"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

26 janvier 2016

Nos pratiques ascétiques ne doivent pas primer sur le Commandement d'aimer son prochain (apophtegmes)


Un frère dit à un vieil homme:
"c'est l'histoire de deux frères. L'un des deux restait au calme dans sa cellule, jeûnant 6 jours durant, et s'imposant une ferme discipline, et l'autre servait les malades. Lequel est le plus acceptable à Dieu?"
Le vieil homme répondit: "même si le frère qui jeûnait 6 jours se pendait accroché par le nez, il ne saurait égaler celui qui sert les malades."
Nous apprenons ici que l'amour est au dessus du jeûne, que nous ne devons pas être présomptueux à croire notre jeûne comme supérieur à "cette voie plus excellente", le "nouveau Commandement" de nous aimer les uns les autres.

Il y avait un homme qui menait une vie d'ascète et ne mangeait même pas de pain.
Il partit rendre visite à un ancien. Il advint que des pèlerins y vinrent aussi, et le vieil homme leur prépara un modeste repas. Étant tous assis pour diner, le frère qui jeûnait prit une fêve trempée, et la machouilla. Lorsqu'ils se levèrent de table, l'ancien prit le frère à part et lui dit : "Frère, lorsque tu va quelque part en visite, ne montre pas ta manière de vivre, mais si tu veux t'y tenir, alors reste dans ta cellule et n'en sors plus jamais." Il accepta la remarque de l'ancien et par la suite, il se comporta comme tous les autres à chaque fois qu'il les rencontrait.

Nous recevons ici un rappel que le jeûne doit être fait en secret, ne pas être exposé aux autres, comme le Seigneur l'a dit :"Pour toi, quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage,  pour que ton jeûne soit connu, non des hommes, mais de ton Père qui est là, dans le secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra" (Mt 6,17-18)

Aucun commentaire: