"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

23 avril 2015

Rare fresque du tsar-martyr saint Nicolas II restaurée en Serbie après 70 ans de cachette!

source information

source article
(merci à mon ami Claude pour le lien de l'article)



Fresque du saint tsar-martyr Nicolas II dans l'église de saint Sava, au monastère de Zicha, Kraljevo, Serbie

Le monastère de Zicha à Kraljevo, Serbie, 192km au sud de Belgrade, a entamé une restauration d'urgence pour préserver les fresques de l'église Saint Sava, endomagées au cours d'un tremblement de terre qui a frappé la région en 2010. Parmi les fresques, on en trouve une du tsar Nicolas II.

L'église de Saint Sava n'avait jamais été ouverte au public. Pendant des décennies, nombre de fidèles se demandaient si l'église pourrait cacher quelques secrets connus du clergé seul. En quelque sorte, ils avaient raison. En 1945, le Service de Sécurité de l'État a ordonné que la fresque du tsar Nicolas II et d'autres saints russes soient camouflées, de crainte qu'elles ne soient détruites par les autorités communistes.

"Les moniales ont très habilement camouflé les fresques en les recouvrant de papier d'emballage, qu'elles ont ensuite peint en bleu pour simuler des murs nus. Les fresques sont restées cachées durant des décenies jusqu'il y a 3 ans d'ici, lorsqu'elles furent redécouvertes," explique Dusan Jovanovic, du Service de Protection des Monuments culturels à Kraljevo.

Seule une certaine moniale Dorothea, une des plus vieilles du monastère, est un témoin vivant de la période post-guerre, et témoin du camouflage des fresques. "Ces fresques ne pouvaient pas être vues. Il était même impossible de parler de leur existence. Elles furent recouvertes avec ce papier d'emballage et oubliées comme si elles n'existaient pas," explique la moniale Dorothea.

L'église avait été construite en 1935 sur ordre de l'évêque saint Nicolas Velimirovic. Les fresques ont été peintes par le baron Nikolai Meyendorff, alors que l'iconostase était l'oeuvre de l'artiste russe Ivan Melnikov.

La préservation de l'église va se dérouler en 3 phrases. Le Ministère de la Culture a donné les fonds pour la première phase du travail. La restauration du sol et de la cave de l'église est à présent achevée, et les restaurateurs oeuvrent à présent à la protection des fresques, une surface de plus de 300m2. Le restaurateur d'art Bojan Nikolic dit qu'une réparation d'urgence est requise pour les fresques, qui ont été endommagées par des fuites, et puis par le tremblement de terre de 2010. Les fresques seront protégées contre de nouvelles détérioration, et une commission spéciale va décider comment restaurer les fragments manquants sur nombre de fresques.

Après 7 décenies, la fresque du tsar Nicolas II va à nouveau briller, pleine de splendeur et de gloire. L'église sera ouverte aux fidèles, et son image, de même que celle des autres saints Orthodoxes vont de nouveau être vues par le public, y compris par de nombreux Russes qui se sont récemment installés à Kraljevo.

Aucun commentaire: