"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

21 janvier 2016

Catholicisme-romain et Protestantisme: très proches l'un de l'autre.. très loin de l'Orthodoxie! (saint Justin Popovic)

"Le grand théologien contemporain Saint Justin Popovic (25 mars 1894-25 mars 1979), phare de l'Orthodoxie, canonisé le 29 avril 2010 a bien vu les liens unissant le protestantisme et le catholicisme romain" (p. Luc D.) :


"Le catholicisme romain et le protestantisme sont des christianismes selon l'invention de l'orgueilleux homme européen, et non pas selon l'humble Dieu-Homme."
(La mission intérieure de notre Eglise - La réalisation de l'Orthodoxie, 1923)

"Avec persévérance et constance, le papisme s'est efforcé de remplacer le Dieu-Homme par l'homme, jusqu'à ce que dans le dogme de l'infaillibilité humaine, le Dieu-Homme soit remplacé en tout par l'homme infaillible. Car par ce dogme, l'homme (le pape) a été proclamé clairement et définitivement comme quelque chose de plus grand, non seulement que l'homme, mais que les saints Apôtres et les saints Pères et les conciles oecuméniques. En apostasiant ainsi le Dieu-Homme, le maximalisme papiste a dépassé même Luther, le créateur du minimalisme protestant. Et en fait, la première ''protestation'' contre l'Eglise Une, Sainte, Catholique et Apostolique. Et c'est dans cette protestation que réside l'origine du Protestantisme... En fait le protestantisme n'est qu'un papisme appliqué à tous, dont le principe fondamental - l'infaillibilité de l'homme - est appliqué à la vie de chaque homme en particulier. A l'exemple de l'homme infaillible de Rome, chaque protestant devient infaillible, car il revendique sa propre infaillibilité sur les points de foi."
(La valeur suprême et le critère ultime en orthodoxie, 1935)

"Dans l'histoire du genre humain, il y a eu trois chutes principales : celle d'Adam, celle de Judas, et celle du Pape."
(Remarques sur l'infaillibilité de l'homme européen, 1967)

2 commentaires:

Tchibeck a dit…

Note d'un catholique écorché :
(partie 1 - pour cause de stupide limite à 4096 caractères ^^)

L'infaillibilité pontificale est un dogme récent assis sur un enseignement constant.

J'admets qu'un non-catholique ne me partage pas.

Cependant, depuis Vatican II, on lui a accordé une importance démesurée, et (bizarement), on ne l'a jamais utilisé.

Je m'explique :

1) Le pape n'est pas infaillible en tant qu'homme, mais en tant qu'agissant "in personna christi", c'est à dire en tant que c'est Jésus-Christ qui parle par sa bouche.

2) Le dogme dont abusent les catholiques modernistes, se réduit en réalité à ceci :
Lorsque le pape s'exprime "Ex Cathedra". On a rajouté lorsqu'il s'exprime en matière de foi et de mœurs.

Je n'y crois pas.

Toujours selon la doctrine catholique, le pape bénéficie des promesses du Saint-Esprit, en tant qu'il parle EXPLICITEMENT au nom de Dieu.

Pour résumer, toujours pour un catholique non contaminé par l'hérésie moderniste, le pape est infaillible lorsqu'il dit formellement "Je vais affirmer ce qui suit en engageant l'infaillibilité que Dieu-Saint-Esprit promet à celui à qui Il a donné cette garantie".

Combien de fois cela s'est-il produit ? Presque jamais.

Et surtout jamais depuis Vatican II.

Quant à rajouter que s'il s'exprime en matière de foi et de mœurs, là, comme ça, au pied levé, c'est dogmatique, c'est à mes yeux de catholique, du foutage de gueule.

Pourquoi pas recueillir ses pets dans une fiole pour en vénérer les fragrances ?!

De plus, en matière de mœurs, les papes depuis Vatican II et même avant, ont raconté les pires conneries.

Il m'est arrivé de dire à un prêtre catholique de la tradition : "Il y aura un jour où il faudra que l’Église catholique sorte de mon lit d'homme marié devant Dieu et devant les hommes ! "

Même Pie XII (donc avant Vatican II), dans sa lettre aux sages-femmes, frise l'hypocrisie (que Dieu me pardonne de juger), lorsqu'il écrit que la pilule, c'est bien quand s'est prescrit à titre thérapeutique, malgré ses effets contraceptifs, mais que c'est mal, lorsque c'est prescrit comme contraceptif.

Tchibeck a dit…

Note d'un catholique écorché :
(partie 2 - pour cause de stupide limite à 4096 caractères ^^)

L'enfer est pavé de bonnes intentions.

Exemple : une jeune fille ou jeune femme a des aménorrhées. On lui prescrit à titre thérapeutique la pilule. C'est bon. Mariée, elle peut continuer à utiliser son contraceptif entre 2 gosses, si tant est qu'elle en ait.

A contrario, les pères de famille catholiques sont appelés à avoir une paternité responsable, c'est à dire à ne pas avoir plus de gosses qu'ils ne peuvent en élever (?), mais de réguler les naissances avec des méthodes "naturelles".

Combien de fois ai-je dû expliquer à des curés obtus que, ces fumeuses méthodes naturelles consistaient à saillir sa femme lorsque son corps n'était pas biologiquement prêt !

Dieu a bien fait ce qu'il fait et il se trouve qu'une femme ordinaire est biologiquement prête à recevoir l'homme lorsque son corps est dans la partie de son cycle fécond.

DONC nos chers élites prétendent que lorsque le pape nous demande de violer nos femmes (parce que c'est un peu ça) dans les périodes où elles ne sont pas disposées biologiquement à l'acte sexuel, il est infaillible sous prétexte qu'il a dit quelque chose en matière de mœurs.

Il me semble que c'est une connerie magistrale.

Ca me rend "reagannien" (je transpose sa phrase) : "Je voudrais que l’Église sorte sa main de ma poche et sorte sa tête de mon lit".

Toujours catholique, toujours anti moderniste (je parle de l'hérésie, pas de la supériorité de la 4L sur la 2CV), j'en viens maintenant à l'infaillibilité réelle du pape (à laquelle vous, orthodoxes, je ne vous force pas à croire).

Si les papes veulent exprimer quelque chose sous couvert de cette infaillibilité, qu'ils l'annoncent à la face du monde ! (Ex-Cathedra)

Qu'ils l'engagent, leur infaillibilité ! Pourquoi ne le font-il pas ? Surtout depuis Vatican II ? Quand l'un d'eux l'a-t-il fait pour la dernière fois ? Pour le dogme de l'Immaculée Conception. Soit...

Pour le reste... Jamais.

Alors il y a bien une explication.

Si, en bon catholique, je crois à l'infaillibilité pontificale sous ce que je crois être son vrai sens... j'en déduis qu'elle n'est jamais engagée parce que l'action et les paroles des papes depuis longtemps, n'est pas compatible avec la volonté du Saint-Esprit ?

On peut aller plus loin : chez les catholiques la canonisation qui suit la béatification engage canoniquement l'infaillibilité du pape.

Toutes les preuves de l'appartenance de Jean XXII à la franc-maçonnerie sont publiques (je ne parlerai pas des autres papes, parce qu'à ouvrir la boîte de Pandore on ne sait plus la refermer).

Le catholique, misérable vermisseau que je suis, mais doté d'une capacité de raisonnement élémentaire, en déduit que, de 3 choses l'une :

- Soit on peut être élevé à la gloire des autels sans avoir abjuré sa franc-maçonnerie (c'est-à-dire son pacte avec le diable)

- Soit le pape ayant prononcé ces canonisations... n'est pas pape, mais un imposteur

- Soit le pape est vraiment le pape mais l'infaillibilité n'existe pas.

Il m'est pénible et douloureux de parler en mal de ma propre Église, à laquelle l'auteur de ce blog a jadis appartenu.

J'ai l'impression de pécher par présomption.

Mais on en arrive à un tel stade de pourrissement des intelligences que je ne sais plus me taire.

Pour conclure, je m'exprime ici, parce que l'auteur de ce blog est comme un frère pour moi, et parce que (s'il n'oublie pas de publier mon commentaire), ici, au moins, je ne me ferai pas incendier !

Paradoxalement, sur les médias catholiques, je me ferais éreinter pour ce que je viens d'écrire.

Alors que si j'étais musulman je pourrais dire n'importe quoi au nom de la tolérance "vaticandeuzesque" pour l'erreur.