"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

15 mai 2015

Sainte Dympna de Geel et saint Gerebern, martyrs (15 mai)

Sainte Dympna de Geel, Vierge & Martyr
(Dymphna, Dympne)
----------------------------------------------------
Morte vers 650. Dympna était la fille d'un roi païen, Irlandais (de Monaghan?), Anglais, ou Amoricain, et d'une princesse Chrétienne. Sa mère mourut quand Dymphne était encore très jeune, mais les femmes à qui elle avait confiée l'enfant étaient Chrétiennes : elles l'instruisirent des vérités de la Foi et la firent baptiser secrètement. Lorsque Dymphne eu grandit et devenue une jeune femme, sa ressemblance frappante avec sa défunte mère fit naître une passion incestueuse dans le coeur de son père.

Sur l'avis de son confesseur, Saint Gereberne (fêté ce jour), Dympna s'enfuit de chez elle. Accompagnée de Gereberne, du bouffon du roi et de sa femme, elle s'embarqua vers Antwerpen [Anvers]. De là, elle traversa la forêt sauvage jusqu'à atteindre un petit oratoire dédié à Saint Martin, sur le site de l'actuelle ville de Geel (45km d'Antwerpen). Le groupe s'y installa un petit ermitage. Et durant les quelques mois qu'ils vécurent là avant d'être découverts, Dymphne acquit une réputation de sainteté, de par sa dévotion pour les pauvres et les souffrants.

Le père de Dympna la poursuivit jusqu'à Antwerpen, et il envoya des espions pour retrouver sa trace en recherchant de l'argent étranger. Le roi tenta de la persuader de revenir, mais face à son refus, il ordonna qu'elle et le prêtre Gerberne soient mis à mort. Les hommes du roi tuèrent le prêtre et ses compagnons, mais hésitèrent à tuer Dympna. Le roi lui-même lui coupa la tête avec son épée. Les cadavres furent laissés à même le sol. Mais des mains, soit angéliques, soit humaines, finirent par les ensevelir à l'endroit même où ils avaient périt.

Le corps de la victime fut inhumé à Geel (6ième siècle), et une église fut, bâtie sur le tombeau de la victime honorée comme une sainte.

Le récit frappa l'imagination de tout le pays, en particulier parce que selon la tradition, les lunatiques furent guéris à sa tombe. Il y eut un grand renouvellement d'intérêt pour son culte lors de la translation des reliques de Dympna, parce que nombre de guérisons d'épileptiques, de lunatiques et de personnes possédées par le démon eurent lieu pour les concernés visitant son tombeau.

Sous son patronage, les habitants de Geel furent connus pour le soin qu'ils donnaient aux malades mentaux. Vers le 13ième siècle, on bâtit une infirmerie. De nos jours, la ville possède un sanatorium de premier ordre, un des meilleurs centres de traitement des maladies au monde. Ce fut l'un des premiers à développer un programme où les patients ont une vie normale chez des fermiers ou des résidents locaux, qu'ils assistent dans leurs travaux, et dont ils partagent la vie de famille. La puissance du culte de sainte Dympna est rendue évidente par les oeuvres de miséricorde du peuple de Geel envers les malades mentaux, depuis une époque où ils étaient universellement rejetés voire traités avec hostilité.

Les saintes reliques de Dympna sont préservées dans un reliquaire en argent dans l'église portant son nom. Seul le chef de Gerberne se trouve là, le restant ayant été transféré à Sonsbeck dans le diocèse de Muenster (D). (Attwater, Bénédictins, D'Arcy, Delaney, Farmer, Kenney, Montague, O'Hanlon, White).

La fête de sainte Dympne est au 15 mai; au 27 octobre est la translation des reliques.

Dans l'art, Sainte Dympna est une vierge couronnée, avec une épée, et un diable enchaîné. Nombre d'enfant en Belgique portèrent le nom de Dymphne, mais en Irlande on la rappelle sous la forme de Damhnat, et en Angleterre Daphnée.

Dympna est invoquée contre la folie, la maladie mentale de tout genre, en faveur des asiles pour malades mentaux, des soigant de malades mentaux, des somnambules, des épileptiques, et des possédés et démoniaques. (Roeder). Sa fête est conservée en Irlande et à Geel.





SAINT GEREBERN, PRETRE ET MARTYR (6ième SIÈCLE)
Gerebern, appelé aussi Génébrard, est un prêtre Irlandais du 6ième siècle, qui donna le Baptême à Dympna et accompagna cette sainte fille dans sa fuite en Brabant. Il partagea son sort et fut martyrisé à Geel (6ième siècle). Ses reliques furent transférées à Sonsheck, près Xanten, sur le Rhin. On y implore son intercession pour être guéri de la goutte et des fièvres. Sa fête est au 15 mai.
Bibl. - O'Hanlon, Irish saints, t. 5, p. 366.






Tropaire de sainte Dympna, ton 4
Pour échapper à la folie des pécheurs,
Tu t'en allas sur les flots de la mer
Avec le prêtre Géréberne
Pour trouver un asile où louer le Christ.
Et tu couronnas par le martyre
Une vie toute tournée vers le Seigneur.
Aujourd'hui nous te prions, vierge Dymphne,
D'intercéder auprès de Dieu pour le Salut de nos âmes.



Troparion of Saint Dympna tone 4
To escape to the madness of sinners, /
You went on the rough seas /
Together with the priest Gerebern /
To find a shelter where to praise Christ. /
And you didst crown by the martyr /
A life completely devoted to Our Lord. /
Today we pray to thee, O maiden Dympna, /
That you intercede to Christ our God for the salvation of our souls

Aucun commentaire: