"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

16 août 2015

L'Église surpasse tout autre groupe religieux christique par ses traditions (saint Nicolas Velimirovic)


L'Église Orthodoxe surpasse tous les autres groupes Chrétiens par la richesse de sa Tradition. Les Protestants ne veulent qu'adhérer à la Sainte Écriture. Mais même la sainte Écriture ne sait pas être interprétée sans la Tradition. L'Apôtre Paul lui-même commande : "Ainsi donc, frères, demeurez fermes; gardez les traditions que vous avez reçues de nous, soit oralement, soit par écrit" (2 Thessaloniciens 2,15). La tradition du prince Abgar, sans aucun doute, est une tradition apostolique, quand bien même les Apôtres ne le mentionnent pas dans leurs écrits. L'Apôtre Thaddée n'a rien écrit du tout, et alors, selon la pensée protestante, il n'a rien dit et n'a rien enseigné aux fidèles. Alors en quoi était-il un Apôtre du Christ?
Saint Jean Damascène mentionne la tradition du prince Abgar dans sa défense de la vénération des Icônes. Qu'elle est puissante et touchante, la lettre d'Abgar au Christ. Et puisqu'il écrivait qu'il avait entendu auparavant parler de Sa puissance miraculeuse, qu'Il guérissait les malades, et puisqu'il L'implorait de venir le voir et de le guérir, Abgar rajoute : "J'ai aussi entendu dire que les Juifs Te haïssaient et qu'ils préparaient quelque chose de mal contre Toi. J'ai une ville, pas grande, mais belle, et pleine de tout ce qui est bon : vient chez moi et vit avec moi dans ma ville, qui a de quoi nous fournir à nous deux en suffisance." Voilà ce qu'écrivait un prince païen pendant que les princes de Jérusalem préparaient la mise à mort du Seigneur, de Celui Qui aime l'humanité.

Saint Nicolas Velimirovitch, évêque d'Ochrid, Serbie (+ 05 mars 1958), rescapé de Dachau puis des persécutions communistes, auteur du Sanctoral "Prologue d'Ochrid".

Aucun commentaire: