"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

16 novembre 2015

Saint Gobrien, abbé-évêque dans le pays de Vannes (6ème siècle)

Nous fêtons aussi aujourd'hui un saint dit "de Bretagne", saint Gobrien. Wo-Brian en gaélique puisqu'il est venu de la verte Irlande, au 6ième siècle, alors que la conquête celtique enserrait la ville gallo-romaine de Vannes (Gwened) et la disputait aux Francs. Les lieux où se dressaient des églises et chapelles consacrées à Gobrien, montrent qu'il est vraisemblablement venu via la Grande-Bretagne avec un groupe d'émigrés. Il a évangélisé la côte de la Domnonée, le pays de Dol, s'est enfoncé dans le Poutécroêt pour y mener la vie ascétique, a tenté des prédications aux contées gallo-franques de Rennes et de Nantes, mais dans la partie active de son existence a subi des échecs à Vannes. Ce double amour de solitude et d'action, et le double titre d'évêque et d'abbé, caractérisent l'Église Orthodoxe dans sa composante bretonne à cette période.  

photo : fontaine Saint Gobrien, à Saint-Servant.
source Wikipedia

Aucun commentaire: