"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

29 août 2016

Le signe de Croix

Après le Schisme et dans ses écrits contre les Vaudois (ancêtres du Protestantisme), le pape de Rome Innocent III décrivait le signe de croix de la même manière (*). Il mentionnait une manière inverse de le faire comme anecdotique ("certains le font autrement"). C'est par la suite qu'en Occident, dans le mouvement d'éloignement incessant par rapport au Christianisme des origines, on perdit la signification et on changea ce symbole dont tous les Chrétiens ne cessent, de nos jours, de se marquer au fil de la journée, des prières et des activités.
La main droite étant considérée comme main de la force et de la justice, et le côté du coeur celui de la miséricorde, une des symboliques du mouvement latéral de droite à gauche, très riche, est que nous devons aller de la justice vers la miséricorde, à l'image de Dieu.

(*) "Le signe de la Croix doit se faire avec 3 doigts, parce qu'on le trace en invoquant la Trinité, dont le prophète dit : Il a soutenu sur 3 doigts la masse de la terre. Il est tracé de haut en bas, et est ensuite coupé de droite à gauche, parce que Jésus-Christ est descendu du Ciel sur la Terre et a passé des Juifs aux Gentils."

Aucun commentaire: