"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

18 mai 2015

Actes du Martyre de Saint Dioscore (Egypte, vers 303 - fêtes 18 mai et 13 octobre)

Le Ménologe de Basile II comporte cette enluminure du martyre d'un Dioscore, avec Théodore de Perge, sa mère Philippa, et Socrates, et Dionysius. Comme cela précise "en Pamphylie", il s'agit donc d'un homonyme.


SAINT DIOSCORE, MARTYR (+ VERS 303)
1. Vie -. Dioclétien ouvrit la persécution en 303 en publiant un édit qui ordonnait la destruction des églises et des livres saints, privait les chrétiens de leurs charges, dignités et privilèges, et leur interdisait d'ester en justice. On présuma que les clercs exerçant la fonction de Lecteur cachaient des livres saints et ils furent immédiatement traqués par la police. C'est ainsi qu'à Cynopolis, en Egypte, on arrêta Dioscore, fils d'un Lecteur et qu'on supposait complice de son père. Nous ne connaissons rien de sa vie avant sa comparution devant le gouverneur de la province d'Alexandrie. Le procès-verbal de cette audience nous est parvenu sans avoir été trop malmené par les copistes et les traducteurs. A ce titre, et comme document est peu connu, nous en donnons une traduction intégrale.

« Dioscore, curiale du lieu qu'on appelle Cynopolis, ayant été amené, le président Culcien dit : « Pour quelle cause Dioscore est-il traduit en justice?" - Du greffe on dit « Dionecta, curateur de la cité de Cynopolis, l'a envoyé comme Chrétien qui refuse d'obéir à l'édit impérial. » - Culcien dit "Qu'on lise ce qui nous est rapporté". Du greffe on lit « A ta Puissance, Seigneur, Dionecta, curateur de la cité de Cynopolis, salut. Je traduis en jugement à ta Sincérité, Seigneur, Dioscore qui refuse d'obéir à l'édit de nos maîtres les empereurs, etc. "
Culcien dit : « Dioscore, j'ai appris que tu es très savant, immole et obéis aux ordres des empereurs. » Dioscore répondit : "Je n'immole ni ne suis des dieux de cette sorte, mais le seul Dieu, le mien, Jésus-Christ, vrai Dieu."
C. - A quel dieu immoles-tu ainsi?
D. - Au vrai Dieu, qui n'est pas vu par les hommes s'ils n'ont pas le coeur droit.
C. - Es-tu Lecteur?
D. - Non, je ne le suis pas, mais mon père était Lecteur.
C. - Si tu n'étais pas contumace, le curateur ne t'aurait assurément pas envoyé en jugement. Immole maintenant et obéis aux ordres de nos maîtres les Césars Augustes.
D. - Je n'immole pas à des dieux de cette espèce et je ne les suis pas. J'ai un Roi céleste qui appellera en jugement les vivants et les morts, qui règne sur le monde maintenant, et dans tous les siècles. En le croyant je n'aurai pas à rougir mais je resterai dans sa vérité pour l'éternité.
C. - Immole et épargne ton corps; j'ai déjà préparé des tourments très rigoureux pour toi et pour tous ceux qui résistent à ce culte.
D. -- Tes tourments sont petits, la Foi du Christ Jésus qui me soutient est grande. Toi tu as seulement le pouvoir de tuer mon corps, sur l'âme et l'esprit tu n'as aucun pouvoir.
C. - Immole maintenant et rougis.
D. - Si je rougissais dans ce monde, comment me justifierais-je devant mon Dieu Jésus-Christ, quand il viendra juger?
C. - Déchirez-le avec des ongles de fer.
D. -- Je ne sens pas ces tourments en attendant le banquet Céleste.
C. - Tu es fils de Lecteur, tu as donc appris cela de lui?
D. - Mon attention n'était pas là; mais quand moi aussi j'ai été appelé par le Christ, j'ai cru à sa venue; c'est pourquoi moi aussi je le glorifie dans sa gloire. »
Culcien ordonne de chauffer trois fers et de brûler son corps. Quand il eut été brûlé par deux fers, il n'avait rien senti; Culcien ordonne alors d'appliquer le troisième fer rouge, mais pendant qu'il le touchait, les bourreaux trouvèrent que son corps était comme mouillé par la rosée d'hiver.
Dioscore dit : "Penses-tu, président, que ton feu puisse me torturer? "
Culcien dit "Si donc tu es chrétien, je t'ordonne de parler de la doctrine des chrétiens.
D. - Ne te souvient-il pas des 3 saints enfants qui se livrèrent et auxquels le feu du roi Nabuchodonosor ne put nuire, car survint un vent rafraîchissant comme la rosée. Ton feu ne m'est pas pénible. Tu n'es pas préparé à comprendre cela. Tu penses que c'est nous qui parlons; ce n'est pas nous, mais le Saint-Esprit de Jésus lui-même, qui est très riche, nous inspire; ceux qui s'attachent à lui ne rougissent pas; même si tu me tuais, je serais récompensé par Celui-ci en Celui-là.
C. - Le Christ est-il dieu?
D. - C'est le Dieu des dieux.
C. - Est-ce le Dieu qui est né d'une femme?
D. - J'explique, comme la mort a régné sur nous par Eve, ainsi nous sommes tous vivifiés en Marie qui a engendré Jésus-Christ Notre-Seigneur..
C. - Paul était-il dieu?
D. - Non, mais il avait l'esprit de Dieu et une intelligence saine et raisonnable. Tu as remarqué dans les repas de ce monde combien sont doux les plats servis les derniers; ainsi parce que Paul a été apôtre choisi le dernier, il est plus suave que beaucoup.
C. - Immole maintenant.
D. - Je n'immole pas, si ce n'est au seul vrai Dieu; inébranlable, car je suis soutenu par la Foi, je vais vers celui à qui nulle chose ne peut résister et dont la puissance apparaît à tous.
C. - Si c'était un père qui priait son fils, depuis longtemps il lui aurait obéi. Ne sais-tu pas que c'est le président qui te le demande. Tu as le temps, maintenant rougis et immole.
D. - Je n'immole pas, car je sers le Dieu vivant. Quoique la gloire de ce monde soit surabondante, cependant elle ne peut me détourner du royaume des cieux; ni me déterminer à ce qui m'est proposé.
C. - As-tu ton père?
D. - Je ne l'ai pas, mais j'ai un Père, le vrai roi du Ciel.
C. - Tu es contumace et tu es venu à la place de ton père.
D. - Mon père fut Lecteur, moi je suis curiale et je suis venu ici de grand coeur afin que, même si j'ai péché un peu dans ma jeunesse, cela soit purifié dans le siècle à venir.
C. - Un curiale comparaît-il en jugement?
D. - Moi je le suis et j'ai comparu afin de me refaire dans le Seigneur Jésus-Christ et d'oublier ce monde.
Orias, aide de la garde, dit : « Seigneur président, celui-ci est prisonnier depuis beaucoup de temps et il a persuadé aux autres prisonniers de ne pas obéir aux rois. Maintenant que les tourments du jugement ne l'épargnent pas."
Dioscore dit : « Je rends grâce à mon Dieu Jésus-Christ qui me fortifie pour que j'achève ce combat; les tourments des peines sont petits, la récompense de Dieu est grande."
C. - Maintenant, réfléchis, Dioscore : si tu veux, je te donne deux jours pour changer.
D. - L'espérance en Dieu qui dirige ceux qui le veulent dans la vraie vie est plus forte qu'une telle persuasion.
C. - Épargne-toi et immole.
D. Je suis chrétien, je n'immole pas.
Julien, greffier, dit : "Si tu le tourmentais et que tu faisais souffrir chaque place de son corps par des tourments, alors il obéirait aux lois des rois. "
Culcien dit : « Suspendez-le et posez deux lampes brûlantes sur son corps. "
Et tandis que son corps était brûlé pendant une demi-heure, il ne répondait rien, mais ses yeux étaient levés vers le ciel et il voyait une vision et une force qui le réconfortait, et il criait vers Dieu disant « Ouvre les veux des bourreaux, Seigneur, afin qu'ils voient la lumière et n'errent plus."
Et quand les bourreaux eurent vu la lumière, ils enlevèrent leurs lampes; le feu ne put lui faire aucun mal.
Julien, aide du greffier, dit : "Tu vois comme il a persuadé les bourreaux. »
Les bourreaux dirent au président : "C'est que nous avons vu la lumière de Dieu vaincre la lumière de ce monde. »
Culcien dit à Dioscore : " Immole maintenant, épargne-toi et quitte ta folie."
D.- La sagesse de ce monde est folie pour Dieu, le Christ confond les sages de ce monde et fait siéger avec lui dans sa gloire éternelle ceux qui croient en lui.
C. - Puisque tu es fils de Lecteur, donne-nous tes livres, c'est parce que tu es contumace que tu as été envoyé ici.
D. - Si tu veux mes livres, ouvre mon coeur et tu les y trouveras.
C. - Arrachez-lui la barbe petit à petit.
D. - Je ne le sens pas, j'attends la joie éternelle et je désire vivement appeler les autres : venez à la même couronne.
C. - On m'a écrit de toi que tu es curiale et débiteur du fisc. Va dans ta maison et, si tu dois quelque chose, je m'en charge, je te donnerai un autre honneur.
D. - Tes paroles ne me permettent pas de m'écarter de ma résolution. Je crois en Dieu. Que me donnes-tu, puisque je ne dois rien du tout? Mais je suis venu ici par crainte de Dieu. Je sais que ma dette est d'offrir mon sang à mon Seigneur Jésus-Christ.
C. - Étendez-le, flagellez-le et dites-lui : C'est un déshonneur pour toi parce que tu es curiale.
D. - Le déshonneur de ce monde n'est pas un déshonneur. C'est un grand déshonneur de ne pas obéir aux préceptes de Dieu.
C. - Tu me forces à donner une sentence contre toi.
D. - Ne m'épargne pas, donne ta sentence jusqu'au bout.
Le président Culcien ordonne de le décapiter; et il fut décapité à Alexandrie, au mois de juin, le 15 des calendes de juillet (17 juin) ou le 15 des calendes de juin (18 mai).

Ces Actes contiennent un certain nombre de détails qui garantissent leur véracité. Les curiales jouissaient de certains privilèges et en particulier ne devaient pas subir certaines peines infamantes, ainsi que le fait remarquer Culcien; mais ils étaient responsables de la levée des impôts, ce qui leur coûtait fort cher et ils avaient presque toujours des dettes envers le fisc. La situation de curiale avait de tels inconvénients que, malgré les lois, ils cherchaient à sortir de cette condition, et Culcien en proposant "un autre honneur" à Dioscore lui offrait ce qui pouvait lui faire le plus de plaisir.
La rigueur du supplice n'a rien qui doive nous surprendre de la part des persécuteurs, surtout en Egypte. On est amené à penser que Dioscore, durant son supplice, était en extase et restait insensible aux brûlures dont tous les assistants pouvaient constater la réalité.

2. CULTE. Le culte de saint Dioscore est très ancien, mais aussi très obscur. On trouve mention d'un Dioscore à différentes dates. Dans l'Occident orthodoxe, les Latins l'ont gardé au 18 mai, date du martyre, tandis qu'en Orient, les Grecs l'ont déplacé au 13 octobre. La notice du martyrologe a été composée par Florus, sans doute avec un mauvais remaniement des Actes, car elle contient plusieurs erreurs. L'historien arabe Abû Sâlih, au 13ième siècle, signale en Egypte deux églises dédiées à saint Dioscore.
Nous ne connaissons la passion de saint Dioscore que par une traduction latine publiée pour la première fois par Dom Quentin (Anal. boll., t. 24, 1905, p. 321-342) d'après deux manuscrits du British Museum, l'un du 12ième siècle, l'autre du 13ième. Le premier, bien meilleur, est malheureusement en mauvais état, et on doit s'aider du second, maladroitement retouché, pour rétablir le texte. - Comm. martyr. hieron., p. 260. - Synaxaire de Constantinople, p. 136.
Il est aussi le saint patron des Cora, Corinne, Coralie et Coraline.



Ndt : Les Dioscures sont le nom donnés à Castor et Pollux dans la mythologie grecque. Les 2 nouveaux patrouilleurs de la Marine militaire belge, naviguant sous pavillon à la Croix de Saint-André, portent donc un nom qui fait référence aux Dioscures, dont Dioscoros et autres homonymes tenaient leur prénom à l'origine!




Aucun commentaire: