"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

16 janvier 2015

Pratiquer mais douter quand même (p. John)

Q: J'essaie de pratiquer ma foi, mais parfois je traverse des périodes de doutes. Quel conseil auriez-vous pour moi?

R: Avoir la foi et professer la foi sont souvent 2 question séparées. C'est parce qu'il est bien plus facile de dire ce que vous croyez, que de réellement avoir cette croyance en votre coeur.

Saint Paul définit la foi comme étant "la garantie des biens que l’on espère, la preuve des réalités qu’on ne voit pas" (Héb 11,1). Dès lors, de par sa définition même et son intangibilité complète, la foi implique presque que nous subissions des moments (ou des périodes) de doute au long de notre vie.

Gardez à l'esprit que garder la foi n'implique pas la suppression du doute, mais plutôt le fait de surmonter le doute et personne ne peut surmonter le doute à moins qu'ils ne le traverssent. On pourrait même aller plus loin et dire que quelqu'un qui n'a jamais éprouvé de doute n'est pas vraiment un croyant, parce que les deux sont si étroitement et mystérieusement liés.

Cependant, il n'y a en fait aucune réponse simple à votre question, et il n'y a las non plus de solution rapide au problème. La foi n'est pas tant une marche triomphale qu'un voyage marqué par la lutte quotidienne et la souffrance, c'est pourquoi notre Seigneur l'a assimilé "au port de sa propre croix par chacun." Il semble que nous tous, tout comme les saints avant nous, devons traverser les mêmes déserts secs et arides du doute pour atteindre l'oasis luxuriante et fertile de la foi.

P. John






Q: I try to practice my faith, but sometimes I go through periods of doubt. Can you offer any advice?

A: Having faith and professing faith are often two separate issues. This is because it is far easier to state what you believe as opposed to actually having this belief in your heart.

St. Paul defines faith as being, "the assurance of things hoped for, the conviction of things not seen" (Hebrews 11:1). Therefore, by its very definition and utter intangibility, faith almost mandates that we
undergo moments (or periods) of doubt throughout life. Keep in mind that maintaining faith doesn't involve suppression of doubt, but rather the overcoming of doubt, and no one can overcome doubt unless they go through it. One might even go as far to say that anyone who has never experienced doubt is really not a person of faith, because the two are so closely and inexplicitly linked.

In the end, however, there is no easy answer to your question, nor is
there a quick solution to the problem. Faith is not so much a triumphal march as it is a journey marked by daily struggle and suffering, this is why our Lord likened it to the "bearing of ones cross." It seems that all of us, just as those saints before us, must traverse the same dry and arid deserts of doubt in order to reach a lush and fertile oasis' of faith.

Fr. John

Aucun commentaire: