"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

07 février 2016

Saint Richard, roi du Wessex & Confesseur


Mort en 722. Une fois christianisés, les Anglo-Saxons se sont distingués pour le patronage royal accordé à l'Église Chrétienne, et par la manière dont les rois et leurs familles ont oeuvré à répandre l'Évangile dans leurs propres pays et au-delà des mers. Saint Richard et sa famille sont des exemples remarquables. Il fut un des rois ou princes du Wessex, parent de la maison royale du Kent, et épousa Winna, elle-même descendante de Cerdic et tante de Boniface de Crediton.

Richard fut élevé chrétiennement et sa Foi était réelle et solide. Quand son fils aîné Willibald eut 3 ans, il tomba gravement malade, et il ne semblait pas y avoir d'espoir de le voir guérir. Son père l'enveloppa dans un linge et, montant sur son cheval, il parcourut à travers la nuit jusqu'à un crucifix à un carrefour près du village où ils habitaient. Butler nous rapporte :

"Saint Richard, pendant qu'il vivait, obtint par ses prières la guérison de son jeune fils Willibald, qu'il déposa au pied d'un grand crucifix érigé dans un lieu public en Angleterre, alors que la vie de l'enfant était en grand danger suite à une maladie grave."

Richard plaça l'enfant au pied de la croix et s'agenouilla en prière, suppliant pour la vie de son fils. Willibald guérit, et 2 ans plus tard, il fut confié à Egbald, abbé de Warham, près de Winchester, afin d'être élevé.

Quand Willibald fut adulte, il retourna dans sa famille avec le désir de répandre la Foi au loin, et il persuada son père et son frère de l'accompagner en pèlerinage à Rome et en Terre Sainte. Richard avait une fille, Walburge, née d'un second mariage, et elle entra au Couvent de Wimborne, sous l'abbesse Tetta. Quand Richard renonça à ses territoires royaux, il fit voile avec ses 2 fils depuis Hamblehaven près de Southampton. Ils firent un voyage d'agrément à travers la France, passant du temps dans divers centres Chrétiens, dont Rouen, et il semblerait que durant ce voyage, Richard fit profession monastique.

Ils atteignirent l'Italie et parvinrent à Lucca, où la cathédrale avait été bâtie par un moine Irlandais appelé Frigidian, mais appelé Frediano par les habitants du coin. Richard, qui était devenu âgé et infirme durant ses voyages, succomba à la chaleur et mourut. Ses fils assistèrent à ses funérailles dans la cathédrale Saint-Frediano puis continuèrent leur voyage. Par la suite, ils rejoignirent leur oncle saint Boniface et leur soeur sainte Walburga, pour aider à l'oeuvre de conversion des Germains. Saint Richard, leur père, est encore et toujours vénéré à Lucca. Le fils de son cousin, le moine Hugeburc, a rédigé le célèbre récit de leur pèlerinage, appelé "Hodoeporicon". (S. Baring-Gould).

Dans l'art, le roi saint Richard est représenté en pèlerin royal (avec un manteau d'hermine), avec 2 fils - un évêque et un abbé. Sa couronne être posée sur un livre. (Roeder). Il est vénéré à Heidenheim et Lucca. (Roeder).



Aucun commentaire: