"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

21 mars 2015

Les miens, pas les leurs...

"Oui, Seigneur Roi, donne-moi de voir mes péchés, et de ne pas juger mon frère"



"Yea, O Lord and King, grant me to see my own transgressions and not to judge my brother."

18 mars 2015

Décès du père Thomas Hopko - Mémoire éternelle!

Cet après-midi, après que son dernier petit-enfant aie enfin pu rejoindre toute leur famille réunie depuis lundi autour du père Thomas mourant, ce dernier s'est endormi dans le Seigneur. Mémoire éternelle.

http://frthomashopko.webs.com/apps/blog/show/43181462-memory-eternal-

Posted by Juliana on March 18, 2015 at 4:15 PM


MEMORY ETERNAL!
Fr. Thomas reposed peacefully today, March 18, shortly after 3 pm.
All of his five children were able to spend precious time with him and Matushka Anne at the hospice. His middle child, who was only able to arrive today, spent some beautiful hours in vigil by his side. She told him now that he had been with all of his children, he could go. And shortly after 3 pm, he reposed.
No funeral plans yet. They will be posted as soon as they are available.
MEMORY ETERNAL!

In Memoriam
The Very Reverend Thomas Hopko
March 28, 1939 - March 18, 2015
Protopresbyter Thomas Hopko, 75, dean emeritus of St. Vladimir’s Orthodox Theological Seminary, Crestwood, New York, and noted Orthodox Christian priest, theologian, preacher, and speaker, fell asleep in the Lord today.
Father Thomas was the beloved husband of Matushka Anne [Schmemann] Hopko. They were married on June 9, 1963. Together, Fr. Thomas and Anne are the parents of five children, sixteen grandchildren, and three great-grandchildren.
Thomas John Hopko was born in Endicott, NY, on March 28, 1939, the third child and only son of John J. Hopko and Anna [Zapotocky] Hopko. He was baptized and raised in St. Mary’s Carpatho-Russian Orthodox Greek-Catholic Church, and educated in Endicott public schools, graduating from Union-Endicott High School in 1956.
Father Thomas graduated from Fordham University in 1960 with a bachelor’s degree in Russian studies. He graduated with a theological degree from St. Vladimir's Orthodox Theological Seminary in 1963, from Duquesne University with a master’s degree in philosophy in 1969, and earned his doctorate degree in theology from Fordham University in 1982.
Ordained to the Holy Priesthood in August 1963, Fr. Thomas served the following parishes as pastor: Saint John the Baptist Church, Warren, OH (1963–1968); Saint Gregory the Theologian Church, Wappingers Falls, NY (1968–1978); and Saint Nicholas Church, Jamaica Estates, NY (1978–1983). Father Thomas was honored with the clerical rank of Archpriest in 1970 and the rank of Protopresbyter in 1995.
Beginning in 1968, Fr. Thomas began his long service to Saint Vladimir’s Orthodox Theological Seminary. Over the years, Fr. Thomas held the following positions: Lecturer in Doctrine and Pastoral Theology, 1968–1972; Assistant Professor of Dogmatic Theology, 1972–1983; Associate Professor of Dogmatic Theology, 1983–1991; Professor of Dogmatic Theology, 1991–1992; Dean, Rector of Three Hierarchs Chapel, and Professor of Dogmatic Theology, 1992–2002.
During his years of priestly ministry, Fr. Thomas authored numerous books and articles. Most well known of these publications is The Orthodox Faith: An Elementary Handbook on the Orthodox Church. A prolific speaker and preacher, he spoke at conferences, retreats, public lectures, and Church gatherings of all kinds, many of which were recorded. Fr. Thomas performed countless duties on behalf of the Orthodox Church in America, including representing the Church at intra-Orthodox gatherings and ecumenical meetings.
Upon retirement, Fr. Thomas and Anne moved to Ellwood City, PA, where they lived near the Orthodox Monastery of the Transfiguration, and Fr. Thomas began a new ministry: internet-based Orthodox Christian radio talks. Since 2008, Fr. Thomas has produced well over 400 podcasts for Ancient Faith Radio.
Father Thomas exercised untiring and loving pastoral care on behalf many who sought him out for spiritual guidance. His greatest desire was that every person would respond to these words of Jesus Christ: “Come to me, all who labor and are heavy laden, and I will give you rest.” (Matthew 11:28)
Father Thomas is survived by his wife, Matushka Anne, and their five children: Archpriest John Hopko and his wife Macrina, of Terryville, CT; Juliana and husband Gregory Thetford, of Ellwood City, PA; Catherine and husband Raymond Mandell, of Clearfield, PA; Mary and husband Archpriest Nicholas Solak, of East Stroudsburg, PA; and Alexandra and husband Joseph Sedor, of Ellicott City, MD. He is also survived by two sisters, Mary Ann Macko, of Endwell, NY, and Barbara McPherson, of Sayre, PA, and Frostproof, FL. Additionally, Fr. Thomas is survived by sixteen grandchildren and three great-grandchildren, as well as many, many other dear relatives, colleagues, and friends.
Funeral arrangements will follow.
Father Thomas’s family wishes to thank all those who ministered to him so lovingly during his long final illness. Special thanks are extended to Mother Christophora, Abbess, and the entire sisterhood of The Orthodox Monastery of the Transfiguration for their constant support and help, the Very Reverend Father Michael and Matushka Susanne Senyo, Protodeacon Michael Wusylko, M.D., and Good Samaritan Hospice.
In lieu of flowers, memorial donations may be given to St. Vladimir’s Orthodox Theological Seminary, Crestwood, NY; The Orthodox Monastery of the Transfiguration, Ellwood City, PA; Ancient Faith Radio and Good Samaritan Hospice of Concordia, Wexford, PA.
Memory Eternal!

La Foi, l'espérance et l'amour, et ce qu'ils expriment (saint Maxime le Confesseur)

La Foi est le fondement de tout ce qui la suit, je veux parler de l'espérance et de l'amour, et elle établit fermement ce qui est vrai. L'espérance est la force des extrêmes, je veux dire de la Foi et de l'amour, car elle apparaît comme fidèle en elle-même et aimée des deux, et enseigne par elle-même à aller jusqu'au bout du parcours. L'amour est l'accomplissement de ces deux, entièrement embrassé comme le désir final, et il apporte le repos pour leurs mouvements. Car l'amour apporte à la Foi la réalité de ce en quoi elle croyait, et à l'espérance la présence de ce en quoi elle espérait, et la jouissance de ce qui est présent. L'amour seul, à proprement parler, prouve que la personne humaine est à l'image du Créateur.
Saint Maxime le Confesseur, Lettres






For faith is the foundation of everything that comes after it, I mean hope and love, and firmly establishes what is true. Hope is the strength of the extremes, I mean faith and love, for it appears as faithful by itself and loved by both, and teaches through itself to make it to the end of the course. Love is the fulfillment of these, wholly embraced as the final last desire, and furnishes them rest from their movement. For love gives faith the reality of what it believes and hope the presence of what it hopes for, and the enjoyment of what is present. Love alone, properly speaking, proves that the human person is in the image of the Creator...
St Maximos the Confessor, Letters

17 mars 2015

Qu'est-ce que la "xérophagie"? (p. John)

Q: Qu'est-ce que la "xérophagie"?

R: C'est un terme grec qui signifie "manger sec", la pratique de manger des aliments non-cuits, comme des légumes crus, des fruits, des noix, et des graines. On considérait cela manger "sec" parce que la plupart des anciens plats étaient cuits à l'huile d'olive qui par son riche goût les relevait. La xérophagie est une forme de jeûne habituellement observée durant le Grand Carême et d'autres périodes de jeûne de l'Église. Cependant, de nos jours, on en est aussi venu à y inclure les légumes cuits (bouillis, ou grillés mais sans huile), et des pains.
P. John





Q: What is xerophagy?

A: Xerophagy, meaning "dry eating" in Greek, is the practice of eating uncooked foods, such as raw vegetables, fruits, nuts, and grains. To eat this way was considered "dry" because so much of ancient fare was cooked using rich-tasting olive oil for flavoring. Xerophagy is a form of fasting commonly observed during Great Lent and at other fasting periods of the Church. Today, however, it has also come to include cooked vegetables (boiled or roasted without oil) and breads.

Fr. John



16 mars 2015

Père Thomas Hopko "sur le grand départ" (16.03.2015) - oremus, fratres..


L'archiprêtre Thomas Hopko, beau-fils de feu le p. Alexandre Schmeman, doyen émérite du Séminaire Saint Vladimir, grand spirituel, grand pasteur, achève son parcours terrestre :

"La respiration de père Thomas est très faible et hésitante, mais il reste en paix. Le prêtre est venu et a prié. S'il vous plaît, continuez de prier pour lui, pendant ces dernières heures de sa vie terrestre. Matushka Anne reste à ses côtés, en paix et reconnaissante pour tout.
Lorsque sera venu le moment de son endormissement éternel, cela sera annoncé sur ce site internet, merci de continuer à regarder les mises à jour.
Saint Dimanche de la Croix."

C'est beau de voir une famille ainsi unie au moment où l'un des leurs, qui est l'un des meilleurs d'entre nous tous au demeurant, est sur le grand départ!
http://frthomashopko.webs.com/apps/blog/


Sa page au Séminaire :
http://www.svots.edu/content/very-rev-thomas-hopko


et la WebRadio où il a donné de très intéressantes conférences, disponibles en podcast :
http://www.ancientfaith.com/podcasts/hopko

Prière à l'icône miraculeuse de Notre Dame de Kazan / Kazanskaïa

http://www.monachos.net/conversation/topic/2857-favourite-prayers/
Cette prière se trouve à la conclusion de l'Acathiste à Notre Dame de Kazan. On la prie devant l'icône miraculeuse de la Kazanskaïa (agenouillé, excepté de Pâques à la Pentecôte)

Ô toute sainte Reine, Notre Dame la Mère de Dieu, nous prosternant avec foi et amour devant ta précieuse icône, nous te prions : ne détourne pas ta face de ceux qui accourent vers toi. Prie ton Fils et notre Dieu, le Seigneur Jésus-Christ, ô Mère pleine de compassion, afin qu'Il nous garde dans la paix, et qu'Il préserve Sa sainte Église contre l'incroyance, l'hérésie ou le schisme. Car nous n'avons pas d'autre aide ni d'espoir que toi, ô très pure Vierge. Tu es le tout puissant secours et la protectrice des Chrétiens. Délivre tous ceux qui te prient avec amour contre les assauts du péché, contre les attaques des hommes méchants, contre toutes les tentations, afflictions et détresses, et contre la mort soudaine. Accorde-nous d'avoir un esprit contrit, un coeur humble, des pensées pures, afin que nous amendions nos vies pécheresses et que nous obtenions la rémission de nos péchés. De sorte que nous puissions chanter avec reconnaissance tes hauts faits, et que nous soyons assurés du Royaume éternel. Amen.



15 mars 2015

Le 8ème Concile Oecuménique (Constantinople 879-880) et la condamnation du "filioque" (TR Valentine)

http://www.geocities.com/trvalentine/orthodox/8-9synods.html 
Question: Vous mentionnez un 8ème et un 9ème Concile Oecuménique, mais je croyais qu'il n'y avait que 7 Conciles Oecuméniques à être reconnus par les Chrétiens Orthodoxes. Voulez-vous bien expliquer ?

Réponse: Il est parfois affirmé que les Chrétiens Orthodoxes ne reconnaissent que 7 Conciles / Synodes Oecuméniques. Ce chiffre est apparu en Russie, sous influence des Jésuites. Dans l'Encyclique des Patriarches d'Orient écrite en 1848 et souscrite par les Saints Synodes de Constantinople, Antioche et Jérusalem, le lecteur trouve à plusieurs reprises des références au 8ème Concile Oecuménique.

Dans un article intitulé "La question théologique de nos jours : une entrevue avec le protopresbytre George Metallinos" publiée dans "Divine Ascent: A Journal of Orthodox Faith", père George expliquait (parenthèses et guillemets dans le texte original):

"Le bienheureux Justin Popovic, un confesseur de notre foi, a écrit un important traité critique à propos du Synode à venir. La cause qui mène à un Synode Oecuménique est toujours un problème spécifique, et la question est, quelle est le problème-clé aujourd'hui ? Si nous regardons dans l'agenda du Synode, il semble que [c'est comme si] nous voulions formuler une nouvelle [théologie] dogmatique. Traditionnellement, les saints Pères apportaient 3 problèmes principaux au concile : problèmes à propos de la Trinité, problèmes concernant la Christologie, ou problèmes concernant la grâce de Dieu et le Salut de l'homme. (Sur les 9 Conciles Oecuméniques de l'Église Orthodoxe, le 8ème (879-880) et le 9ème (1341) traitent de ces problèmes. Le problème trinitaire exprime la sociologie orthodoxe, qui est ecclésiologie, et le problème Christologique exprime l'anthropologie Orthodoxe). Nous n'avons rien besoin de neuf de nous jours ; nous n'avons besoin que de vivre et expérimenter notre Tradition Orthodoxe."
— Vol. 1, Number 2; pp. 59-60

Le. p. Jean Romanides, décrit par le p. George Metallinos comme 'actuellement le plus grand théologien Orthodoxe en matière de dogmatique', fait textuellement référence aux 8ème et 9ème Conciles Oecuméniques. Voyez par exemple :

"Les enseignements d'Augustin qui furent condamnés par le 9ème Concile Oecuménique de 1351 de même que ceux de Barlaam de Calabre."

Le lecteur avis remarquera que la première citation de père George dit que le 9ème Concile Oecuménique eu lieu en 1341, mais le titre de l'essai du père Jean fait référence au 9ème Concile Oecuménique en 1351. Une faute dans une des sources ? Peut-être. Mais il y a eu des Conciles en 1341, 1347 et 1351, tous à Constantinople. On les appelle parfois les "Conciles Palamites", car ils étaient centrés sur la dispute entre saint Grégoire Palamas et Barlaam de Calabre, à propos de l'hésychasme. La différence reflète une incertitude quant auquel des Conciles Palamite devrait être qualifié d'oecuménique, mais en même temps, cela démontre que le résultat des Conciles Palamites est accepté par tous les Chrétiens Orthodoxes. Aristeides Papadakis écrit:

"Mais si la réflexion et la solution de Grégoire sont importantes, ainsi en est-il aussi de son impact sur la synthèse palamite ultérieure. Une partie de cette synthèse avait en fait été préparée au 13ème siècle par le patriarche Grégoire II de Chypre. Au sens profond du terme, la distinction fondamentale entre l'essence et l'énergie n'est rien d'autre que "le matériel de travail" de la théologie de Palamas. Même ainsi, sa ratification officielle comme dogme par les Conciles Palamites de 1341, 1347, et 1351, était en germe dans la confirmation du Tomos au Concile de 1285. Il est significatif que tous les érudits Orthodoxes qui ont écrit sur Palamas - Lossky, Krivosheine, Papamichael, Meyendorff, Christou – considèrent sa position comme étant une expression légitime de la tradition Orthodoxe. Mutatis mutandis, il en est de même pour Grégoire de Chypre. Comme un de ces érudits l'a reconnu, ce qui était défini, c'est "une et même tradition.. à différents points, par les Orthodoxes, de saint Photios aux saints Grégoire de Chypre et Grégoire Palamas. Les chercheurs occidentaux qui ont travaillé sur Grégoire II et Palamas - Jugie, Cayré, Laurent, Candal – ont trouvé utile de les attaquer tous les deux comme des "innovateurs" révolutionnaires..."
— Crisis in Byzantium: The Filioque Controversy in the Patriarchate of Gregory II of Cyprus (1283-1289), p. 205

Il y a bien moins d'incertitudes au sujet du 8ème Concile Oecuménique. L'Encyclique de 1848 regarde le concile tenu à Constantinople en 879-880 comme étant le 8ème Concile Oecuménique. Dès lors, il est normal pour les auteurs Orthodoxes d'y faire référence. Par exemple, Clark Carlton écrit:

"Rappelez-vous que c'est ce Photios qui fut réconcilié avec le pape Jean VIII au 8ème Concile Oecuménique en 879. A ce Concile, l'Église Romaine condamna l'ajout du Filioque au Credo.."
— The Truth: What Every Roman Catholic Should Know About the Orthodox Church, page 64, footnote 30

Le 8ème Concile Oecuménique de 879-880 a été souscrit par les patriarches de Rome (pape Jean VIII), de Constantinople (saint Photios), Antioche, Jérusalem et Alexandrie, et par l'empereur Basile I. Ce Concile a condamné tout ajout au Credo de Nicée-Constantinople, condamnant quiconque niait la légitimité du 7ème Concile Oecuménique et ses décrets sur les icônes, et contenait un accord que les patriarcats n'interféreraient pas dans les affaires internes respectives. Jusqu'au 11ème siècle, ce Concile fut considéré par Rome comme le 8ème Concile Oecuménique. A ce moment-là, le catholicisme-romain trouva plus arrangeant de le remplacer par un concile tenu à Constantinople en 869, un concile qui n'a jamais été accepté par l'Orient et fut condamné par le 8ème Concile Oecuménique de 879-880. C'est alors que Rome commença à utiliser le Filioque hérétique dans le Credo. Ils ne pouvaient plus reconnaître un concile qui condamnait ce qu'ils avaient commis.

Il faut aussi se souvenir que l'Orthodoxie a continué à reconnaître des Synodes qui ont généré des décisions canoniques qui furent ensuite ajoutées au Synodikon. Cela prendrait beaucoup de recherche pour déterminer quand de tels ajouts furent réalisés, mais je connais ceux de 843 (suppression finale de l'iconoclasme), 1077, 1082, et 1117. Il est presque certain qu'il y a dû y avoir des ajouts en 1341.



T.R Valentine