"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

11 octobre 2018

Le serpent et le feu (Orthodox Parables and Stories)

L'homme vit un serpent se mourrant dans un incendie, et décida de l'arracher des flammes. Ceci fait, le serpent le mordit, causant une douleur insupportable. L'homme rejeta le serpent, et ce dernier retomba dans le feu.

L'homme saisi un piquet de métal, arracha le serpent de la flamme et lui sauva la vie.

Certains des observateurs s'approchèrent de l'homme et lui dirent : "Ce serpent t'a mordu, pourquoi essaies-tu encore de la sauver ?"

L'homme répondit : "La nature des reptiles, c'est de mordre, mais cela ne devrait pas changer ma nature - qui est d'aider."

Ne changez pas votre âme simplement parce que quelqu'un vous a fait du mal.
Ne perdez pas votre bon cœur, mais apprenez à prendre des précautions....
Paraboles et récits Orthodoxes





A man saw a snake dying in the fire, and decided to pull it out of the flame. When he did this, the snake bit him, causing unbearable pain. The man threw the snake, and she fell into the fire again.

The man grabbed a metal pole, pulled the snake out of the flame and saved her life.

Some of the watchers approached the man and said: "This snake bit you, why are you still trying to save her?"

The man replied: "The nature of reptiles - to bite, but this should not change my nature - to help."

Do not change your essence just because someone hurt you.
Do not lose your good heart, but learn to take precautions ...
Orthodox Parables and Stories

2 commentaires:

Philippe Crévieaux a dit…

Idem avec les migrants? Simple question.

Anonyme a dit…

oui
nulle part il n'est écrit que l'auteur de la parabole ramène le serpent chez lui et en fait le maître de sa maison.
Donc on les sort de la flotte où des passeurs de leur religion les ont flanqués. On les redépose en Afrique du Nord. Facile.