"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

20 janvier 2017

Rendez grâce et faites de votre vie une prière incessante (saint Basile)

Alors que tu t'installe à table, prie. Au moment où tu saisis la miche de pain, rends grâce au Donateur. Quand tu viens soutenir ta faiblesse corporelle avec le vin, souviens-toi de Celui qui te fournit ce cadeau, pour rendre ton cœur heureux et pour te réconforter. Ton besoin de nourriture est passé? Que les pensées pour ton Bienfaiteur ne disparaissent pas. Quand tu enfile ton vêtement, remercie le Donateur. Quand tu revêts ton manteau, aie en toi un amour encore plus grand pour Dieu, Qui a veillé à ce qu'été comme hiver nous ne manquions d'aucun vêtement approprié, tant pour préserver notre vie que pour couvrir notre nudité.
Le jour est-il fini? Rends grâce à Celui qui nous a donné le soleil pour notre travail quotidien, et nous a fourni un feu pour éclairer la nuit, et pour servir aux autres besoins de la vie. Que la nuit soit une autre occasion de prière. Quand tu regarde vers le ciel, la beauté des étoiles, prie le Seigneur du monde visible; prie Dieu le Grand Artificier de l'univers, Qui les a tous créées avec sagesse. Quand tu vois toute la nature assoupie, alors, à nouveau, célèbre Celui qui nous donne même contre notre volonté d'être libérés de ressentir sans cesse le poids du labeur, et par un court repos, redonne à nouveau vigueur à notre force.
Que la nuit ne soit pas laissée entièrement, en quelque sorte, la propriété spéciale et particulière du sommeil. Que la moitié de ta vie ne soit pas passée inutilement dans un sommeil sans raison. Divise le temps de la nuit entre sommeil et prière. Et même que tes sommeils soient accomplis dans la piété, car il est naturel que nos rêves durant le sommeil soient pour la plupart un grand écho des angoisses de la journée.
En fonction de ce qu'auront été notre conduite et nos activités, ainsi seront inévitablement nos rêves. Dès lors, tu priera sans cesse; si tu ne prie pas seulement en paroles, mais que tu t'unis toi-même à Dieu tout au long de ta vie, alors ta vie deviendra une prière incessante et ininterrompue."

Saint Basile le Grand, in : Homélie 5 sur le martyre de Julite





As thou takest thy seat at table, pray. As thou liftest the loaf, offer thanks to the Giver. When thou sustainest thy bodily weakness with wine, remember Him Who supplies thee with this gift, to make thy heart glad and to comfort thy infirmity. Has thy need for taking food passed away? Let not the thought of thy Benefactor pass away too. As thou art putting on thy tunic, thank the Giver of it. As thou wrappest thy cloak about thee, feel yet greater love to God, Who alike in summer and in winter has given us coverings convenient for us, at once to preserve our life, and to cover what is unseemly. Is the day done? Give thanks to Him Who has given us the sun for our daily work, and has provided for us a fire to light up the night, and to serve the rest of the needs of life. Let night give the other occasion of prayer. When thou lookest up to heaven and gazest at the beauty of the stars, pray to the Lord of the visible world; pray to God the Arch-artificer of the universe, Who in wisdom hath made them all. When thou seest all nature sunk in sleep, then again worship Him Who gives us even against our wills release from the continuous strain of toil, and by a short refreshment restores us once again to the vigour of our strength. Let not night herself be all, as it were, the special and peculiar property of sleep. Let not half thy life be useless through the senselessness of slumber. Divide the time of night between sleep and prayer. Nay, let thy slumbers be themselves experiences in piety; for it is only natural that our sleeping dreams should be for the most part echoes of the anxieties of the day. As have been our conduct and pursuits, so will inevitably be our dreams. Thus wilt thought pray without ceasing; if thought prayest not only in words, but unitest thyself to God through all the course of life and so thy life be made one ceaseless and uninterrupted prayer.”
St. Basil. the Great.from Homily V. In martyrem Julittam, quoted in the Prolegomena in Nicene and Post-Nicene Fathers Series II Volume 8

Aucun commentaire: