), that is, God afflicted him for his own benefit, not in order to learn what kind of man Abraham was - for He knew him, since He knows all things before they come into existence - but in order to provide him with opportunities for showing perfect faith.'

St. Mark the Ascetic
Icon by the hand of Deacon Matthew Garrett

07 décembre 2014

Temps de grands péchés, temps de la fin, temps de l'Église (saint Seraphim de Viritsa)

Il viendra un temps où la corruption des moeurs et la lubricité parmi la jeunesse atteindront un point extrême. Il n'y aura presque plus aucun jeune à rester vierge. Ils verront l'absence de sanction et penseront que tout est permis pour eux afin de satisfaire leurs désirs. Cependant, Dieu les appellera, et ils se rendront compte que ce n'est pas possible pour eux de continuer pareille vie. Alors ils seront menés à Dieu de diverses manières.. Ce temps sera magnifique. Qu'aujourd'hui ils pèchent grandement, cela les mènera à une plus profonde repentance. De même que le cierge, avant de s'éteindre, brille fortement et lance des étincelles, dont la lumière éclaire les ténèbres environnantes, ainsi en sera-t-il de la vie de l'Église en ces temps qui seront les derniers. Et ce temps est proche.
Saint Séraphim de Viritsa









There will come a time when corruption and lewdness among the youth will reach the utmost point. There will hardly be any virgin youth left. They will see their lack of punishment and will think that everything is allowable for them to satisfy their desires. God will call them, however, and they will realize that it will not be possible for them to continue such a life. Then in various ways they will be led to God… That time will be beautiful. That today they are sinning greatly, will lead them to a deeper repentance. Just like the candle before it goes out, it shines strongly and throws sparks; with its light, it enlightens the surrounding darkness; thus, it will be the Church’s life in the last age. And that time is near.
St. Seraphim of Viritsa