"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

20 juin 2015

Saint-Synode de Grèce: vous êtes chrétien? Ne touchez pas au yoga!


17 Juin 2015

http://en.protothema.gr/are-you-christian-forget-about-doing-yoga/
Le Saint Synode a réagit à une récente décision des Nations Unies de 2014 de nommer le 21 juin comme "Journée internationale du yoga". La déclaration du Saint Synode expose que la pratique du yoga "n'a aucune place dans la vie des Chrétiens" puisque c'est un aspect fondamental de l'hindouisme, et dès lors ce n'est pas considéré comme une "sorte d'exercice" mais comme un élément cultuel.

Bien que cela soit souvent recommandé pour son effet apaisant et le bien-être, les Chrétiens sont exhortés à chercher le même réconfort en Dieu, et non pas dans des pratiques hindouistes. Après tout, les postures du yoga ont été créées en l'honneur des 330 millions de divinités hindoues. Ces postures sont considérées par la foi hindoue comme des offrandes à leurs divinités, que le Christianisme considère comme étant des idoles.

De plus, un tiers du yoga se concentre sur la création de vide dans l'esprit - une contradiction avec ce qu'enseigne le Christianisme. Dans la Foi Chrétienne, il y a liberté de choix et de transformation par le renouvellement. De plus, le voyage astral vers lequel le yoga guide ses adeptes est une pratique que l'Église continue de décrier.

"Pour cette raison, le yoga est totalement incompatible avec notre Foi Chrétienne Orthodoxe et dès lors, n'a pas sa place dans la vie des Chrétiens," rappelle la déclaration, tout en précisant que l'Église respecte la liberté religieuse.



information originale :
http://www.romfea.gr/ekklisia-ellados/1285-iera-sunodos-i-giogka-den-exei-kamia-thesi-sti-zoi-ton-xristianon

Ιερά Σύνοδος: ''Η γιόγκα δεν έχει καμία θέση στη ζωή των Χριστιανών''
Στό πλαίσιο του σεβασμού της θρησκευτικής ελευθερίας, η οποία στην Ελλάδα είναι συνταγματικώς κατοχυρωμένη και σεβαστή, αλλά και της ποιμαντικής της ευθύνης για την αποφυγή δημιουργίας κλίματος θρησκευτικού συγκρητισμού, με αφορμή την πρόσφατη καθιέρωση από τον ΟΗΕ της 21ης Ιουνίου ως «Παγκόσμιας Ημέρας Γιόγκα», η Ιερά Σύνοδος της Εκκλησίας της Ελλάδος υπενθυμίζει στο χριστεπώνυμο Πλήρωμα ότι: η «Γιόγκα» αποτελεί θεμελιώδες κεφάλαιο της θρησκείας του Ινδουϊσμού, έχει ποικιλομορφία σχολών, κλάδων, εφαρμογών και τάσεων και ΔΕΝ ΑΠΟΤΕΛΕΙ «είδος γυμναστικής».

Ως εκ τούτου η «Γιόγκα» τυγχάνει απολύτως ασυμβίβαστη με την Ορθόδοξη Χριστιανική Πίστη μας και δεν έχει καμία θέση στη ζωή των Χριστιανών.

19 juin 2015

Qu'est-ce qu'un martyr? (prêtre-martyr Daniel Sysoyev)

En réalité, nul ne devait comprendre le terme "martyr" comme parlant de quelqu'un qui a été torturé et mis à mort. Littéralement, cela signifie "témoin." Dès lors, une personne est un martyr si, par sa mort, elle témoigne du fait que le Christ a vaincu la mort, qu'Il est Ressuscité d'entre les morts. C'est en cela que se trouve le témoignage, et non pas dans le fait qu'il a été torturé.
Prêtre-martyr Daniel Sysoyev, Instructions aux Immortels








In fact, one should not take the word «martyr» to mean one who has suffered death by torture. It literally means «witness.» Thus, a person is a martyr if, with his death he bears witness to the fact that Christ has conquered death, that He was resurrected from the dead. One’s witness lies in this, and not in the fact that he has been tortured.
The Martyred Priest Daniel Sysoyev, Instructions to Immortals

18 juin 2015

Nous soignons notre corps malade? N'oublions pas l'âme, autant atteinte! (hm. Julian Lazar)

Lorsque quelque chose commence à nous faire mal, nous courons voir le médecin et prenons soin de notre corps. Qu'en est-il des maladies de l'âme? Pourquoi donc n'en prenons-nous pas du tout soin? Il se peut que votre âme soit blessée et vous ne savez même pas de quoi elle est affligée. Lorsque vous souffrez corporellement, vous allez voir le médecin pour un traitement curatif. De la même manière, lorsque votre âme souffre, vous devriez chercher soulagement et guérison auprès d'un père spirituel.
Hiéromoine du grand schème Julian (Lazar)








When something begins to hurt us, we run to the doctor and take care of our bodies. What about disease of the soul? Why do we not take care of it at all? It may happen that your soul is wounded and you do not know what it suffers from. When your body hurts, you go to the doctor for a cure. In the just the same way, when your soul hurts you should seek solace and healing from a spiritual father
Hieroschemamonk Julian (Lazar)

17 juin 2015

Changer le monde.. une personne à la fois! (p. Tryphon, EORHF)

Saint Sophrony de l'Essex disait qu'il croyait au changement du monde, mais une personne à la fois. Ces paroles sont en accord avec celles de saint Seraphim de Sarov, qui disait qu'acquérir la paix intérieure amènerait au Salut des milliers autour de nous. Aussi longtemps que nous nous concentrons sur les manquements des autres, la transformation intérieure ne se produira pas en nous, et le monde restera dans les ténèbres. Si nous restons empêtrés dans le marigot du péché, et concentrés sur les torts d'autrui, nous ne parviendrons pas à nous conformer nous-mêmes à la volonté de Dieu.

Bien entendu, il est bien plus confortable de remarquer fautes et péchés d'autrui, mais si nous ne nous occupons pas de nous-mêmes, nous causerons un grand tort à notre âme. Juger les autres ouvre grandes les portes pour laisser accès aux esprits mauvais, qui dès lors vont tout ruiner en nous et détruire la grâce baptismale qui réside en nos coeurs. Nous sommes en guerre contre les forces du mal, et nous ferions mieux de rester sur nos gardes. Notre vie éternelle en dépend.

Dans l'amour du Christ,
Higoumène Tryphon




Nous sommes en guerre! Mais la guerre spirituelle... la plus difficile!




The Elder Sophroni of Essex said he believed in changing the world, one person at a time. These words are in agreement with those of Saint Seraphim of Sarov, who said acquiring inner peace causes a thousand around us to be saved. As long as we concentrate on the failings of others, inner transformation will elude us, and the world will remain in darkness. If we remain stuck in the quagmire of sin, and focused on the failings of others, we will fail in the work of conforming ourselves to the will of God.

It is, of course, much more personally comfortable to notice the failings and the sins of others, but if we do not take stock of ourselves, we will do great harm to our soul. Judging others opens wide the gates for evil spirits to enter, whereby laying waste and destroying the grace of baptism that resides within our hearts. We are in a battle against evil forces, and we had better be on guard. Our eternal life depends on it.

With love in Christ,
Abbot Tryphon

16 juin 2015

L'amour de la Création (saint Païssios l'Athonite)

Cette herbe est une icône. Cette pierre est une icône. Et je peux l'embrasser, la vénérer, car elle est remplie de la grâce de Dieu. Le monde n'est pas là pour que nous nous y servions, mais pour que nous nous y débarrassions de nos passions et de nos désirs.
Saint Païssios l'Athonite





This grass is an icon; this stone is an icon; and I can kiss it, venerate it, because it is filled with God’s grace.
The world is not for us to take things from, but a place where we cast off our passions and desires."
St Paisios

14 juin 2015

Comment ne plus être distrait pendant la prière (Agapit de Valaam, +1905)

Être libre de toute distraction, c'est quelque chose qui n'est pas donné rapidement à l'esprit, ni même lorsque nous le souhaitons. Cela vient lorsque nous nous sommes d'abord rendus humbles, et lorsque Dieu choisi de nous en accorder la bénédiction. Ce don divin ne dépend pas de combien de temps nous prions, ni du nombre de prières que nous récitons. Ce qui est requis, c'est un coeur humble, la grâce du Christ et un effort constant.
Moine du grand-schème Agapit de Valaam, "L'art de la prière"





"L'Ancien Agapit, qui vécu sur cette terre de 1838 à 1905, était natif de la région de Yaroslavl. Agapit vint à Va-laam et fut formé sous la direction du grand higoumène Damascène pour devenir un véritable bastion de spiritualité, profondément imprégné de la Prière de Jésus. Son abondante correspondance avec saint Théophane le Reclus format la vision ascétique du monde chez l'Ancien Agapit, et en fit un grand expert de Prière de Jésus, de même qu'un maître spirituel pour de nombreuses générations. Ayant perdu la vue physique, il reçut en échange la clairvoyance spirituelle, par laquelle il était à même de reconnaître les gens à distance rien qu'en entendant le bruit de leurs pas dans le corridor alors qu'ils s'avançaient vers sa cellule pour se confesser. Il n'est pas faux d'appeler ce père Agapit un Saint Père, un enseignant de la Prière du Coeur, et un maître de vie spirituelle. Il y a beaucoup d'évidences qu'il devrait être glorifié. Les écrits du père Agapit sur la sobriété, la vigilance et la contemplation, bien que très brefs, respirent d'un véritable esprit Philocalique comme les anciens Pères, et méritent d'être repris parmi les nombreux recueils de classiques de la spiritualité Chrétienne Orthodoxe. Il a aussi échangé une abondante correspondance, mais hélas la plupart de ce trésor épistolaire semble ne pas avoir survécu avec le temps qui passe, bien qu'à présent que les circonstances soient plus favorables, certains écrits pourraient réapparaître.
Saint père Agapit, prie Dieu pour nous!"

 http://www.ticketsofrussia.ru/ru/valaam/pater/agapit.htm






Photo ci-dessus : saint Michel l'Aveugle de Valaam

Pictured: St Michael the Blind of Valaam

Freedom from distraction is not given to the mind quickly, nor whenever we wish it. It comes when we have first humbled ourselves, and when God chooses to grant this blessing to us. This divine gift does not depend upon the length of time we pray or the number of prayers we recite. What is needed is a humble heart, the grace of Christ, and constant effort.
Schema-monk Agapii of Valaam Monastery, The Art of Prayer