"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

03 février 2016

La gloire céleste de saint Syméon, "celui qui reçu Dieu dans le Temple"

Quelle grande gloire au Ciel convenait à saint Siméon qui tint le Sauveur du monde en ses mains, comme nous l'apprenons clairement par le récit suivant, rapporté dans l'hagiographie de saint Pierre l'Athonite (12 juin).
Alors qu'il commandait durant une bataille, Pierre fut capturé, enchaîné, emmené esclave et jeté en prison dans la ville de Samara, sur les rives de l'Euphrate. Languissant longtemps en prison, Pierre, en larmes, pria saint Nicolas de supplier Dieu de le libérer de prison, promettant qu'il se consacrerait entièrement à Dieu. Saint Nicolas lui apparut en songe et lui dit que bien qu'il avait intercédé auprès de Dieu en sa faveur, Dieu retardait sa délivrance, parce que lui, Pierre, avait déjà fait un voeu semblable auparavant et ne l'avait pas respecté. De plus, saint Nicolas conseilla à Pierre d'adresser aussi sa prière à saint Siméon le Juste "qui est très puissant devant Dieu et se tient proche du Trône de Dieu, avec la Toute-Sainte Vierge et saint Jean le Précurseur." Pierre s'empressa de suivre le conseil de saint Nicolas et commença à prier saint Siméon. A nouveau, saint Nicolas lui apparut, cette fois en compagnie de saint Siméon, mais cette fois non pas en songe, mais en réalité. Pierre vit Siméon dans son apparence glorieuse, la face radieuse, et revêtu de la tenue sacerdotale du prêtre de l'Ancien Testament, avec un bâton d'or en main. Saint Siméon dit à Pierre : "Veux-tu accomplir ton voeu et devenir moine?" A cela, Pierre répondit : "Oui, maître, avec l'aide de Dieu." Siméon toucha alors les chaînes de Pierre avec son bâton, et les chaînes fondirent comme de la cire au soleil. Ouvrant les portes du cachot, le saint guida Pierre hors de la prison.


Saint Nicolas Velimirovitch, évêque d'Ochrid, Serbie (+ 05 mars 1958), rescapé de Dachau puis des persécutions communistes, auteur de ce Sanctoral "Prologue d'Ochrid".

Aucun commentaire: