"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

04 mai 2017

Je crois en l'Église Une... (A.S. Khomiakov 11/12)

X - Salut

La sainte Église, en confessant qu'elle attend la Résurrection des morts et le Jugement Dernier de toute l'humanité, reconnaît que l'achèvement de tous ses membres s'accomplira avec son propre achèvement, et que la vie à venir n'appartient pas seulement à l'esprit, mais au corps spirituel; car Dieu seul est Esprit parfaitement incorporel. C'est pourquoi elle rejette l'orgueil de ceux qui prêchent la doctrine de l'incorporéité outre-tombe et, par suite, méprisent ce corps dans lequel le Christ est ressuscité. Ce corps-là ne sera pas un corps de chair, mais il sera à la ressemblance de la corporéité des Anges, le Christ Lui-Même ayant dit que nous serons semblables aux Anges.

Au Jugement Dernier, notre justification dans le Christ se manifestera dans sa plénitude; non seulement notre sanctification, mais aussi notre justification; car nul n'a été sanctifié et n'est sanctifié pleinement, mais il lui faut encore la justification. Tout bien est opéré en nous par le Christ, que ce soit dans la foi, dans l'espérance ou dans l'amour; nous ne faisons que nous soumettre à Son oeuvre; mais nul ne se soumet pleinement. C'est pourquoi il faut encore la justification par les souffrances et par le sang du Christ. Qui donc peut encore parler du mérite de ses propres oeuvres ou d'un trésor de mérites et de prières? Ceux-là seuls qui vivent encore sous la loi de l'esclavage. Tout bien est opéré en nous par le Christ, mais nous, jamais nous ne nous soumettons pleinement, aucun d'entre nous, pas même les saints, comme le disait le Sauveur Lui-Même. Tout est l'oeuvre de la grâce, et la grâce est donnée gratuitement, et elle est donnée à tous afin que nul ne puisse murmurer; cependant non pas également à tous, non pas selon la prédestination, mais selon la prescience, comme le dit l'Apôtre. Et un moindre talent est donné à celui chez qui le Seigneur prévoyait la négligence, afin que le rejet d'un plus grand don ne contribuât pas à une plus grande condamnation. Et ce n'est pas nous qui faisons fructifier les talents reçus : ils sont confiés aux échangeurs, afin que, même là, il n'y ait pas de mérite de notre part, mais seulement la non-résistance à la Grâce qui fait fructifier. Ainsi disparaît la distinction entre grâce "suffisante" et grâce "efficace". Tout est oeuvre de la Grâce. Si vous vous soumettez à elle, le Seigneur S'accomplit en vous et vous accomplit; mais ne vous enorgueillissez pas de votre soumission, car votre soumission elle-même vient de la Grâce. Jamais nous ne nous soumettons pleinement; c'est pourquoi, en plus de la sanctification, nous demandons aussi la justification.

Tout est consommé dans la consommation du Jugement général, et l'Esprit de Dieu, c'est-à-dire l'Esprit de Foi, d'Espérance et d'Amour, Se révélera dans toute Sa plénitude, et tous les dons atteindront leur pleine perfection; mais, au-dessus de tous, il y aura l'Amour. Toutefois il ne faut pas penser que la foi et l'espérance, ces dons de Dieu, périront (car ils sont inséparables de l'amour), mais seul l'amour va conserver son nom, tandis que la foi, ayant atteint sa perfection, sera désormais une pleine connaissance intérieure; et l'espérance sera joie, car nous savons, même ici-bas, que plus elle est forte, plus elle est joyeuse.

"L'Église est Une"
par Alexei Stepanovich Khomiakov (1804-1860)

Aucun commentaire: