"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

28 novembre 2015

Daru: mgr Job "muté" au Conseil oecuménique des églises (28.11.15)

C'est une source unique, je n'ai pas encore vu l'information sur le site du Phanar, cependant d'après le site grec d'information religieuses "orthodoxia.info":

"Le Saint-Synode du Patriarcat de Constantinople a retiré à l'archevêque Job de Telmesios l'administration de l'Exarchat des communautés de tradition orthodoxe russe en Europe occidentale.
Le hiérarque conserve le titre d'archevêque de Telmesios. Il est envoyé comme représentant du Patriarcat auprès du Conseil oecuménique des Eglise, et suite à son départ, arrivera bientôt à Paris le mandat du Patriarcat pour le début d'une nouvelle procédure d'élection et de nommination d'archevêque.

Il s'agit d'une sanction que beaucoup attendaient, vu que l'élection de mgr Job en novembre 2013 comme archevêque de l'Exarchat avait provoqué nombre de réactions dès le départ.

Les 2 années de présence de mgr Job à la tête de l'Exarchat auront été émaillées de divers problèmes de fonctionnement, l'Institut de théologie Saint-Serge en étant arrivé à la quasi fermeture définitive.

Orthodoxia.info suivait ce dossier depuis le départ, vu les rapports de presse mettant en évidence tous les aspects du problème qui s'est développé dans cet Exarchat sensible du trône œcuménique au "cœur" de l'Europe."


Impossible de plaire à Dieu et au monde en même temps (ancien Jérôme d'Égine)

Il est impossible de plaire à la fois à Dieu et au monde. Dans la mesure du possible, évitez les choses de ce monde qui sont en opposition avec l'esprit de notre Christ. Il est difficile de plaire à Dieu, mais ce n'est pas impossible. Dieu en a remis les clés dans les mains de l'homme : les clés de la liberté et de la bonne volonté. Il n'y a que la clé de la perdition qu'Il a conservée, car Il ne veut pas que l'homme aille dans l'Hadès. Mais la clé du Paradis, Il l'a remise à l'homme.
Ancien Ieronymos d'Aegina






To please both God and the world is not possible. As much as you can, avoid the things of the world, which are in opposition to the spirit of our Christ. It is difficult to please God, but not unachievable. God has given the key into the hands of man; the key of freedom and good volition. Only the key of perdition does He hold, because He does not want man to be sent to hell. But the key of Paradise He has given into the hands of man."

+ Elder Ieronymos of Aegina

27 novembre 2015

Divine Liturgie en direct depuis la paroisse serbe (Bxl 29.11.2015)

Ce dimanche 29 novembre 2015, la Divine Liturgie sera retransmise en direct par la télévision publique néerlandophone belge depuis la paroisse Saint-Sava, patriarcat de Serbie, 110 rue des étangs noirs à 1080 Bruxelles. L'occasion d'aller y montrer notre fraternité dans l'Église.




Драга браћо и сестре,
поштовани пријатељи,

у недељу, 29. новембра 2015. године са почетком у 10:00 часова, белгијска телевизија Vlaamse Radio - en Televisieomroep (VRT), директно ће преносити Свету Литургију из храма Светог Саве у Бриселу.

Тим поводом Српска Православна Црква позива благочестиве вернике и све људе добре воље да својим присуством постану учесници овог хришћанског сабрања у историји Српске православне парохије Светог Саве у Краљевини Белгији.

Духовну радост употпуниће појање студената Православног богословског факултета из Београда, а потом и заједничко послужење у црквеној сали.

Не пропустите,
очекујемо вас!

Парох и црквени одбор
http://www.svetisava.be




Protège-moi de la mort, Ô Dieu!

Entre Tes mains, je remets mon esprit. Abrite-moi sous les ailes de Ta protection, pour que je ne m'endorme pas dans la mort, et relève-moi pour que je glorifie Ton Nom. Amen.

25 novembre 2015

Face à la violence, c'est à vous de choisir d'être humain ou pas (patriarche Pavle)


Il y a eu des troubles, et il y en aura encore. Il y a eu des gens qui sont restés humains, et d'autres inhumains, et ça continuera. Les circonstances ne dépendent pas toujours de nous, mais le fait que nous comportions en humains ou pas, cela dépend de nous.
Patriarche Pavle de Serbie (+ 15.11.2009)





There has been trouble and there will be trouble, there have been humans and inhuman and there will be. Circumstances do not always depend on us, but whether we will be humans or non-humans depends on us.
Patriarch Pavle of Serbia


2 belles pages sur ce saint homme qui a illuminé non seulement la terre de Serbie, mais l'Église toute entière qui en a tant besoin :
http://www.pravmir.com/article_782.html

https://serbiathroughamericaneyes.wordpress.com/2013/06/12/serbias-pride-patriarch-pavle/

 


24 novembre 2015

Couvent chrétien-orthodoxe à Charleroi

Le petit Couvent de Trazegnies (nord de Charleroi) a dorénavant une page internet pour annoncer les prochaines Liturgies, qui dépendent de la disponibilité d'un prêtre :

http://couventportaitissa.blogspot.com

Langue liturgique : langue du pays! (français). Calendrier : idem! 

Lorsque le prêtre Vladimir est le célébrant, il est aussi possible de se confesser en russe en plus du français. 

C'est la seule institution monastique dans le Hainaut belge, et elle dépend de la "métropole locale" du patriarcat de Moscou. Vous pouvez y faire réaliser vos icônes par l'iconographe, mère Theodora. Petite librairie chrétienne (NL + FR), cierges, etc.

23 novembre 2015

La confession comme moyen pour s'approcher de Dieu (saint Porphyrios)

La confession est un chemin pour que l'homme se rapproche de Dieu. Elle est l'offrande d'amour de Dieu pour l'homme. Rien ni personne n'est à même de nous priver de cet amour.
Saint Porphyrios

22 novembre 2015

"Briser les crânes" - ce qui perturbe dans l'Ancien Testament (p. Tryphon, EORHF)


Lorsqu'on lit l'Ancien Testament, il est important de se rappeler qu'il a été écrit comme le récit de peuples en cheminement vers Dieu. Au cours de ce cheminement, les Israélites en sont venus à découvrir progressivement Dieu, par le biais de la révélation de Dieu auprès de leurs prophètes, et leur compréhension de Dieu a commencé à grandir. Le Christ, Logos ou Verbe de Dieu, était dès les origines, et S'identifie comme l'Alpha et l'Omega. Dès lors, l'Ancien Testament ne saurait être convenablement compris qu'à la lumière de la Résurrection du Christ.

Le Dieu de l'Ancien Testament ne peut être compris qu'à la lumière du Nouveau Testament, dès lors nous ne devrions pas prendre trop au sérieux les troublants récits où Dieu dirait à Son peuple de tuer leurs voisins, d'éclater la tête des enfants de leurs ennemis contre des rochers. Les récits historiques où on nous présente la colère du Dieu vétérotestamentaire ne devraient pas nous poser problème, car ce n'est qu'à la lumière de la révélation du Christ que nous pouvons vraiment comprendre la Vérité.

Divers Pères de l'Église ont vu ce massacres d'enfants des récits de l'Ancien Testament comme la représentation des passions, et le rocher où on les brisait comme représentant le Christ. Comme fidèles, nous écrasons nos mauvaises pensées sur le Roc, pour être sûrs que nos passions ne reviennent pas nous vaincre. Nombre de Psaumes ont les mêmes allégories, come une invitation à garder les murs de la cité de nos coeurs, et préserver les trésors spirituels que nous avons reçus de notre Roi et notre Dieu.

Le littéralisme historique n'est pas important lorsqu'on confronte tout cela avec la véritable nature de Dieu telle que révélée, et nous détourner du littéralisme dans notre interprétation de l'Écriture sainte, ce n'est pas une capitulation face au modernisme. L'Église a toujours su comment nous devrions lire les Écritures, car la Vérité du récit biblique ne peut être connue qu'à la lumière du Christ, tel que c'est révélé par Son Église.

Les Pères de l'Église ont reconnu la partie humaine des Écritures, car le Saint Esprit a illuminé les hagiographes (auteurs humains) sans jamais leur faire perdre leur personnalité, comme s'ils étaient des transmetteurs. Ces rédacteurs des Écritures n'étaient pas comme une sorte de tuyauterie par où s'écoulerait le Saint Esprit, car ils ont écrit dans le contexte de leur expérience humaine de Dieu, dans le contexte de leurs expériences culturelle et tribale.

Une certaine synergie existait, pendant qu'ils s'efforçaient de coopérer avec Dieu. Les rédacteurs de l'Ancien Testament parlaient au peuple de leurs époques, dans le contexte culturel de leurs tribus, avec leur propre identité culturelle de leur époque. Les récits d'un Dieu brutal et colérique, tels que perçus par ces écrivains, doivent être considérés comme ne réflétant que la mentalité de l'époque dans laquelle ils ont vécu.

"Ne recherchez pas la mort par les égarements de votre vie et n'attirez pas sur vous la ruine par les œuvres de vos mains. Car Dieu n'a pas fait la mort, Il ne prend pas plaisir à la perte des vivants. Il a tout créé pour l'être; les créatures du monde sont salutaires, en elles il n'est aucun poison de mort, et l'Hadès ne règne pas sur la terre" (Sagesse de Salomon 1,12-14). Ce Dieu de l'Ancien Testament n'a jamais ordonné aux gouvernements et aux armées de tuer, sinon Il serait en contradiction avec les 10 Commandements dans lesquels Il disait à Son peuple qu'ils ne devraient pas tuer.

Les références à la peine capitale ne disent pas à Son peuple de tuer qui que ce soit, mais seulement que les conséquences du péché, c'est la mort. Les récits de lapidation de pécheurs, de têtes d'enfants éclatées contre les rochers, et de massacres de voisins, sont nés dans le péché et les ténèbres d'un peuple qui ne commençait qu'à recevoir la révélation de l'amour de Dieu. Cet amour a été crescendo jusqu'à la Résurrection du Christ d'entre les morts, et le bannissement de la puissance de la mort, une fois pour toutes.

Dans l'amour du Christ,

Higoumène Tryphon




Lire aussi :
Understanding Violence in the Old Testament: Critical and Patristic Perspectives