"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

05 décembre 2015

UOPC: Expo-vente 2015 du monastère de Minsk à Bruxelles, pour l'orphelinat et la maison de réinsertion

Moleben pour l'inauguration de l'expo-vente ce jeudi 3 décembre 2015
(Photo Lecteur Jean-Michel)
 
Toute la magie d’un Noël russe. Pour une œuvre de charité

C’est comme un marché de Noël, sauf que c’est à l’intérieur, c’est donc aussi comme une exposition riche en décorations en bois, souvenirs, boules de Noël, des icônes mais aussi des crèches, des matriochkas… Nous sommes bien dans cet univers coloré, inventif, mais toujours proche, tout simplement humain.

Durant six semaines, la librairie UOPC à Bruxelles accueille quelques-unes de celles qu’on appelle affectueusement les "petites sœurs de Minsk" qui y proposeront une gamme inimaginable de leurs «produits» allant de l’icône au miel, de la boîte décorée à l’onguent. Et tout cela, pour financer des projets qui tiennent à l’accueil des plus démunis, à leurs œuvres de charité: poursuivre les travaux de construction du Centre d’hébergement pour femmes en difficulté avec enfants et soutenir le projet d’aide aux enfants orphelins polyhandicapés.

Comme chaque année, à pareille époque, les sœurs du Monastère orthodoxe Ste Elisabeth de Minsk (Bièlorussie) reviennent à Bruxelles exposer des produits fabriqués dans leurs ateliers monastiques.

«En 11 ans, cette exposition est devenue vraiment familiale, explique sœur Alexandra, une des jeunes sœurs apostoliques du monastère qui a appris le français à l’université. Nous avons maintenant un grand nombre d’amis en Belgique c’est pourquoi nous ne sommes pas tristes de quitter le monastère pendant cette grande fête de Noël. Au contraire, nous nous réjouissons de retrouver notre grande famille belge, de faire de nouvelles connaissances et de partager avec tous la joie de Noël».
       

A l’exposition les sœurs proposent une gamme de produits monastiques très variée faits à la main avec amour et dans la prière (livres, calendriers, CD, croix et médailles en argent, icônes, miel, baumes, tisanes, poupées russes, jouets pour les enfants, crèches, boîtes laquées et d’autres souvenirs, foulards, produits en céramique, etc.)

Mais aussi, des rencontres, des conférences, des moments de partage:

Le jeudi 17 décembre à 19h, rencontre fraternelle «Pèlerinage au monastère Sainte Elisabeth» (en questions: le lien vivant entre la Sainte Martyre Elisabeth et sa fondation Marthe et Marie à Moscou et le monastère Ste Elisabeth à Minsk, la vie monastique et le service apostolique des Sœurs, nouveaux projets, film 3D — visite guidée), agapes et partage fraternel.

Les mercredis 9 et 23décembre à 19 h, rencontre autour du «Mystère de l’icône» (discussion avec une sœur iconographe, l’histoire des plus célèbres icônes miraculeuses, film sur l’iconographie).

Les mercredis 16 et 30 décembre à 19 h, soirées consacrées aux «Vertus curatives des herbes» (une sœur raconte des propriétés de produits de santé (miel, tisanes, sirops, pommades, crèmes), la dégustation est incluse).

Et tous les jours jusqu'à Noel, une «master class» de peinture d’icône et de matrechkas.

L’exposition aura donc lieu à la librairie UOPC, Avenue Gustave Demey 14-16, 1160 Bruxelles — Tél. 02/648.96.89, www.uopc.eu du 2 décembre 2015 au 15 janvier 2016 du lundi au samedi de 9h 30 à 19h 00

À noter que les «sœurs de Minsk» seront aussi à Luxembourg (du 20 novembre au 23 décembre), Hôpital UCL Mont-Godinne (Godinne, B, du 7 au 15 décembre), Strasbourg (du 27 novembre au 31 décembre), Geneve (du 4 décembre au 26 décembre) et Lausanne Suisse (du 20 novembre au 26 décembre).

Contact: sœur Nymphodora: 0470 56 54 45 (à partir du 2 Decembre) etl’adresse e-mail du Monastere: sainte.elisabeth@gmail.com

source texte:
http://obitel-minsk.by/_oid100110532.html


Le catalogue de vente :
site internet : http://catalog.obitel-minsk.com
facebook : https://www.facebook.com/cataloguestelisabeth


04 décembre 2015

Tu veux voir le Seigneur? (apophtegmes)

Lorsque tu regardes ton frère, tu vois le Seigneur notre Dieu.
Abba Apollo - Paroles des Pères du Désert






"When you see your brother, you see the Lord your God"
Abba Apollo - The Sayings of the Desert Fathers

03 décembre 2015

Comment trouver le repos du coeur (saint Augustin)

"Tu nous as faits orientés vers Toi,
et que notre coeur est sans repos
tant qu'il ne se repose pas en Toi
."

Saint Augustin d'Hippone, Confessions, Livre 1, ch. 1

en anglais :
http://www.ccel.org/ccel/augustine/confess.i_1.html

02 décembre 2015

L'extase spirituelle pendant la Liturgie (saint Païssios l'athonite)

Photo : Staretz Papa Tychon (1884-1968), père spirituel de saint Païssios l'Athonite
http://orthodoxwiki.org/Tychon_the_Athonite

"Pour la Divine Liturgie, l'Ancien demandait au moine qui venait l'aider et servir comme chantre de se présenter au matin lorsqu'il faisait clair. Pendant la Divine Liturgie, il demandait au moine de rester dans l'étroit couloir hors de la chapelle et de chanter "Kyrie eleison" à cet endroit, afin que lui, père Tychon, puisse se sentir totalement seul et à l'aise pour sa prière. Lorsqu'ils arrivaient au Cherubikon, père Tychon était enlevé dans une extase spirituelle qui durait de 20 à 30 minutes, et le chantre était obligé de répéter l'hymne des Chérubins tout ce temps, jusqu'à ce qu'il entende les pas de l'ancien à la Grande Entrée. Lorsque le service liturgique était achevé et que je demandais à l'ancien ce qu'il avait vu, il répondait "Les chérubins et les séraphins glorifiant Dieu!" Et il ajoutait "Après une demi-heure, mon Ange gardien me ramène et alors je continue à célébrer la Divine Liturgie"
(saint Païssios)







Elder Tychon, the spiritual father of Saint Paisius the Athonite

"For the Divine Liturgy, the Elder would tell the monk who came to help him and act as chanter to come in the morning when it was light. During the Divine Liturgy, he would tell the monk to stay in the narrow corridor outside the chapel and chant ‘Lord, have mercy’ from there, so that he, Father Tychon, could feel entirely alone and at ease in his prayer. When they got to the Cherubic Hymn, Father Tychon would be taken up in spiritual contemplation for twenty to thirty minutes and the chanter was obliged to repeat the Hymn many times, until he heard the footsteps of the elder at the Great Entrance. When the service was over and I asked the elder what he saw, he replied:
‘The Cherubim and the Seraphim glorifying God!’
And he went on to say:
‘After half an hour, my guardian angel brings me back down and then I continue with the Divine Liturgy.’ " (Saint Paisios)

01 décembre 2015

La lumière de la Lune et celle de notre âme (st Païssios)

Cependant, bien plus bénis encore sont ceux qui ont fini par comprendre que ni la lumière de la Lune ne provient de la lune, ni la lumière spirituelle de leur âme ne provient d'eux-mêmes, mais que toutes les 2 viennent de Dieu. Qu'elles brillent comme un miroir, une plaque de verre ou le couvercle d'une boîte d'étain, si les rayons du soleil ne les éclairent pas, il leur sera impossible de briller.
Saint Païssios l'Athonite






More blessed, however, are those who have come to understand that neither the light of the moon is of the moon, nor the spiritual light of their soul of themselves, but both are of God. Whether they can shine like a mirror, a pane of glass or the lid of a tin can, if the rays of the sun do not fall on them it is impossible for them to shine.
Saint Paissios

30 novembre 2015

Ne désespérez pas face à ce que vous ne sauriez changer (abbé James Deschene, Eorhf)

Ne désespérez pas lorsque vous n'arrivez pas à changer
ce monde en un jour ou deux.
Au contraire, appliquez-vous
dans les petites choses que vous savez.
Alors vous découvrirez lorsque sera venu le moment,
qu'en les prenant dans leur ensemble,
ces petits pas ont réellement apporté du changement,
et rendu ce monde un peu meilleur.

Nous devons toujours veiller à ne pas gaspiller les dons que Dieu nous a faits. Lorsque nous sommes comblés, nous devons nous souvenir que d'autres en voudraient aussi.

Rassemblez les restants, afin que rien n'en soit perdu. Pour prier sans cesse, vous pouvez répéter quelques phrases de ce qu'on appelle la "Prière de la flêche" tout au long de la journée. En voici les paroles : Seigneur jésus, Fils du Dieu vivant, aie pitié de moi, pécheur." Cela signifie avoir constamment le Nom de Jésus sur nos lèvres. En faisant appel à Son Nom, nous gagnons le pouvoir salvateur (Rom. 10,13), et nous résistons à toute mauvaise pensée et toute tentation.
Père abbé James (Deschene)





Do not despair, that you cannot change
The world in a day or two.
Instead, just give your very best
In the little things you do.
Then you will find in days to come
When taken all together,
These little steps did change and make
The world a little better.

We must always take care that we make no waste of God's good supply. When we are filled we must remember that others want, and we may want.

Gather up the fragments that remain, so that nothing is lost. To pray without ceasing you can repeat such few words of what is called "the Arrow Prayer" all day. These are the words of the "Arrow Prayer": "Lord Jesus, Son of the living God, have mercy upon me a sinner." It means to have the name of Jesus constantly on our lips. Calling upon His name we gain the power to be saved (Rom 10:13) and resist every evil thought and temptation.
Christ the Saviour Monastery, Western Rite, ROCOR

29 novembre 2015

L'acuité spirituelle fait disparaître le jugement d'autrui (Saint Ignace Brianchaninov)

Il est remarquable qu'après avoir atteint l'acuité spirituelle, les défauts et les fautes du prochain commencent à sembler très légers et insignifiants, comme rachetés par le Sauveur et facilement guéris par la repentance - ces mêmes fautes et défauts qui semblent si énormes et graves pour la compréhension humaine. De toute évidence, l'esprit charnel, étant lui-même rigide comme une planche, leur donne cette importance énorme. L'esprit charnel voit même chez les autres des péchés qui ne s'y trouvent pas.
Saint Ignace Brianchaninov, L'Arêne





It is worth noticing that, after acquiring spiritual understanding, the defects and faults of one’s neighbor begin to seem very slight and insignificant, as redeemed by the Savior and easily cured by repentance—those very faults and defects which seemed to the carnal understanding so big and serious. Evidently the carnal mind, being itself a plank, gives them this huge significance. The carnal mind sees in others sins that are not there at all.

+ St. Ignatius Brianchaninov, The Arena