"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

15 novembre 2015

Ne pas voir le bien chez autrui, maladie de notre siècle (saint Joseph l'hésychaste)

Qui a vaincu le malin? Celui qui connaît ses propres faiblesses, passions et manquements. Celui qui a peur de se connaître lui-même reste loin de la connaissance, et il n'aime rien d'autre que de voir les fautes chez les autres, et les juger. Il ne voit pas les qualités chez les autres, rien que les manquements. Et il ne voit pas ses propres manquements, que ses qualités. Ceci est la véritable maladie qui nous afflige, nous les gens de ce millénaire : nous ne parvenons pas à reconnaître les qualités d'autrui.
Quelqu'un peut en manquer de beaucoup, mais nombre de personnes prises ensemble ont alors tout. Ce que l'une manque, l'autre l'a. Si nous le reconnaissions, alors nous ferions un grand acte d'humilité, car Dieu, Qui a donné tant de choses aux hommes de diverses manières et voulu cette inégalité dans toutes Ses créatures, est alors honoré et glorifié. Et non pas comme le disent les incroyants, qui s'efforcent d'apporter de l'égalité en bouleversant la divine Création. Dieu a tout créé avec sagesse.

Saint Joseph l'Hésychaste





Who has conquered the devil? He who knows his own weaknesses, passions, and shortcomings. Whoever is afraid of knowing himself remains far from knowledge, and he doesn’t love anything else except seeing faults in others and judging them. He doesn’t see gifts in other people, but only shortcomings. And he doesn’t see his own shortcomings, but only his gifts. This is truly the sickness that plagues us men of the eighth millennium: we fail to recognize other’s gifts. One person may lack many things, but many people together have everything. What one person lacks, another person has. If we acknowledged this, we would have a great deal of humility, because God, Who adorned men in many ways and showed inequality in all His creations, is honored and glorified; not as the unbelievers say, who toil trying to bring equality by overturning the divine creation. God made all things in wisdom.
Elder Joseph the Hesychast

Aucun commentaire: