"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

14 janvier 2016

Les effets du repentir réel sur notre prière (p. Alexander Ganaba)

Le mot “le repentir”, traduit du grec, signifie un changement dans le mode de vie. C'est-à-dire que ce qui nous est familier et quotidien, auquel nous nous sommes déjà habitués, nous avons besoin de le changer... Pour nous c'est familier et quotidien pour de juger autrui, familier et quotidien d'être irrité, familier et quotidien d'être spirituellement paresseux, parce que nous ne savons pas comment prier; parvenir à ce que nous entrions réellement dans la prière, c'est quelque chose d'inhabituel, parce que la prière réelle c'est quand le cœur humain, l'esprit humain et l'âme humaine se tournent complètement vers Dieu – et nous voyons, évidemment, que nous n'y parvenons pas.
Archiprêtre Alexander Ganaba, prêtre russe contemporain






The word “repentance,” translated from Greek, means a change in way of life. That is, that which for us is familiar and everyday, that with which we have already gotten used to, we need to change...For us it is familiar and everyday to judge one another, familiar and everyday to get irritated, familiar and everyday to be spiritually slack, because we do not know how to pray; for us to get ourselves really to pray is something unusual, because real prayer is when the human heart, the human mind, and the human soul fully turn to God – and we see, of course, that we do not have this.
Archpriest Alexander Ganaba, 21st Century Russian priest

Aucun commentaire: