"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

05 mai 2017

Je crois en l'Église Une... (A.S. Khomiakov 12/12)

XI – Unité de l'Orthodoxie

Par la volonté de Dieu, la sainte Église, après la séparation de nombreux schismes, et après celle du Patriarcat de Rome, a été préservée dans les diocèses et Patriarcats Grecs, et seules peuvent se reconnaître comme pleinement Chrétiennes les communautés qui conservent l'unité avec les Patriarcats Orthodoxes orientaux, ou qui entrent dans cette unité. Car il n'y a qu'un Dieu, et il n'y a qu'une Église, et il n'y a en elle ni discorde ni dissentiment. [*]

[* au niveau de la Foi; ndt]

C'est pourquoi l'Église s'appelle Orthodoxe ou Orientale ou Greque-Russe; mais toutes ces appellations ne sont que des appellations temporaires. Il ne faut pas accuser l'Église d'orgueil parce qu'elle-même se nomme Orthodoxe, car elle-même se nomme également Sainte. Quand auront disparu les doctrines erronées, il n'y aura plus besoin du nom d'Orthodoxie, car il n'y aura plus de christianisme erroné. Quand l'Église se sera propagée, ou que sera entrée en elle la plénitude des peuples, alors disparaîtront toutes les denominations locales; car l'Église n'est pas liée à quelque lieu que ce soit, et elle ne garde pas l'héritage de l'orgueil païen; mais elle-même se nomme Une, Sainte, Catholique et Apostolique, sachant que le monde entier lui appartient et que nul lieu n'a une importance particulière, mais ne peut servir et ne sert que temporairement à la glorification du nom de Dieu, selon Son insondable volonté.

"L'Église est Une"
par Alexei Stepanovich Khomiakov (1804-1860)

Aucun commentaire: