"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

06 février 2016

Saint Mael d'Ardagh et saint Melchu, évêques et Martyrs.

Calice d'Ardagh

Morts vers 488-490. Mael (Mel, Melchno) et son frère Melchu étaient 2 des 17 fils et 2 filles de Darerca, la soeur de saint Patrick, soeur qu'on fête le 22 mars, et de son mari Conis. Tous leurs enfants sont connus pour avoir embrassé la vie monastique. Mael et Melchu, avec leurs frères Muinis et Rioch, ont accompagné Patrick en Irlande et se sont joints à son travail de missionnaire.

Patrick a ordonné Mael et Melchu évêques. On sait que Patrick a nommé Mael évêque d'Ardagh, et Melchu au siège d'Armagh, la graphie des documents d'époque étant très chaotique. Il y aurait des indices cependant que Melchu ait pu être évêque sans siège épiscopal attitré, évêque missionaire, et qu'il aurait succédé à son frère. Des personnes firent circuler des ragots parce que Mael cohabitait avec sa tante Lipait, mais les 2 purent démontrer leur innocence de manière miraculeuse auprès de saint Patrick, qui leur recommanda d'habiter à part.

Selon la tradition, c'est Mael qui a reçu la profession monastique de sainte Brigitte. Pendant le rite, il parcourut par inadvertance la consécration épiscopale, et saint Macaille (25 avril) protesta. Le toujours serein Mael, cependant, était convaincu que c'était arrivé selon la Volonté de Dieu et insista que la consécration soit tenue valide:

"Brigitte et certains vierges partirent avec elle recevoir le voile de l'évêque Mael à Telcha Mide. Il était heureux de les voir. Par humilité, Brigitte était restée en arrière afin d'être la dernière à recevoir le voile. Une rose rouge tomba sur sa tête, du faîte du toit de l'église. L'évêque Mael dit alors : "Avance-toi, O sainte Brigitte, que je puisse orner ta tête du voile avant les autres vierges." Elle s'avança alors. Et par une grâce du Saint-Esprit, c'est le rituel d'ordination épiscopale qui fut lu sur elle! Macaille dit que l'ordination épiscopale ne devrait pas être donnée à une femme. L'évêque Mael répondit : "Je n'ai aucun pouvoir en la matière. C'est Dieu qui a conféré cette dignité à Brigitte, au devant de toute (autre) femme."
C'est pourquoi depuis lors les hommes d'Irlande rendent les honneurs épiscopaux au successeur de Brigitte
." ("Vita prima" de sainte Brigitte)

Cette histoire tient très probablement au fait que le système diocésain romain tant oriental qu'occidental était inconnu de la chrétienté celtique insulaire. Les monastères ont formé le centre de la vie Chrétienne dans l'Église primitive d'Irlande. Par conséquent, abbés et abbesses pouvaient avoir accompli certaines des fonctions d'un évêque sur le Continent. L'évidence de ceci se remarque également aux synodes et aux conciles, tel celui de Whitby, qui a été convoqué par l'abesse Sainte Hilda. Des femmes ont parfois dirigé un double monastère; dirigeant donc des hommes et des femmes. Brigitte, en tant que première parmi les abbesses, pourrait avoir rempli quelques fonctions semi-épiscopales, comme prêchant, recevant les confessions (sans absolution), et dirigeant les Chrétiens avoisinants.

En dehors de leur présence dans diverses vies d'autres saints de l'époque, on ne possède plus grand chose sur eux. Cependant, Mael a un culte fort répandu à Longford, où il était le premier abbé-évêque d'un monastère richement doté qui a prospéré durant des siècles. La cathédrale de Longford est dédiée à Mael, comme l'est une université.

Le baton d'abbé (crosse) qu'on pense avoir appartenu à saint Mael est maintenant conservée à l'Université de saint Mael dans un reliquaire en bronze sombre, autrefois décoré avec de la dorure et des pierres colorées. Il a été retrouvé au 19ième siècle à Ardagh près de la vieille cathédrale de saint Mael.


Tropaire des saints Mael et Mun ton 5
Accompagnant l'Illuminateur de l'Irlande, votre glorieux oncle,/
dans ses voyages de missionnaire,/
O bienheureux hiérarques Mael et Mun,/
et étant bénis par le don de l'éloquence,/
vous en avez inspiré beaucoup à rejeter les ténèbres du paganisme et à croire au Christ./
Priez pour nous, O vous les saints,/
que les ténèbres de nos péchés puissent être effacées par la Miséricorde de notre Dieu.


Kondakion des saints Mael et Mun ton 2
De même que coulaient des flots de pure doctrine de vos lèvres bénies,/
O vertueux Mael et Mun,/
priez le Christ notre Dieu que les flots de Sa compassion et Son pardon/
se déversent sur les pécheurs sans valeur que nous sommes.




Aucun commentaire: