"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

27 mars 2016

Les cloches de Pâques sont arrivées!

Comme on nous l'avait annoncé à l'église...




elles ont été bien préparées sur le Mont Athos..



et ce matin après la Liturgie nous le constations tous : elles sont arrivées dans notre paroisse..



prêtes pour sonner Pâques.. dans la nuit du 30 avril au 1er mai 2016 :-)



2 commentaires:

Philippe Crévieaux a dit…

Cet article est incompréhensible : Depardieu et Poutine = les cloches de Pâques?
Si tel est le message, je suis contre : Depardieu qui semble s'être converti n'a pas encore compris qu'on ne vénère pas les cierges mais il est converti! Poutine oeuvre avec finesse et fermeté dans le monde contre ceux qu'on sait. Alors, ces ddeux-là les "cloches de Pâques" ou même les "cloches" de Pâques? Non, vraiment : une faute de goût au pis des cas, au mieux un humeur spécieux. Bonne journée et saint Carême.

Anonyme a dit…

Monsieur,

J'arrive sur cet article depuis facebook, où ils sont nombreux à l'avoir compris et apprécié, donc je pense pouvoir dire que cet humour semble pourtant clair - il fait référence au mythe catholique (repris dans notre société déchristianisée): les cloches qui viennent ici "depuis Rome" pour Pâques.

l'article expose "qu'on a dit à l'église", et montre Gérard Depardieu se signant, dans un gros plan, on ne voit pas le contexte, et il est bien sûr débutant, vous avez raison de le souligner.

Ensuite une photo de la visite historique du président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, en septembre 2005, au monastère Agios Panteleimonos (dit "Rossikon") sur la sainte montagne de l'Athos. Cette photo nous le montre posant sous la majestueuse cloche. Pas sûr qu'il aura réussi à actionner un tel balancier, mais le symbole est là. Je suppose que c'était un jour de fête spéciale pour ce monastère, il faudrait voir le calendrier de Russie.

Et enfin, des cloches dans une église orthodoxe en Occident, qui ont été installées semble-t'il ces jours-ci, et qui sont annoncées pour sonner lors de Pâques dans un bon mois.

La notion de "cloche" du français populaire n'est donc pas concernée par cette note humoristique qui fait du bien en ces temps de folie furieuse.
Saint Grand Carême à vous aussi.