"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

26 décembre 2017

Synaxe de la Vierge Marie, Mère de Dieu

26 décembre - Synaxe de la très-sainte Mère de Dieu et toujours vierge Marie.
Dimanche après la Nativité (anticipation).
Tropaire, ton 4 Nativité
Ta Nativité, ô Christ notre Dieu, / a fait resplendir dans le monde la lumière de la connaissance. / En elle les adorateurs des astres / ont appris d'une étoile / à t'adorer, toi, Soleil de justice, / et à te connaître, Orient venu d'en haut. // Seigneur, gloire à toi.

Tropaire, ton 2 Sts Joseph, David et Jacques
Annonce, Joseph, la bonne nouvelle à David, / â l'ancêtre de Dieu les merveilles dont tu fus le témoin : / sous tes yeux une Vierge a enfanté, / avec les Mages tu t'es prosterné, / avec les Pâtres tu as rendu gloire au Seigneur / et par l'Ange tu fus averti. / Prie le Christ notre Dieu de sauver nos âmes.

Gloire…
Kondakion, ton 3 Sts Joseph, David et Jacques
Le saint roi David est comblé d'allégresse en ce jour / et Jacques offre sa louange avec Joseph ; / ayant reçu couronne dans la parenté avec le Christ, / ils se réjouissent et chantent / celui qui sur terre est né de merveilleuse façon / et s'écrient : Sauve dans ton amour ceux qui célèbrent ton nom.

Et maintenant…
Kondakion, ton 6 Synaxe de la Mère de Dieu
Celui qui, sans mère, est engendré par le Père avant l’étoile du matin, / aujourd’hui, sur terre, s’est incarné de toi sans père ; / l’étoile l’annonce aux mages // et les anges avec les bergers chantent ton enfantement indicible, ô Pleine de grâce.

Prokimenon, ton 3 (Cantique de la Mère de Dieu, Lc I,46-48)
Mon âme magnifie le Seigneur, / et mon esprit s'est réjoui en Dieu, mon Sauveur.
v. Car Il a jeté les yeux sur l'humilité de sa servante, voici que désormais toutes les générations me diront bienheureuse.
Autre prokimenon, ton 4 : Le Seigneur est admirable dans ses saints, c'est lui le Dieu d'Israël. (Ps. 67,36) Sts Joseph, David et Jacques

Lecture de l'épître du saint apôtre Paul aux Hébreux
(la Mère de Dieu) (Hb II,11-18)
Frères, le sanctificateur et les sanctifiés ont tous même origine. C'est pourquoi il ne rougit pas de les nommer « frères » quand il dit: « J'annoncerai ton nom à mes frères, au milieu de l'assemblée je te louerai » et encore : « Je mettrai ma confiance en lui » et encore : « Me voici, moi et les enfants que Dieu m'a donnés ». Donc, puisque les enfants avaient en commun le sang et la chair, lui-même y participa pareillement, afin de réduire à l'impuissance, par sa mort, celui qui a la puissance de la mort, c'est-à-dire le diable, et d'affranchir tous ceux qui, leur vie entière, étaient tenus en esclavage par la crainte de la mort. Car ce n'est pas à des anges, assurément, qu'il vient en aide, mais à la race d'Abraham. En conséquence, il se devait de ressembler en tout à ses frères, afin de devenir dans le service de Dieu un grand prêtre miséricordieux et fidèle, pour expier les péchés du peuple. Car, du fait qu'il a lui-même souffert par l'épreuve, il est capable de venir en aide à ceux qui sont éprouvés.
(dim après Nativité, anticipé) (Ga I,11-19)
Frères, je vous déclare que l'Évangile qui a été annoncé par moi n'est pas de l'homme ; car je ne l'ai ni reçu ni appris d'un homme, mais par une révélation de Jésus Christ. Vous avez su, en effet, quelle était autrefois ma conduite dans le judaïsme, comment je persécutais à outrance et ravageais l'Église de Dieu, et comment j'étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation, étant animé d'un zèle excessif pour les traditions de mes pères. Mais, lorsqu'il plut à celui qui m'avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m'a appelé par sa grâce, de révéler en moi son Fils, afin que je l'annonçasse parmi les païens, aussitôt, je ne consultai ni la chair ni le sang, et je ne montai point à Jérusalem vers ceux qui furent apôtres avant moi, mais je partis pour l'Arabie. Puis je revins encore à Damas. Trois ans plus tard, je montai à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas, et je demeurai quinze jours chez lui. Mais je ne vis aucun autre des apôtres, si ce n'est Jacques, le frère du Seigneur.

Alleluia, ton 8 Mère de Dieu (Ps 44, 11 et 13)
v. Écoute, ma fille, regarde et tends l'oreille.
v. Les hommes les plus riches du peuple imploreront ta Face.
v. Souviens-toi, Seigneur, de David et de toute sa douceur.(Ps 131, 1) dim après Nativité

Lecture de l'Évangile selon Saint Matthieu
(la Mère de Dieu) (Mt II,13-23)
Voici qu'un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, et dit : « Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Égypte, et restes-y jusqu'à ce que je te parle ; car Hérode cherchera le petit enfant pour le faire périr. » Joseph se leva, prit de nuit le petit enfant et sa mère, et se retira en Égypte. Il y resta jusqu'à la mort d'Hérode, afin que s'accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète : « J'ai appelé mon fils hors d'Égypte. » Alors Hérode, voyant qu'il avait été joué par les mages, se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléhem et dans tout son territoire, selon la date dont il s'était soigneusement enquis auprès des mages. Alors s'accomplit ce qui avait été annoncé par Jérémie, le prophète : « On a entendu des cris à Rama, Des pleurs et de grandes lamentations : Rachel pleure ses enfants, Et n'a pas voulu être consolée, Parce qu'ils ne sont plus. » Quand Hérode fut mort, voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, en Égypte, et dit : « Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, et va dans le pays d'Israël, car ceux qui en voulaient à la vie du petit enfant sont morts. » Joseph se leva, prit le petit enfant et sa mère, et alla dans le pays d'Israël. Mais, ayant appris qu'Archélaüs régnait sur la Judée à la place d'Hérode, son père, il craignit de s'y rendre ; et, divinement averti en songe, il se retira dans le territoire de la Galilée, et vint demeurer dans une ville appelée Nazareth, afin que s'accomplît ce qui avait été annoncé par les prophètes : « Il sera appelé Nazaréen ».
(dim après Nativité, anticipé) (Mt II,13-23)
Voici qu'un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, et dit : « Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Égypte, et restes-y jusqu'à ce que je te parle ; car Hérode cherchera le petit enfant pour le faire périr. » Joseph se leva, prit de nuit le petit enfant et sa mère, et se retira en Égypte. Il y resta jusqu'à la mort d'Hérode, afin que s'accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète : « J'ai appelé mon fils hors d'Égypte. » Alors Hérode, voyant qu'il avait été joué par les mages, se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléhem et dans tout son territoire, selon la date dont il s'était soigneusement enquis auprès des mages. Alors s'accomplit ce qui avait été annoncé par Jérémie, le prophète : « On a entendu des cris à Rama, Des pleurs et de grandes lamentations : Rachel pleure ses enfants, Et n'a pas voulu être consolée, Parce qu'ils ne sont plus. » Quand Hérode fut mort, voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, en Égypte, et dit : « Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, et va dans le pays d'Israël, car ceux qui en voulaient à la vie du petit enfant sont morts. » Joseph se leva, prit le petit enfant et sa mère, et alla dans le pays d'Israël. Mais, ayant appris qu'Archélaüs régnait sur la Judée à la place d'Hérode, son père, il craignit de s'y rendre ; et, divinement averti en songe, il se retira dans le territoire de la Galilée, et vint demeurer dans une ville appelée Nazareth, afin que s'accomplît ce qui avait été annoncé par les prophètes : « Il sera appelé Nazaréen ».

À la place de « Il est digne… »
Verset et hirmos de la 9ème ode, ton 1 (Nativité)

v. Magnifie, mon âme, / Celle qui est plus vénérable // et plus glorieuse que les armées d'en-haut.
H. Je contemple un mystère étrange et merveilleux : / la grotte est le ciel, la Vierge, le trône des chérubins, / la crèche, le lieu où repose Celui que rien ne peut contenir, // le Christ Dieu, que nous chantons et magnifions.

Verset de communion
Le Seigneur a envoyé la délivrance à son peuple. Nativité (Ps.110,9)

Exultez dans le Seigneur, vous les justes, aux hommes droits convient la louange. (Ps 32) Sts Joseph, David et Jacques
Alleluia, alleluia, alleluia.

source (2016) :
http://servicesliturgiques.free.fr/orthodoxe/calendriers/semaine_une.php

1 commentaire:

Tchibeck a dit…

Avec tout ça, t'as oublié ma fête !