"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

11 novembre 2015

Liste des évêques de Tours de 250 jusque saint Brice (saint Grégoire) + prières latines à saint Martin de Tours


Liste épiscopale de la Métropole de Tours,
de 250 jusqu'à Saint Brice, par saint Grégoire, évêque de Tours
(traduction Henri Bordier 1859)

Histoire ecclésiastique des Francs, Livre 10, chapître 31, "Evêques de Tours".
31. Bien que , dans les livres précédents, j'aie écrit différentes choses sur les évêques de Tours, cependant il m'a semblé bon de les répéter pour indiquer leur ordre et leur tanmbre, à partir du temps où, pour la première fois, un prédicateur Chrétien arriva dans cette ville,
1. Le premier évêque de Tours, Gatianus, fut envoyé par le pape de Rome, en la première année de l'empire de Décius (2). Il y avait à Tours une multitude de païens adonnés à l'idolâtrie, dont il convertit quelqnes-uns au Seigneur par sa prédication. Cependant il se cachait de temps en temps pour se dérober aux attaques des gens du pouvoir qui, lorsqu'ils le trouvaient, l'accablaient fréquemment d'injures et de mauvais traitements; il célébrait donc en secret, dans les cryptes et dans des lieux cachés, le mystère de la Messe du dimanche, avec le peu de Chretiens qu'il avait convertis comme nous venons de le dire. C'était un homme pieux et craignant Dieu; et s'il n'eût pas été tel, il n'aurait pas abandonné pour l'amour du Seigneur maisons, parents et patrie. Il mena, dit-on, à Tours, la même vie pendant 50 ans , mourut en paix, et fut enterré dans le cimetière du faubourg qui appartenait aux Chrétiens. L'épiscopat fut interrompu pendant 37 ans.

(2) L'an 250.


2. Le second, Litorius , fut sacré évêque dans la première année de l'empereur Constans (1). C'était un citoyen de Tours d'une grande piété. Il bâtit la première église de la ville, à une époque où il y avait déjà beaucoup de Chrétiens, et il fit avec la maison d'un sénateur cette première basilique. De son temps, saint Martin commença de prêcher dans les Gaules, il siégea 33 ans, mourut en paix, et fut enterré dans la susdite basilique, qui porte aujourd'hui son nom.

(1) l'an 337.

3. Le troisième, saint Martin, fut sacré évêque la 8ième année de Valens et de Valentinianus (2). Il était originaire de la cité de Sabaria (3), au pays de Panonie. Par amour de Dieu, il construisit le premier monastère de la ville de Milan en Italie. Mais les hérétiques l'ayant battu de verges et chassé d'Italie parce qu'il prêchait courageusement la sainte Trinité, il vint dans les Gaules. Il y convertit un grand nombre de païens, renversa leurs temples et leurs statues, et fit aussi de grands miracles parmi le peuple, au point de ressusciter 2 morts avant son épiscopat. Il n'en ressuscita qu'un seul après être devenu évêque. Il transporta le corps du bienheureux Gatianus, et l'enterra près du tombeau de saint Litorius, dans la basilique dédiée au nom de celui-ci comme nous l'avons dit. Il empêcha Maximus d'employer le glaive en Espagne pour tuer les hérétiques (4), décidant qu'il suffisait de les séparer des Eglises et de la communion catholique. Sa vie terrestre étant terminée, il mourut à Candes, bourg de son diocèse (5) dans sa 81ième année. De ce bourg il fut transporté sur une embarcatiun jusqu'à Tours, où il fut enseveli dans le lieu où l'on adore [ vénère! JMD; ] maintenant son tombeau. Nous avons 3 livres écrits sur sa vie par Sulpicius Sévérus. Il se manifeste encore de notre temps par beaucoup de miracles.

(2) L'an 371.
(3) Voyez tome 1, page 30, note 1
(4) Les Priscillianistes, que Maxime avait ordonné de réduire par le fer.
(5) "Cadatensem vicum urbis suae". En nov. 397, à ce que l'on croit.

Il éleva, dans le monastère qu'on appelle encore aujourd'hui le Grand (Marmoutier), une basilique en l'honneur des saints Apôtres Pierre et Paul. Il bâtit aussi des églises dans les bourgs de Langeais, Saunay, Amboise, Chisseau, Tournon, Candes, après y avoir détruit les temples païens et baptisé les gentils. Il siégea 26 ans 4 mois et 27 jours. L'épiscopat fut interrompu pendant 20 jours.

4. Le quatrième, Briccius, fut sacré évêque de Tours la seconde année du règne commun d'Arcadius et Honorius; il était citoyen de Tours. La 33ième année de son épiscopat, il fut accusé du crime d'adultère par les autres citoyens, qui, l'ayant chassé, créèrent évêque Justinianus. Briccius alla trouver le pape de la métropole. Justinianus le suivit, et mourut dans la ville de Verceil. Les habitants de Tours, conspirant de nouveau, nommèrent Armentius. Mais Briccius après être demeuré 7 ans auprès du pape de la métropole, fut trouvé innocent du crime qu'on lui imputait, et reçut ordre de retourner dans sa cité. Il bâtit, sur le tombeau de saint Martin, une petite basilique, où il fut enterré lui-même. Comme il entrait par une porte de la ville, on emportait par une autre Armentius, qui était mort : celui-ci enseveli, Briccius reprit son siège. On rapporte qu'il fonda les églises de divers bourgs, savoir Cliou, Brèches, Ruan, Bridoré, Chinon. Il siegea, en comptant tout, 47 ans; puis mourut et fut enseveli dans la basilique qu'il avait élevée sur le corps de saint Martin.





Eodem die natale sancti Martini episcopi et confessoris.

Deus qui conspicis quia ex nulla nostra virtute substitimus, concede propitius, ut intercessione beati Martini confessoris tui contra omnia adversa muniamur. Per Dominum nostrum Iesum Christum.

SUPER OBLATA. Da misericors Deus, ut haec nos salutaris oblatio, et propiis reatibus indesinenter expediat, et ab omnibus tueatur adversis. Per.

PRAEFATIO. VD aeterne Deus. Cuius munere beatus Martinus confessor pariter et sacerdos, et bonorum operum incrementis excrevit, et variis virtutum donis exuberavit, et miraculis choruscavit. Qui quod verbis edocuit, operum exhibitione complevit. Et documento simul et exemplo, subditis ad caelestia regna pergendi ducatum praebuit. Unde tuam clementiam petimus, ut eius qui tibi placuit exemplis ad bene agendum informemur, meritis muniamur, intercessionibus adiuvemur, qualiter ad caeleste regnum illo interveniente, ac te opitulante pervenire mereamur. Per Christum Dominum nostrum.

BENEDICTIO. Omnipotens Deus, qui beatum Martinum praesulem tuum ita praedestinasti, ut gratiae tuae perenniter iuberes adstringi, erige vota populi tui praetitisti gloriosa virtuta tuo confessori. AMEN.
Proficiat his ad fructum, quicquid in sacerdote pro laude tui nominis amplectuntur, et haec plebs eius intercessione consequantur veniam, qui te remunerante felici servitio pervenit ad gloriam. AMEN.
Sit ipse confessor huius / populi assiduus custos, qui te vocante hodie penetravit caelos. AMEN.
Quod ipse.

AD COMPLENDUM. Praesta quaesumus Domine Deus noster, ut quorum festivitate votiua sunt sacramenta, eorum salutaria nobis intercessione reddantur. Per Dominum.

ALIA. Exaudi Domine populum tuum tota tibi mente subiectum, et beati Martini pontificis supplicatione custodi, ut corde et corpore protectus, quod pie credit appetat, quod iuste sperat obtineat. Per.

ALIA. Praesta quaesumus omnipotens Deus, ut sicut divina laudamus in sancti Martini confessoris tui atque pontificis sollemnitate magnalia, sic indulgentiam tuam piis eius praecibus assequamur. Per Dominum.

Sacramentaire de Ratoldus de Corbie (+ 986), Paris B.N. lat.12052
"Abbatis domni stat mentio sancta Ratoldi
Istum qui fecit scribere qippe librum" 

 

Aucun commentaire: